Histoire de Chickasaw - Histoire

Histoire de Chickasaw - Histoire



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Chickasaw

Une tribu indienne résidant maintenant dans l'Oklahoma.

(Moniteur : t. 970 ; 1. 280' ; n. 56' : cpl. 138 ; a. 4 11" mangé.)

Le premier Chickasaw a été lancé le 10 février 1864 par Thomas G. Gaylord, St. Louis, Mo.; amené à Mound City, Illinois, le 8 mai ; et commandé le 14 mai 1864, sous le commandement du capitaine par intérim J. Fitzpatrick.

Entre le 14 mai et le 30 juin 1864, Chickasaw a opéré sur le fleuve Mississippi. En naviguant vers la Nouvelle-Orléans, elle a rejoint l'Escadron de Blocage du Golfe Ouest le 9 juillet. Alors qu'il opérait avec l'escadron, il participa à la victoire de l'amiral Farragut à la bataille de la baie de Mobile (5 août 1864), au cours de laquelle il fut touché 11 fois par des obus ennemis, et aux attaques des forts Gaines (6 août) et Morgan (13 août). Le moniteur est resté à proximité de la baie de Mobile jusqu'au 3 juillet 1865, date à laquelle il a descendu la rivière en direction de la Nouvelle-Orléans.

À son arrivée à la Nouvelle-Orléans le 6 juillet 1865, le Chickasaw est désarmé et désarmé. Entre le 15 juin et le 10 août 1869, elle porte le nom de Sameon puis redevient Chickasaw. Elle est vendue à la Nouvelle-Orléans le 12 septembre 1874.


Chickasaw

Nos rédacteurs examineront ce que vous avez soumis et détermineront s'il faut réviser l'article.

Chickasaw, tribu indienne d'Amérique du Nord de souche linguistique Muskogean qui habitait à l'origine ce qui est maintenant le nord du Mississippi et de l'Alabama. Dans leur histoire plus tôt le Chickasaw et le Choctaw (qv) peut avoir été une seule tribu. Traditionnellement, les Chickasaw étaient un peuple semi-nomade qui patrouillait l'immense territoire qu'ils revendiquaient pour eux-mêmes et attaquait les tribus loin au nord comme de nombreux peuples conquérants, ils intégraient les vestiges de ces tribus dans leur culture.

Avant les années 1830, les habitations Chickasaw étaient organisées le long des ruisseaux et des rivières plutôt que regroupées dans des villages. La descendance a été retracée à travers la lignée maternelle. La divinité suprême était associée au ciel, au soleil et au feu, et un rite de récolte et de nouveau feu similaire à la cérémonie du maïs vert du ruisseau était célébré chaque année.

Le premier contact entre les Européens et les Chickasaw fut probablement l'expédition d'Hernando de Soto en 1540-1541. Au 18ème siècle, les Chickasaw sont devenus impliqués dans les luttes de pouvoir entre les Britanniques et les Français, se rangeant du côté des Britanniques contre les Français et les Choctaw. Ils ont également donné refuge aux Natchez dans leurs guerres avec les Français. Les relations avec les États-Unis ont commencé en 1786, lorsque leur frontière territoriale nord a été fixée à la rivière Ohio. Dans les années 1830, ils ont été déplacés de force vers le territoire indien (actuel Oklahoma) où, avec les Creek, les Cherokee, les Choctaw et les Seminole, ils faisaient partie des cinq tribus civilisées. Pendant trois quarts de siècle, chaque tribu a eu un lotissement de terres et un gouvernement quasi-autonome calqué sur celui des États-Unis. En préparation de l'État de l'Oklahoma (1907), une partie de ces terres a été attribuée à des individus des cinq tribus civilisées, le reste a été ouvert à des homesteaders non autochtones, détenus en fiducie par le gouvernement fédéral ou attribué à des esclaves affranchis. Les gouvernements tribaux ont été effectivement dissous en 1906 mais ont continué à exister sous une forme limitée. Certains Chickasaw vivent maintenant sur des propriétés foncières tribales qui sont officieusement appelées réserves.

Les premières estimations plaçaient la population de la tribu entre 3 000 et 4 000 personnes. Au moment de leur transfert vers le territoire indien, ils étaient environ 5 000. Les descendants Chickasaw comptaient plus de 38 000 au début du 21e siècle.


Sur les Les Chickasaw

Avec des cantons sophistiqués, de solides compétences agricoles et des systèmes de décision évolués avec la religion et les lois, les Chickasaws étaient considérés comme les « Spartiates de la basse vallée du Mississippi ». Malgré un mode de vie généralement agraire, nos ancêtres étaient de puissants guerriers qui ont combattu aux côtés des Anglais lors de la guerre française et indienne. En fait, certains historiens disent que les États-Unis sont un pays anglophone en raison de la victoire des Chickasaws sur les Français dans la bataille pour le bas Mississippi.

Nous avons été déplacés de notre patrie d'origine dans le Mississippi, l'Alabama, le Tennessee et le Kentucky actuels vers un nouveau territoire en Oklahoma sur une route que certains appellent le &ldquoTrail of Tears.&rdquo Les tribus Cherokee, Creek, Choctaw et Seminole ont également migré le long du sentier des larmes. Larmes au cours de la même période. Le traité de Doaksville, établi en 1837, prévoyait que les Chickasaws et les Choctaws devaient partager des terres sur le territoire indien, situé dans l'actuel Oklahoma. En 1856, nous nous sommes séparés des Choctaws et avons formé notre propre système de gouvernement, regagnant ainsi la pleine autorité sur notre tribu et notre peuple.

