Dublin

Dublin


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Les Vikings ont établi Dublin au IXe siècle comme l'une de ses trois grandes villes du nord-ouest de l'Europe en dehors de la Scandinavie. La ville a été capturée par les Anglais en 1171 et le roi Henri II a encouragé les Anglais à s'installer dans la région. Au XIIIe siècle, le château de Dublin était devenu le siège de l'administration royale anglaise.

Au XIXe siècle, Dublin s'est considérablement agrandie et a été reconnue comme la deuxième ville des îles britanniques. En 1900, près de 26 000 familles vivaient dans 5 000 logements. Plus de 20 000 familles vivent dans une seule pièce et 5 000 autres n'avaient que deux pièces. Sur les 5 000 logements, plus de 1 500 ont été condamnés comme impropres à l'habitation humaine.

Le taux de mortalité moyen en Irlande à cette époque était de 17,3 personnes pour mille de la population. À Dublin, il était de 24,8. La mortalité infantile était la principale raison de ce taux de mortalité élevé. En 1901, une moyenne de 168 bébés sont morts pour 1000 naissances. La moyenne pour le reste de l'Irlande était de 101 pour 1000 naissances alors qu'à Londres elle était de 148 pour mille.

L'autre grand tueur à Dublin était la tuberculose. Un rapport publié en 1912 affirmait que le taux de mortalité par tuberculose était 50 % plus élevé en Irlande qu'en Écosse et en Angleterre. Le rapport ajoute qu'à Dublin "la grande majorité des décès (dus à la tuberculose) se sont produits parmi les classes les plus pauvres, en particulier dans les familles occupant des logements à une seule pièce".

En 1901, il y avait 9 397 hommes employés dans l'industrie à Dublin (imprimerie, ingénierie, habillement, ameublement et tannage du cuir). 7 602 autres étaient dans le commerce de transport et 23 278 autres hommes étaient classés comme ouvriers.

Après 1919, les bâtiments de l'ère britannique ont été repris par le gouvernement républicain récemment établi. Par exemple, l'ancien Mansion House est devenu le premier siège du nouveau Parlement.

O'Connell Street est bondée de soldats anglais, vers lesquels les filles irlandaises ont afflué de Coombe et d'autres parties de la ville, où elles n'ont pas de foyer convenable pour rester. Les gens se sont récemment plaints dans la presse d'être suivis dans la rue par des enfants, ou leurs aînés, essayant de gagner la dixième partie d'un sou. Il est facile de comprendre que les gens devraient être fâchés de ne pas être laissés en paix, quand ils sont eux-mêmes mis « à l'épingle de leur col » pour garder un bon toit au-dessus de leur tête. Néanmoins, ne devrions-nous pas tous nous demander si les enfants se promènent jambes nues et mal nourris par pure perversité, et si c'est un état de choses naturel, légitime et inévitable que certaines personnes soient incapables de se nourrir et de nourrir leur famille.

O'Connell Street est bondée de soldats anglais, vers lesquels les filles irlandaises ont afflué de Coombe et d'autres parties de la ville, où elles n'ont pas de foyer convenable pour rester. Néanmoins, ne devrions-nous pas tous nous demander si les enfants se promènent jambes nues et mal nourris par pure perversité, et si c'est un état de choses naturel, légitime et inévitable que certaines personnes soient incapables de se nourrir et de nourrir leur famille.

C'est un fait regrettable qu'en Irlande (en 1900) le taux de mortalité par tuberculose était d'environ 50 % plus élevé qu'en Écosse et en Angleterre.

Ils considèrent qu'ils ont tous les droits qui sont donnés aux hommes et aux sociétés d'hommes, mais ils nient le droit des hommes de prétendre qu'ils ont aussi un droit substantiel sur la part du produit qu'ils produisent, et ils disent qu'ils ne veulent aucune ingérence de tiers. Ils veulent traiter avec leurs ouvriers individuellement. Cela signifie que les hommes qui détiennent les moyens de vivre contrôlent nos vies, et, parce que nous, ouvriers, avons essayé d'obtenir une certaine mesure de justice, une certaine mesure d'amélioration, ils nient le droit de l'être humain de s'associer avec son prochain. Pourquoi la loi même de la nature était la coopération mutuelle. L'homme doit être associé à ses semblables. Les employeurs n'ont pas été en mesure de se défendre eux-mêmes. Qu'il les aide. Quelle était la situation des affaires en rapport avec la vie dans l'Irlande industrielle ? Il y a 21 000 familles - quatre personnes et demie par famille - vivant dans des chambres individuelles. Qui est responsable ? Les messieurs en face de lui devraient accepter la responsabilité. Bien sûr qu'ils le doivent. Ils ont dit qu'ils contrôlaient les moyens de la vie ; alors la responsabilité leur incombe. Vingt et un mille personnes multipliées par cinq, plus de cent mille personnes entassées dans les bidonvilles putrides de Dublin.