À Tishomingo, territoire indien, nos ancêtres ont créé une constitution et institué les segments exécutif, législatif et judiciaire du gouvernement. Les dirigeants politiques ont été sélectionnés en fonction des votes d'une élection populaire. Au début de la guerre de Sécession, les Chickasaws se sont alliés à la Confédération et ont combattu dans le vénéré Choctaw/Chickasaw Mounted Regiment. Malgré la chute éventuelle du Sud, notre peuple a fait preuve de résilience et a retrouvé le succès économique en tant qu'agriculteurs et éleveurs. Chickasaws sont également crédités de la construction de certaines des écoles, entreprises et banques originales du territoire indien. Cependant, le traité Dawes de 1887 a affaibli la structure tribale pendant un certain temps en éliminant les terres communales et en créant des fermes individuelles.

Après l'indépendance de l'Oklahoma en 1907, les élections tribales Chickasaw ont été suspendues et le président américain a nommé un gouverneur Chickasaw pour « clore » les affaires tribales. Fidèle à son peuple, le gouverneur Douglas H. Johnston a travaillé avec diligence pour préserver nos droits à l'autodétermination.

Le Congrès a adopté une loi en 1970 qui a permis aux tribus Chickasaw, Cherokee, Creek, Choctaw et Seminole d'élire leurs propres directeurs. Depuis lors, la Nation a créé une nouvelle constitution et continue de croître et de prospérer. En 1971, après que le Congrès ait rétabli le droit inhérent du peuple Chickasaw d'élire ses propres dirigeants, Overton James a été librement élu gouverneur de la nation Chickasaw.


Histoire de Chickasaw en Oklahoma

En 1832, les commissaires aux traités du président Andrew Jackson ont arpenté les terres Chickasaw en Alabama et au Mississippi, et un prix de vente de 3 millions de dollars pour 6 millions d'acres a été convenu. Ce n'est qu'en 1834, et le traité de Washington, que la vente a eu lieu.

Le traité de Doaksville en 1837 a vu les Chickasaws louer le territoire de Choctaw pour 530 000 $ et a garanti la représentation des Chickasaws au Conseil de Choctaw.

Le déplacement des Chickasaws n'a pas été aussi dévastateur qu'il l'avait été pour d'autres tribus, et environ 80 pour cent de la tribu avant le renvoi, 4 914 Chickasaws et 1 156 esclaves, ont terminé le voyage de 1837.

Le déplacement a causé une telle perturbation qu'il a fallu 15 ans à la tribu pour s'installer dans ses nouvelles terres. Depuis que la tribu a été mise en minorité au Conseil Choctaw, elle a commencé à inventer son autonomie politique.

Les dirigeants Chickasaw ont affiné leur constitution entre le premier projet, présenté au conseil général de Boiling Springs en 1846, et le traité de séparation formel finalisé à Washington en 1855.

La nouvelle constitution a été ratifiée par la tribu de Tishomingo en août 1856. Elle a séparé le pouvoir entre trois branches, un conseil législatif et un pouvoir judiciaire ont été formés et le chef est devenu le gouverneur élu de la nation Chickasaw.

La nation Chickasaw était économiquement stable. Le bétail était élevé et les Chickasaws vendaient les chevaux pour lesquels ils étaient devenus célèbres pour l'élevage. Les agriculteurs Chickasaw produisaient également des cultures comme le maïs et le coton, cultivées avec l'aide d'esclaves.

La nation Chickasaw a déclaré son indépendance en mai 1861, provoquée par le déclenchement de la guerre civile. Les Chickasaws étaient des propriétaires d'esclaves et étaient toujours en colère contre le gouvernement américain au sujet de la délocalisation et ont rejoint la Confédération.

La guerre a coûté cher au peuple Chickasaw. La tribu a été forcée de renouveler son contrat avec le gouvernement américain en avril 1866, pour abolir l'esclavage et permettre la construction de chemins de fer sur leurs terres.

La nation Chickasaw a perdu une grande partie de son indépendance économique et territoriale après la guerre civile, avec des immigrants blancs, en particulier des éleveurs de bétail et des constructeurs de chemins de fer, exerçant une autorité croissante sur le territoire indien. La loi Curtis de 1898 a été adoptée par le Congrès, mettant fin à la souveraineté tribale, abolissant les lois tribales et encourageant l'attribution de terres. Tous les gouvernements tribaux ont dû mettre fin à leurs activités avant le 4 mars 1906.

Les Choctaws, Chickasaws, Cherokees, Creeks et Seminoles ont demandé que le territoire indien devienne un État indien séparé en 1905, mais le gouvernement américain a rejeté leur pétition.

En 1907, l'Oklahoma est devenu un État et en 1910, quelque 6 337 Chickasaws et 4 607 Noirs affranchis s'étaient vu attribuer des terres, sapant la cohésion tribale et le mode de vie traditionnel.

Dans les années 1960, la politique fédérale sur les Indiens a évolué vers l'autodétermination et les Chickasaws ont commencé une nouvelle période d'activité culturelle. Overton James est devenu le premier gouverneur élu de Chickasaw en 1971, après que l'Indian Civil Rights Act de 1968 ait légalisé les élections tribales pour la première fois depuis 1904.

La Constitution Chickasaw de 1866 a été ressuscitée en 1979, mise en conformité avec la Constitution des États-Unis, ratifiée puis approuvée par le gouvernement américain en 1983.

Des opportunités économiques et d'emploi ont été créées par la nation Chickasaw, qui a utilisé les revenus du jeu pour développer les magasins de tabac, l'édition et les entreprises d'électricité de Chickasaw.

Le siège tribal de la nation Chickasaw à Ada organise également des programmes culturels pour la revitalisation du patrimoine et de la langue Chickasaw.


Histoire & Culture

Le pays Chickasaw est riche en culture amérindienne et en histoire occidentale. Vous pouvez passer des journées à parcourir tous les lieux et musées spectaculaires et uniques.

Le centre culturel Chickasaw mérite une journée pour explorer la riche histoire et la culture de la nation Chickasaw. Tishomingo abrite également plusieurs lieux particuliers à l'histoire du peuple Chickasaw, y compris le Chickasaw Capitol Building.

Pour l'histoire de l'ouest, le Chisholm Trail Heritage Centre vous ramènera dans le temps et le Gene Autry Museum vous rappellera des jours plus simples et des films bien-aimés.

Les beaux-arts ne manquent pas non plus. L'exposition C, située à Bricktown, Oklahoma City, est une belle galerie d'art amérindien contemporain, et vous pouvez emporter vos pièces préférées chez vous. Le Centre Goddard abrite de nombreuses belles œuvres d'art, ainsi que des cours éducatifs.

Apprenez et grandissez pendant votre séjour dans le pays Chickasaw avec nos nombreuses opportunités de profiter de l'histoire et de la culture.


Contenu

Le nom Chickasaw, comme l'a noté l'anthropologue John Swanton, appartenait à un leader Chickasaw. [4] « Chickasaw » est l'orthographe anglaise de Chikashsha (Prononciation de Muskogee : [tʃikaʃːa] ), signifiant « rebelle » ou « vient de Chicsa ». L'explorateur espagnol Hernando de Soto les a enregistrés comme Chicaza lorsque son expédition entra en contact avec eux en 1540, les Espagnols furent les premiers Européens connus à explorer le sud-est de l'Amérique du Nord. [5] [6]

L'origine du Chickasaw est incertaine. Des érudits du XXe siècle, tels que l'archéologue Patricia Galloway, ont émis l'hypothèse que les Chickasaw et les Choctaw se sont divisés en peuples distincts au XVIIe siècle à partir des vestiges de la culture de Plaquemine et d'autres groupes dont les ancêtres avaient vécu dans le bas Mississippi. Vallée depuis des milliers d'années. [7] Quand les Européens les ont rencontrés pour la première fois, les Chickasaw vivaient dans des villages dans ce qui est maintenant le nord-est du Mississippi.

On pense que les Chickasaw ont migré vers le Mississippi depuis l'ouest, comme l'atteste leur histoire orale. [8] Eux et les Choctaw étaient autrefois un seul peuple et ont migré de l'ouest du fleuve Mississippi dans le Mississippi actuel à l'époque préhistorique, les Chickasaw et les Choctaw se sont séparés en cours de route. La sphère d'interaction idéologique du Mississippien s'étendait sur les forêts de l'Est. Les cultures du Mississippi ont émergé des sociétés de construction de monticules précédentes en 880 de notre ère. Ils ont construit des villages complexes et denses soutenant une société stratifiée, avec des centres dans les vallées du Mississippi et de l'Ohio et leurs affluents.

Au XVe siècle, les proto-Chickasaw ont quitté la vallée de Tombigbee après l'effondrement de la chefferie de Moundville. Ils se sont installés dans les vallées supérieures de Yazoo et de la rivière des Perles dans l'actuel Mississippi. L'historien Arrell Gibson et l'anthropologue John R. Swanton pensaient que les Chickasaw Old Fields se trouvaient dans le comté de Madison, en Alabama. [9]

Ces gens (les Choctaw) sont la seule nation dont j'ai pu apprendre une idée d'un récit traditionnel d'une première origine et c'est leur sortie d'un trou dans le sol, qu'ils montrent entre leur nation et les Chickasaws nous disent-ils aussi que leurs voisins s'étonnaient de voir un peuple sortir aussitôt de la terre.

Une autre version de l'histoire de la création de Chickasaw est qu'ils sont apparus à Nanih Waiya, un grand monticule de terrassement construit vers 300 CE par les peuples des bois. Il est également sacré pour les Choctaw, qui ont une histoire similaire à ce sujet. Le monticule a été construit environ 1400 ans avant la fusion de chacun de ces peuples en tant qu'ethnies.

Le premier contact européen avec les ancêtres Chickasaw a eu lieu en 1540 lorsque l'explorateur espagnol Hernando de Soto les a rencontrés et est resté dans l'une de leurs villes, très probablement près de l'actuelle Tupelo, Mississippi. Après divers désaccords, les Chickasaw ont attaqué l'expédition De Soto lors d'un raid nocturne, détruisant presque la force. Les Espagnols sont passés vite. [dix]

Les Chickasaw ont commencé à commercer avec les Britanniques après la fondation de la colonie de Caroline en 1670. [11] Avec des fusils fournis par les Britanniques, les Chickasaw ont attaqué leurs voisins et ennemis les Choctaw, capturant certains membres et les vendant en esclavage indien aux Britanniques. Lorsque les Choctaw ont acquis des armes aux Français, le pouvoir entre les tribus est devenu plus égal et les raids d'esclaves ont cessé.

Alliés aux Britanniques, les Chickasaw étaient souvent en guerre avec les Français et les Choctaw au XVIIIe siècle, comme lors de la bataille d'Ackia le 26 mai 1736. Les escarmouches se sont poursuivies jusqu'à ce que la France cède ses revendications sur la région à l'est du Mississippi. après avoir été vaincu par les Britanniques lors de la guerre de Sept Ans (appelée la guerre des Français et des Indiens en Amérique du Nord).

Après la guerre d'Indépendance américaine, en 1793-94, Chickasaw a combattu en tant qu'allié des nouveaux États-Unis sous le commandement du général Anthony Wayne contre les Indiens de l'ancien Territoire du Nord-Ouest. Les Shawnee et d'autres Indiens du Nord-Ouest alliés sont vaincus lors de la bataille de Fallen Timbers le 20 août 1794.