Le prêtre et le pasteur, le politicien et la presse, et les autorités policières ont admis qu'il existe ici à Dublin une situation sans égal en Europe occidentale. La pauvreté rôde parmi vous ; la maladie est endémique; le vice lève sa tête immonde nue, sans honte ; la transpiration et le surmenage sont omniprésents ; la sous-alimentation est évidente pour quiconque a des yeux pour voir; la saleté, la maladie et la mort causées par l'exploitation du travailleur dépossédé par l'employeur peu scrupuleux et non chrétien ; les enfants pourrissent et meurent dans les bidonvilles ; les femmes ont le cœur brisé et dégradées ; les hommes sont découragés et débauchés à cause des conditions de vie misérables. Le seul remède est une administration propre et honnête des affaires de la ville par des hommes et des femmes propres, honnêtes et intelligents. Par conséquent, à vous est donné le devoir de rendre de tels hommes.


Crumlin couvre la région de la rivière Poddle près du KCR (Kimmage Cross Roads) à Sundrive Road et Crumlin Cross à Le bar sous-marin jusqu'au cœur du village de Crumlin et la route de Drimnagh, jusqu'à Bunting Road, Crumlin Road puis le long du Grand Canal du pont du Rialto au pont de Sally. Il est situé près du centre-ville, dans la partie sud de la ville de Dublin. Les zones voisines comprennent Walkinstown, Perrystown, Drimnagh, Terenure et Kimmage. Crumlin est contenu dans le district postal de Dublin 12.

Crumlin tire son nom de la « vallée tordue » connue sous le nom de vallée de Lansdowne. La vallée a été formée par l'érosion glaciaire dans un passé lointain et est maintenant traversée par la rivière Camac. La vallée est située en face de Drimnagh et est en grande partie composée de maisons de bonne qualité avec un parc de loisirs abondant. [ citation requise ]

À l'époque médiévale, Dublin était entourée d'établissements seigneuriaux, chacun comprenant un manoir, une église et un cimetière, des terres agricoles et des cottages. Ces colonies se sont développées en un réseau de villages autour de Dublin, créant une stabilité et une continuité de l'emplacement. Le village de Crumlin s'est développé comme une colonie anglo-normande peu après la conquête normande en 1170 (bien que la configuration circulaire de l'ancien cimetière de Saint Mary's dans le village suggère des associations pré-normandes), et a survécu à travers les siècles pour devenir le village d'aujourd'hui . L'ancienne église Sainte-Marie se dresse sur le site d'une église du XIIe siècle de la même dédicace, et une succession d'églises a occupé le site à travers les siècles jusqu'à nos jours. En 1193, le roi Jean (alors comte de Moreton) a donné l'église de Crumlin pour former une prébende pour la collégiale de Saint Patrick. Lorsque le corps principal de l'ancienne église actuelle a été reconstruit en 1817, l'ancienne tour d'origine beaucoup plus ancienne a été conservée.

Crumlin, avec Saggart, Newcastle, Lyons et Esker (Lucan), a été constitué en manoir royal par le roi Jean peu avant la fin de son règne en 1216. Les familles nobles anglaises de l'époque avaient des liens étroits avec l'Irlande, en particulier à Leinster. Par exemple, William Fitz John of Harptree [1] était un seigneur d'une certaine importance dans le Somerset et aurait probablement servi en Irlande sous le roi Jean. Au début du règne du roi Henri III, Fitz John acquit la garde des terres de William de Carew et détenait le manoir royal de Crumlin, bien qu'il n'ait pas établi de racines familiales en Irlande. [2] [3]

Comme l'église était le noyau de la vie sur le manoir à l'époque médiévale, nous pouvons en toute confiance placer le centre de la colonie médiévale de Crumlin, dans la zone du village moderne de Crumlin. Cela a été confirmé par des fouilles archéologiques récentes dans la région de Sainte-Marie et sur le site de l'ancienne motte et des travaux de terrassement sur lesquels la nouvelle église Sainte-Marie a été construite.

Certains des équipements locaux de Crumlin, tels que le Pearse College sur Clogher Road et le parc Ceannt, portent le nom de certains des rebelles de 1916 qui avaient un camp d'entraînement à Kimmage à proximité, au carrefour de Sundrive.

Un certain nombre de routes portent le nom de certaines villes d'Ulster et de diverses villes irlandaises associées à des sites/villes païens ou religieux. Il y a une statue du guerrier Cúchulainn située en face de l'église Sainte-Marie à la jonction avec Bunting Road. La statue est pour Oisín, un homme de Kildare qui jouait au hurling dans la région de Crumlin. Cúchulainn, son père, était originaire des montagnes Cooley autour de Louth, South Armagh, où la Cooley Road à Drimnagh tire son nom.

Les écoles desservant la région comprennent Loreto College, Rosary College, Scoil Úna Naofa (anciennement St. Agnes NS), Marist National School, St. Kevin's College et Scoil Íosagáin. [ citation requise ]

Les lignes de bus de Dublin qui desservent la région de Crumlin comprennent les numéros de route 9, 17, 18, 27, 56A, 77A, 83, 83A, 122, 123, 150 et 151. [ citation requise ]

Les clubs GAA de la région incluent Crumlin GAA (basé à Pearse Park, avec ses salles de club à O'Toole Park), Kevin's GAA (basé à Dolphin Park) et Templeogue Synge Street GAA (basé à Dolphin Park, avec des salles de club à Bushy Park). [ citation requise ] St James Gaels, un autre club GAA de la région, joue ses matchs à domicile au Iveagh Grounds. [ citation requise ] Le Guinness Rugby Football Club est également basé sur les terrains d'Iveagh.

Les clubs de football (football) de l'Association locale comprennent le Crumlin United F.C., le St James's Gate F.C. et le Lourdes Celtic FC. Ce dernier est une équipe de football junior de la région de Sundrive, qui joue dans les ligues juniors de Leinster. Damien Duff et Andy Reid jouaient auparavant pour le club. [ citation requise ]

Crumlin Boxing Club est basé à Windmill Road et a produit Dean Byrne. Le Crumlin Bowling Club est basé sur St.Mary's Road et faisait à l'origine partie de l'Imperial Tobacco Company de 1926 à 1947. [ citation requise ]

La Main Stage Wrestling Academy, basée sur Sundrive Road, est une école de lutte professionnelle. [ citation requise ]

Quand le drame de la RTÉ Ville équitable lancé en 1989, des plans extérieurs ont été tournés dans la région de Crumlin-Drimnagh pendant les trois premières saisons du programme (1989-1993) jusqu'à la quatrième saison lancée en 1994, l'année où le tournage de RTÉ, Donnybrook a été achevé.

En 1994, des répliques de l'extérieur des maisons utilisées dans la série ont été construites dans les studios Donnybrook. Il y est encore filmé à ce jour.

Les personnes notables qui ont vécu ou ont été associées à la région comprennent :


Politique

La politique de l'Irlande du XIXe siècle était caractérisée par des luttes constitutionnelles, sociales et révolutionnaires, telles que la campagne pour abroger l'Acte d'Union et restaurer l'autonomie gouvernementale. Plus tard, le mouvement Home Rule sous Charles Stewart Parnell a finalement conduit à l'apogée de l'histoire politique irlandaise moderne et à la lutte pour l'indépendance qui se déroulait dans les rues mêmes de Dublin. L'Insurrection de 1916, la guerre d'indépendance irlandaise (1919), le traité anglo-irlandais de 1922 et la guerre de Sécession l'année suivante ont tous laissé leur empreinte sur la ville. Les zones détruites sont reconstruites et Dublin redevient capitale. Le gouvernement irlandais siège toujours à Dublin aujourd'hui, à Leinster House sur Kildare Street dans le centre-ville.


Bienvenue!

La Dublin Historical Society, dont la mission est de « . . . collecter, préparer et préserver tous les faits historiques, reliques et monuments commémoratifs de toutes sortes concernant la ville de Dublin, y compris les parties d'autres villes qui auraient pu faire partie à l'origine de la ville de Dublin. . . », a été fondée en 1920 et relancé en 1986.

Nous exploitons également un petit musée dans une ancienne école à classe unique sur la rue Main, juste en dessous de l'école primaire actuelle. Le musée est ouvert en été le samedi matin à partir de 9h. À tout autre moment, le musée est ouvert sur rendez-vous. Veuillez appeler et demander Russell Bastedo.

Notre principale collection de lettres, photos, documents, livres, etc. est conservée dans les archives de Dublin situées derrière l'hôtel de ville de Dublin. Consultez notre page Archives pour plus d'informations.

Nous accueillons les soumissions à la société historique : livres, lettres, documents, photos, et autres, qui se rapportent à Dublin. Si vous avez un bon « vidage » et que vous ne savez pas quoi faire avec cette boîte de lettres (et qu'elles concernent les résidents de Dublin ou de Dublin, passés et présents), appelez-nous avant d'aller à la décharge !


Dublin - Histoire

Appelez-nous : 614-889-2001
Visitez-nous : 129 S. High St., Dublin, OH 43017

Les Amérindiens des tribus Hopewell, Adena, Delaware, Shawnee et Wyandot ont été parmi les premiers habitants de la campagne qui allait devenir Dublin, Ohio. Après la guerre d'indépendance, le gouvernement des États-Unis a donné 2 000 acres de terres le long de la rivière Scioto au lieutenant James Holt en paiement de son service. En 1802, les Pennsylvaniens Peter et Benjamin Sells ont acheté 400 acres de cette terre pour leur frère, John. Aujourd'hui, le site de l'achat initial de John Sells&rsquo est connu sous le nom de Dublin historique.