Un historien du XIXe siècle, Horatio Cushman, a écrit : « Ni les Choctaws ni les Chicksaws ne se sont jamais engagés dans la guerre contre le peuple américain, mais ont toujours été leurs fidèles alliés. » Cushman croyait que les Chickasaw, ainsi que les Choctaw, pouvaient avoir leurs origines dans le Mexique actuel et avoir migré vers le nord. [8] Cette théorie n'a pas de consensus La recherche archéologique, comme indiqué ci-dessus, a révélé que les peuples avaient de longues histoires dans la région du Mississippi et ont développé indépendamment des cultures complexes.

En 1797, une évaluation générale de la tribu et de ses limites territoriales a été faite par Abraham Bishop de New Haven, qui a écrit :

Les Chickasaws sont une nation d'Indiens qui habitent le pays sur la rive est du Mississippi, sur les branches principales des rivières Tombeckbe (sic), Mobille et Yazoo. Leur pays est une vaste plaine, assez bien arrosée de sources et d'un assez bon sol. Ils ont sept villes, et leur nombre de combattants est estimé à 575. [12]

Relations avec les États-Unis Modifier

George Washington (premier président américain) et Henry Knox (premier secrétaire américain à la guerre) ont proposé la transformation culturelle des Amérindiens. [13] Washington croyait que les Amérindiens étaient égaux, mais que leur société était inférieure. Il a formulé une politique pour encourager le processus de « civilisation », et Thomas Jefferson l'a poursuivi. [14] L'historien Robert Remini a écrit : "Ils ont supposé qu'une fois que les Indiens auraient adopté la pratique de la propriété privée, construit des maisons, cultivé, éduqué leurs enfants et embrassé le christianisme, ces Amérindiens seraient acceptés par les Américains blancs." [15] Le plan en six points de Washington incluait une justice impartiale envers les Indiens réglementant l'achat de terres indiennes la promotion du commerce la promotion d'expériences pour civiliser ou améliorer la société indienne l'autorité présidentielle pour offrir des cadeaux et punir ceux qui ont violé les droits des Indiens. [16] Les agents des Indiens nommés par le gouvernement, comme Benjamin Hawkins, qui est devenu surintendant des Affaires indiennes pour tout le territoire au sud de la rivière Ohio. Lui et d'autres agents vivaient parmi les Indiens pour leur enseigner, par l'exemple et l'instruction, comment vivre comme des Blancs. [13] Hawkins a épousé une femme de Muscogee Creek et a vécu avec son peuple pendant des décennies. Au 19ème siècle, les Chickasaw ont de plus en plus adopté des pratiques euro-américaines, en créant des écoles, en adoptant des pratiques agricoles yeoman, en se convertissant au christianisme et en construisant des maisons dans des styles similaires à ceux de leurs voisins euro-américains.

Traité de Hopewell (1786) Modifier

Les Chickasaw ont signé le traité de Hopewell en 1786. L'article 11 de ce traité stipule : et la nation Chickasaw d'autre part, sera universelle, et les parties contractantes feront tout leur possible pour maintenir la paix donnée comme susdit, et l'amitié rétablie." Benjamin Hawkins a assisté à cette signature.

Traité de 1818 Modifier

En 1818, les dirigeants des Chickasaw ont signé plusieurs traités, dont le traité de Tuscaloosa, qui cédait toutes les revendications territoriales au nord de la frontière sud du Tennessee jusqu'à la rivière Ohio (la frontière sud de l'Indiana et du territoire de l'Illinois). [17] C'était connu sous le nom de « l'achat de Jackson ». Les Chickasaw ont été autorisés à conserver une réserve de quatre milles carrés, mais ont été tenus de louer le terrain à des immigrants européens.

Héritage Colbert (XIXe siècle) Modifier

Au milieu du XVIIIe siècle, un commerçant américain d'ascendance écossaise et chickasaw du nom de James Logan Colbert s'est installé dans la région de Muscle Shoals au Mississippi. Il y vécut pendant les 40 années suivantes, où il épousa successivement trois femmes Chickasaw de haut rang. [18] Les chefs Chickasaw et les femmes de haut rang ont trouvé ces mariages d'un avantage stratégique pour la tribu, car cela leur a donné des avantages avec les commerçants par rapport aux autres groupes. Colbert et ses femmes ont eu de nombreux enfants, dont sept fils : William, Jonathan, George, Levi, Samuel, Joseph et Pittman (ou James). Six ont survécu jusqu'à l'âge adulte (Jonathan est mort jeune.)

Les Chickasaw avaient un système matrilinéaire, dans lequel les enfants étaient considérés comme nés dans le clan de la mère et ils obtenaient leur statut dans la tribu de sa famille. La propriété et le leadership héréditaire passaient par la lignée maternelle, et le frère aîné de la mère était le principal mentor masculin des enfants, en particulier des garçons. En raison du statut de leurs mères, pendant près d'un siècle, les fils Colbert-Chickasaw et leurs descendants ont assuré un leadership essentiel lors des plus grands défis de la tribu. Ils ont eu l'avantage de grandir bilingues.

De ces six fils, William "Chooshemataha" Colbert (du nom du père de James Logan, le chef/major William d'Blainville "Piomingo" Colbert) a servi avec le général Andrew Jackson pendant les guerres Creek de 1813-14. Il a également servi pendant les guerres révolutionnaires et a reçu une commission du président George Washington en 1786 avec son grand-père homonyme. Ses frères Levi ("Itawamba Mingo") et George Colbert ("Tootesmastube") ont également effectué leur service militaire en soutien aux États-Unis. De plus, les deux ont chacun servi d'interprètes et de négociateurs pour les chefs de tribu pendant la période de destitution. Levi Colbert a servi comme chef principal, ce qui peut avoir été une désignation par les Américains, qui ne comprenaient pas la nature décentralisée du conseil des chefs, basé sur la tribu atteignant un large consensus pour les décisions importantes. Un exemple est que plus de 40 chefs du Conseil Chickasaw, représentant des clans et des villages, ont signé une lettre en novembre 1832 par Levi Colbert au président Andrew Jackson, se plaignant des négociations de traité avec son délégué général John Coffee. [19] Après la mort de Levi en 1834, le peuple Chickasaw a été forcé sur la Piste des Larmes. Son frère, George Colbert, lui succéda à contrecœur comme chef et négociateur principal, car il était bilingue et biculturel. George "Tootesmastube" Colbert n'a jamais atteint "Oka Homa" (eaux rouges) de Chickasaw, il est mort sur le territoire de Choctaw, Fort Towson, en route.

Traité de Pontotoc Creek et enlèvement (1832-1837) Modifier

En 1832, après que l'État du Mississippi eut déclaré sa juridiction sur les Indiens Chickasaw, interdisant l'autonomie des tribus, les chefs Chickasaw se sont réunis à la maison du conseil national le 20 octobre 1832 et ont signé le traité de Pontotoc Creek, cédant le reste du territoire du Mississippi aux États-Unis. et accepter de trouver des terres et de déménager à l'ouest du fleuve Mississippi. Entre 1832 et 1837, les Chickasaw feront d'autres négociations et organiseront leur enlèvement. [20]

Contrairement à d'autres tribus qui ont reçu des concessions de terres en échange de la cession de territoire, les Chickasaw ont demandé une compensation financière : ils devaient recevoir 3 millions de dollars américains des États-Unis pour leurs terres à l'est du fleuve Mississippi. [21] En 1836, après un débat amer de cinq ans au sein de la tribu, les Chickasaw étaient parvenus à un accord pour acheter des terres dans le Territoire indien du Choctaw précédemment retiré. Ils ont payé 530 000 $ aux Choctaw pour la partie la plus à l'ouest de leurs terres. Le premier groupe de Chickasaw a déménagé en 1837. Pendant près de 30 ans, les États-Unis n'ont pas payé aux Chickasaw les 3 millions de dollars qu'ils leur devaient pour leur territoire historique dans le Sud-Est.

Les Chickasaw se sont réunis à Memphis, Tennessee, le 4 juillet 1837, avec tous leurs biens portables : effets personnels, bétail et Afro-Américains réduits en esclavage. Trois mille et un Chickasaw ont traversé le fleuve Mississippi, en suivant les routes établies par le Choctaw et le Creek. [21] Pendant le voyage, souvent appelé le Sentier des larmes par toutes les tribus du Sud-Est qui ont dû le faire, plus de 500 Chickasaw sont morts de dysenterie et de variole.

Lorsque les Chickasaw ont atteint le territoire indien, les États-Unis ont commencé à les administrer par l'intermédiaire de la nation Choctaw, puis les ont fusionnés pour des raisons administratives. Les Chickasaw ont rédigé leur propre constitution dans les années 1850, un effort auquel a contribué Holmes Colbert.

Après plusieurs décennies de méfiance entre les deux peuples, au XXe siècle, les Chickasaw ont rétabli leur gouvernement indépendant. Ils sont reconnus au niveau fédéral comme la nation Chickasaw. Le gouvernement a son siège à Ada, Oklahoma.

Guerre de Sécession (1861) Modifier

La nation Chickasaw a été la première des cinq tribus civilisées à devenir des alliés des États confédérés d'Amérique. [22] De plus, ils en voulaient au gouvernement des États-Unis, qui les avait chassés de leurs terres et n'avait pas réussi à les protéger contre les tribus des Plaines de l'Ouest. En 1861, alors que les tensions liées au conflit de section montaient, l'armée américaine abandonna Fort Washita, laissant la nation Chickasaw sans défense contre les tribus des Plaines. Les fonctionnaires confédérés ont recruté les tribus amérindiennes avec des suggestions d'un État indien s'ils étaient victorieux de la guerre civile.

Les Chickasaw ont adopté une résolution s'alliant à la Confédération, qui a été signée par le gouverneur Cyrus Harris le 25 mai 1861.

Jusqu'à cette époque, notre protection était dans les troupes américaines stationnées à Fort Washita, sous le commandement du colonel Emory. Mais lui, dès que les troupes confédérées furent entrées dans notre pays, nous abandonna aussitôt ainsi que le fort et, pour rendre sa fuite plus expéditive et sa fuite plus sûre, employa Black Beaver, un Indien Shawnee, sous la promesse de lui

cinq mille dollars, pour le piloter et ses troupes hors du pays indien en toute sécurité sans collision avec les confédérés du Texas que Black Beaver a accompli. Par cet acte, les États-Unis abandonnèrent les Choctaws et les Chickasaws. . .

Puis, n'ayant pas d'autre alternative pour sauver leur pays et leurs biens, ils, comme le moindre des deux maux auxquels ils étaient confrontés, allèrent avec la Confédération du Sud.

Au début de la guerre de Sécession, Albert Pike est nommé envoyé confédéré auprès des Amérindiens. À ce titre, il a négocié plusieurs traités, dont le traité avec les Choctaws et les Chickasaws en juillet 1861. Le traité couvrait soixante-quatre termes, couvrant de nombreux sujets tels que la souveraineté des nations Choctaw et Chickasaw, les possibilités de citoyenneté des États confédérés d'Amérique et un délégué autorisé en la Chambre des représentants des États confédérés d'Amérique. [23] Parce que les Chickasaw se sont rangés du côté des États confédérés d'Amérique pendant la guerre de Sécession, ils ont ensuite dû renoncer à une partie de leurs terres. De plus, les États-Unis ont renégocié leur traité, insistant sur leur émancipation des esclaves et offrant la citoyenneté à ceux qui voulaient rester dans la nation Chickasaw. S'ils retournaient aux États-Unis, ils auraient la nationalité américaine. [21]

C'était la première fois dans l'histoire que les Chickasaws faisaient la guerre à un peuple anglophone.

Gouvernement Modifier

Les Chickasaws ont d'abord été combinés avec la nation Choctaw et leur région s'appelait le district de Chickasaw. Bien qu'à l'origine la limite ouest de la nation Choctaw s'étendait jusqu'au 100e méridien, pratiquement aucun Chickasaw ne vivait à l'ouest des Cross Timbers. La région était sujette à des raids continus par les Indiens sur les plaines du sud. Les États-Unis ont finalement loué la zone entre les 100e et 98e méridiens pour l'usage des tribus des Plaines. La zone était désignée sous le nom de « district loué ». [24]

Traités Modifier

Traité Année Signé avec Objectif principal Terre cédée
Traité avec les Chickasaw [25] 1786 États Unis Hopwell, Caroline du Sud Paix et protection fournies par les États-Unis et définir les frontières N / A
Traité avec les Chickasaw [26] 1801 États Unis Nation Chickasaw Droit de faire une route de chariot à travers la nation Chickasaw, Reconnaître la protection fournie par les États-Unis. (Pas encore disponible)
Traité avec les Chickasaw [27] 1805 États Unis Nation Chickasaw Éliminer la dette envers les commerçants et commerçants américains (Pas encore disponible)
Traité d'avec les Chickasaw [28] 1816 États Unis Nation Chickasaw Céder des terres, fournir des allocations et des parcelles réservées à la nation Chickasaw (Pas encore disponible)
Traité d'avec les Chickasaw [29] 1818 États Unis Nation Chickasaw Céder des terres, payer pour la cession de terres et définir des limites (Pas encore disponible)
Traité de Franklin [30] (non ratifié) 1830 États Unis Nation Chickasaw, Voir Hiram Masonic Lodge No. 7 [31] Cede atterrit à l'est du fleuve Mississippi et protège la tribu «faible» (Pas encore disponible)
Traité de Pontotoc [32] 1832 États Unis Nation Chickasaw Enlèvement et gain monétaire de la vente d'un terrain 6 422 400 acres (25 991 km 2 ). [21]

Après la guerre civile Modifier

Parce que les Chickasaw se sont alliés à la Confédération, après la guerre civile, le gouvernement des États-Unis a demandé à la nation de conclure un nouveau traité de paix en 1866. Il comprenait la disposition selon laquelle ils émancipent les Afro-Américains asservis et accordent la pleine citoyenneté à ceux qui voulaient rester dans la nation Chickasaw.

Ces personnes et leurs descendants sont devenus connus sous le nom de Chickasaw Freedmen. Les descendants des Freedmen continuent de vivre en Oklahoma. Aujourd'hui, l'Association des affranchis Choctaw-Chickasaw de l'Oklahoma représente les intérêts des descendants des affranchis de ces deux tribus. [33]

Mais la nation Chickasaw n'a jamais accordé la citoyenneté aux affranchis Chickasaw. [34] La seule façon pour les Afro-Américains de devenir citoyens à ce moment-là était d'avoir un ou plusieurs parents Chickasaw ou de demander la citoyenneté et de suivre le processus disponible pour d'autres non-autochtones, même s'ils étaient d'ascendance partielle Chickasaw connue dans une génération antérieure. Parce que la nation Chickasaw n'a pas accordé la citoyenneté à ses affranchis après la guerre civile (cela aurait été semblable à l'adoption formelle d'individus dans la tribu), ils ont été pénalisés par le gouvernement américain. Il a pris plus de la moitié de leur territoire, sans aucune compensation. Ils ont perdu le territoire qui avait été négocié dans les traités en échange de leur utilisation après leur retrait du Sud-Est. [ citation requise ]

Le peuple indien Chaloklowa Chickasaw, composé de descendants de Chickasaw qui n'ont pas quitté le Sud-Est, a été reconnu comme un « groupe reconnu par l'État » en 2005 par la Caroline du Sud. Ils ont leur siège à Hemingway, en Caroline du Sud. [35] En 2003, ils ont demandé sans succès au Département américain du Bureau de l'intérieur des Affaires indiennes d'essayer d'obtenir la reconnaissance fédérale en tant que tribu indienne. [36]

Culture Modifier

Le suffixe -Mingo (Chickasaw : minko) est utilisé pour identifier un chef. Par exemple, Tishomingo était le nom d'un célèbre chef Chickasaw. Les villes de Tishomingo dans le Mississippi et l'Oklahoma portent son nom, tout comme le comté de Tishomingo dans le Mississippi. Le Black Mingo Creek de Caroline du Sud a été nommé d'après un chef colonial Chickasaw, qui contrôlait les terres qui l'entouraient comme terrain de chasse. Parfois, le suffixe est orthographié minko, mais cela se produit le plus souvent dans les références littéraires plus anciennes.

En 2010, la tribu a ouvert le centre culturel Chickasaw à Sulphur, Oklahoma. Il comprend le Chikasha Inchokka' Village traditionnel, jardin d'honneur, pavillon du ciel et de l'eau et plusieurs expositions approfondies sur la culture diversifiée des Chickasaw. [37]


Il est très évident que les Indiens Chickasaw étaient similaires à la culture et au mode de vie des Choctaws car ils parlaient une langue très identique, il est parfois difficile de repérer la différence entre les langues qu'ils ont parlées. Ils accordaient également de l'importance à l'orientation matrilinéaire dans leur société. Cette orientation matrilinéaire signifie qu'ils n'ont tracé leur généalogie qu'à travers la lignée de leur mère.


Dans l'histoire de la tribu indienne Chickasaw, cela montre l'importance qu'ils accordaient aux femmes dans leurs communautés, comme ce que font également les Choctaws. Leur système politique a également été décentralisé afin de céder la place aux autres villages pour avoir leurs chefs et dirigeants respectifs. Le soleil est également vénéré comme l'expression ultime du pouvoir présent dans la nature. Pour eux, c'est ce qui crée et maintient la vie sur Terre.


Histoire de Chickasaw

L'histoire de la nation Chickasaw à son emplacement actuel a commencé en 1855, lorsque la tribu a été séparée de la nation Choctaw et a reformé son propre gouvernement. Avant cette époque, la nation Chickasaw occupait les terres d'origine dans ce qui sont maintenant les États du Mississippi, du Kentucky, du Tennessee et de l'Alabama. La première histoire enregistrée de la nation Chickasaw a commencé en 1540, lorsque Hernando de Soto a rencontré la tribu lors de ses voyages dans la partie sud-est du continent. Sous le président Andrew Jackson, la nation Chickasaw a été déplacée à son emplacement actuel, mais en tant que partie de la nation Choctaw. Ce déménagement a eu lieu à la fin des années 1830. Les gens étaient mécontents de faire partie de la nation Choctaw et, par traité avec les Choctaws et les États-Unis, ont rompu leurs relations avec la nation Choctaw et formé leur propre gouvernement. The boundaries of the Chickasaw Nation were established by treaty, and continue to be recognized by the United States.

Suggested Sources on History and Culture:

The Chickasaws, by Dr. Arrell M. Gibson. This book provides historical information from traditional origins of the tribe until Oklahoma statehood in 1907.

Adair's History of the American Indian, by James Adair. Adair was a minister who lived among the Chickasaws and Choctaws in the middle of the 18th century. The book provides insight into tribal history, cultures and traditions.


CHICKASAW SCHOOLS.

In their original homeland in present Mississippi, beginning in 1799 Chickasaw Nation citizens first experienced English-language education through missionaries. The most significant of those efforts began in 1819 as a result of the Indian Civilization Fund Act, which invited Protestant missionaries to teach religion if they also taught secular subjects.

Under that legislation the Cumberland Presbyterian Association founded a school for Chickasaw children, Charity Hall, in 1820, and the South Carolina-Georgia Synod established Monroe, a demonstration farm school, in 1822. The boarding school/demonstration farm model was a forerunner of the "manual labor academy," a model of education considered inappropriate for white children but deemed appropriate for women, African Americans, and American Indians.

Chickasaws, however, found this model to be effective, as agriculture was a significant part of their nation's economic base, and even appropriated funds to build three more schools: Tokshish, Martyn, and Caney Creek. The objective of these schools was "to train the head, heart, and hand" of Chickasaw children. Consequently, the course of study included religious, academic, and domestic or industrial components. The Chickasaw people viewed education as essential to their continuing success in negotiations with the United States government. Nevertheless, Congress passed the Indian Removal Act in 1830, and in 1837 the Chickasaw people were forcibly relocated to the Indian Territory (present Oklahoma).

The Chickasaws determinedly rebuilt their nation. Knowing that education was crucial to their ultimate survival, in their first written laws in 1844 they founded a tribal academy, the Chickasaw Manual Labor Academy for boys. They soon opened four other boarding schools, for both males and females. Those schools were the Wapanucka Institute for girls (1852), the Bloomfield Academy for girls (1852), the Collins Institute (Colbert, 1854), and the Burney Institute for girls (1859). Remarkably, those schools were established by the Chickasaw Nation twenty years before the opening of the first federally operated off-reservation boarding school.

The Chickasaws partnered with Protestant denominations in their endeavors. Although the tribe supplied most of the funds, the missionary board controlled the schools' operation and hired the teachers from New England colleges and academies. The curriculum at the best-known Chickasaw boarding school, Bloomfield Academy, had academic, social, domestic, and religious components. Basic academic education was offered, as well as instruction in "social graces" such as drawing, painting, and vocal music. The domestic curriculum included instruction in sewing, cooking, and housework, which were considered an important part of the acculturation or "civilization" process. Missionaries emphasized the religious curriculum, consisting primarily of scripture memorization, as they strove to replace Chickasaw traditions with Christian teachings. The students were not allowed to speak the Chickasaw language at school, and in the case of many mixed-blood families, at home. Because of the outbreak of the Civil War in 1861 the boarding schools were closed.

After the war the Chickasaws reopened them in 1876 and maintained complete control until Oklahoma statehood in 1907. That period was regarded as the golden age of the Chickasaw boarding schools. During those years Chickasaw leaders changed the institutions' curricula. At Bloomfield, for example, religious training was minimal. Bloomfield's academic curriculum was considered equivalent to that of a junior college. In addition, students were instructed in social courses such as art, music, elocution, theater, and dancing. Domestic education was notably absent. Bloomfield enjoyed such a good reputation that the school was termed "the Bryn Mawr of the West." Bloomfield graduates were known as "the Bloomfield Blossoms." The course of study was designed to educate students to become leaders, to participate in both Indian and white communities, and to help Chickasaws transcend significant social and economic boundaries.

The U.S. government took control of the schools with the passage of the Curtis Act in 1898. At the turn of the century the Chickasaw Nation operated thirteen day schools, four academies, and an orphans' home. By Oklahoma statehood in 1907 the government had laid the groundwork for a state educational system by using the schools of the Five Tribes as models. Government officials shut down the Chickasaws' school system. Only Bloomfield Academy, the pride of the Chickasaws, remained in operation until 1949, but out of their control.

Bibliographie

H. Warren Button and Eugene F. Provenzo, History of Education and Culture in America (Englewood Cliffs, N.J.: Prentice-Hall, 1983).

Sarah J. Carr, "Bloomfield Academy and Its Founder," The Chronicles of Oklahoma 2 (December 1924).

Arrell M. Gibson, The Chickasaws (Norman: University of Oklahoma Press, 1971).

Joe C. Jackson, "Survey of Education in Eastern Oklahoma from 1907 to 1915," The Chronicles of Oklahoma 29 (Summer 1951).

Irene B. Mitchell, "Bloomfield Academy," The Chronicles of Oklahoma 49 (Winter 1971–72).

No part of this site may be construed as in the public domain.

Copyright to all articles and other content in the online and print versions of The Encyclopedia of Oklahoma History is held by the Oklahoma Historical Society (OHS). This includes individual articles (copyright to OHS by author assignment) and corporately (as a complete body of work), including web design, graphics, searching functions, and listing/browsing methods. Copyright to all of these materials is protected under United States and International law.

Users agree not to download, copy, modify, sell, lease, rent, reprint, or otherwise distribute these materials, or to link to these materials on another web site, without authorization of the Oklahoma Historical Society. Individual users must determine if their use of the Materials falls under United States copyright law's "Fair Use" guidelines and does not infringe on the proprietary rights of the Oklahoma Historical Society as the legal copyright holder of The Encyclopedia of Oklahoma History and part or in whole.

Photo credits: All photographs presented in the published and online versions of The Encyclopedia of Oklahoma History and Culture are the property of the Oklahoma Historical Society (unless otherwise stated).

Citation

The following (as per The Chicago Manual of Style, 17th edition) is the preferred citation for articles:
Amanda J. Cobb, &ldquoChickasaw Schools,&rdquo The Encyclopedia of Oklahoma History and Culture, https://www.okhistory.org/publications/enc/entry.php?entry=CH034.

© Oklahoma Historical Society.

Oklahoma Historical Society | 800 Nazih Zuhdi Drive, Oklahoma City, OK 73105 | 405-521-2491
Site Index | Contact Us | Privacy | Press Room | Website Inquiries


History of Chickasaw - History

A Bond with Tradition

“Built on the ideas, imagination and creativity of Chickasaws from all walks of life, this center incorporates nature, history, heritage and life ways to tell the ongoing story of the Chickasaw people. We invite you to join us as we celebrate the vision, resilience and spirit of the men, women and children of the Chickasaw Nation.” Governor Bill Anoatubby

The Chickasaw Cultural Center

The Chickasaw Cultural Center offers a world of opportunity to learn and connect with First American history. Watch the story of the Chickasaw people unfold before your eyes through powerful performances, reenactments, demonstrations, collections and exhibits at one of the largest and most extensive tribal cultural centers in the United States. Share in our passion, walk through our past and look to our future &ndash all in one unforgettable experience.

The Chickasaw Cultural Center

The Chickasaw Cultural Center offers a world of opportunity to learn and connect with First American history. Watch the story of the Chickasaw people unfold before your eyes through powerful performances, reenactments, demonstrations, collections and exhibits at one of the largest and most extensive tribal cultural centers in the United States. Share in our passion, walk through our past and look to our future &ndash all in one unforgettable experience.

Campus Grounds

Combining natural architectural elements and breathtaking scenery, our 184-acre campus offers no shortage of activities and adventures suited to visitors of all ages.

Campus Grounds

Combining natural architectural elements and breathtaking scenery, our 184-acre campus offers no shortage of activities and adventures suited to visitors of all ages.

Chikasha Poya Exhibit Center

The innovative Chikasha Poya Exhibit Center is home to displays and interactive experiences designed to educate through lessons, exhibits, treasured stories and interactive technology.

Chikasha Poya Exhibit Center

The innovative Chikasha Poya Exhibit Center is home to displays and interactive experiences designed to educate through lessons, exhibits, treasured stories and interactive technology.

Holisso: The Center for the Study of Chickasaw History and Culture

The Holisso: The Center for the Study of Chickasaw History and Culture features an extensive scholarly library and a collection of historical documents and anecdotes passed from generation to generation.

Holisso: The Center for the Study of Chickasaw History and Culture

The Holisso: The Center for the Study of Chickasaw History and Culture features an extensive scholarly library and a collection of historical documents and anecdotes passed from generation to generation.

Anoli' Theater

The Anoli' Theater is a state-of-the-art venue complete with a giant, four-story movie screen and a new, 2k high-definition digital projector. The theater primarily serves as a venue for showcasing American Indian history through film, but it also hosts a variety of special events and presentations.

Anoli' Theater

The Anoli' Theater is a state-of-the-art venue complete with a giant, four-story movie screen and a new, 2k high-definition digital projector. The theater primarily serves as a venue for showcasing American Indian history through film, but it also hosts a variety of special events and presentations.

Shopping

The Aaimpaꞌ Café and Aachompaꞌ Gift Shops will delight your senses with delicious Chickasaw fare and beautiful goods from Chickasaw Nation artisans.

Shopping

The Aaimpaꞌ Café and Aachompaꞌ Gift Shops will delight your senses with delicious Chickasaw fare and beautiful goods from Chickasaw Nation artisans.

Chikasha Inchokka' Traditional Village

Step into the past at the Chikasha Inchokka' Traditional Village, featuring authentic architecture, gardens and a variety of interactive lessons and demonstrations of Chickasaw culture.

Chikasha Inchokka' Traditional Village

Step into the past at the Chikasha Inchokka' Traditional Village, featuring authentic architecture, gardens and a variety of interactive lessons and demonstrations of Chickasaw culture.

Fine Art Galleries

Explore the history and culture of the expressive Chickasaw people by perusing the Aapisa' Art Gallery and Aaittafama' Room. Both beautiful spaces feature rotating artwork and exhibits for visitors of the Center to view.

Fine Art Galleries

Explore the history and culture of the expressive Chickasaw people by perusing the Aapisa' Art Gallery and Aaittafama' Room. Both beautiful spaces feature rotating artwork and exhibits for visitors of the Center to view.