En 1808, John Sells et sa famille se sont rendus en Ohio pour revendiquer la terre. Deux ans plus tard, Sells et un Irlandais, John Shields, commencèrent à arpenter les lots de la future ville. Selon la légende, Sells a demandé à Shields de choisir son nom. Après de longues délibérations, Shields aurait déclaré : « Si j'ai l'honneur de me donner le nom de votre village, avec la luminosité du matin et le soleil radieux sur les collines et les vallons qui entourent cette belle vallée, cela me ferait grand plaisir de nommer votre nouvelle ville après ma ville natale, Dublin, Irlande."

Dublin a été constituée en 1881 et est officiellement devenue une ville en août 1987. Grâce à une croissance bien gérée, Dublin a préservé une grande partie de son passé historique tout en enrichissant la qualité de vie au sein de la communauté. L'architecture du début du XIXe siècle et les clôtures en calcaire posé à sec bordant ses routes témoignent du patrimoine rural de Dublin. Beaucoup de ses bâtiments d'origine sont répertoriés dans le Registre national des lieux historiques.

Ces rappels des débuts ruraux de Dublin complètent ce qui est maintenant devenu un centre d'affaires de banlieue florissant. L'augmentation de la population de Dublin de 681 habitants en 1970 à plus de 35 000 habitants aujourd'hui peut être attribuée à l'achèvement de la ceinture extérieure I-270, au développement du Muirfield Village Golf Club et à l'arrivée de nombreux sièges sociaux tels que Wendy's International et Ashland, Inc.

Aujourd'hui, Dublin englobe près de 25 miles carrés dans la zone nord-ouest de la métropole de Columbus. Sa population est composée de citoyens en mobilité ascendante, jeunes, mariés et employés, dont plus de la moitié ont des enfants vivant à la maison. La population diurne s'élève à plus de 60 000 personnes, y compris les résidents et les citoyens corporatifs.

Pour plus d'informations sur l'histoire de Dublin, veuillez contacter Tom Holton à la Dublin Historical Society au 614-716-9149.

(Sources Tom&rsquos : Dublin Historical Society, Ohio Historical Society et City of Dublin.)

Impression historique de Dublin
Disponible à la Chambre de Commerce pour un don de 20$.


Histoire de Dublin

Les Amérindiens – Hopewell, Adenas, Delaware, Shawnee et Wyandot – furent les premiers habitants de la campagne qui allait devenir Dublin. Le Hopewell a laissé plusieurs monticules, dont l'un sera incorporé dans un parc et un centre d'éducation de la ville de Dublin. Le Dublin historique d'aujourd'hui comprend une section d'environ 800 acres de terre donnée au lieutenant James Holt par le Commonwealth de Virginie en guise de paiement pour service dans la guerre d'indépendance. Cette partie de ce qui est devenu l'Ohio était connue sous le nom de Virginia Military District.

Ludwig Sells et ses fils ont parcouru la rivière Scioto et ont décidé de ce site vers 1803. C'est sur une partie de la rivière Scioto qui a été recommandé car c'est le point culminant de toute la rivière et il est très peu probable qu'il soit inondé. Les ressources étaient abondantes pour l'agriculture et la chasse et les matériaux de construction comme la pierre et le bois étaient en grande quantité. John Sells, l'un des frères, aménagea une partie de ses terres pour fonder un village en 1810. Il demanda à John Shields, l'arpenteur qui lui plaça le terrain, de nommer le village qui jusqu'alors était connu sous le nom de Sells Settlement. Shields l'a nommé Dublin d'après sa maison à Dublin, en Irlande. Aujourd'hui, le site de l'achat initial de Sells est connu sous le nom de Dublin historique.

Plusieurs familles fondatrices se sont succédé dans le comté de Huntingdon, en Pennsylvanie. La plupart de ces familles étaient d'origine allemande et européenne : Karrer, Ashbaugh, Horch, Ebey (Aebi), Geese, Leppert, Hayden. Malgré le nom de Dublin, très peu de familles irlandaises ont été parmi celles qui ont trouvé un foyer au début de Dublin.

L'Indian Run et la rivière Scioto fournissent la puissance nécessaire pour entraîner les machines des moulins construits par des hommes industrieux. Les moulins coupaient les arbres pour améliorer les matériaux de construction et broyaient les grains pour diverses utilisations. Il y avait trois moulins à grains sur la rivière Scioto pendant les premières années.

Dublin était une communauté agricole avec des entreprises soutenant les agriculteurs. Un autre secteur d'activité était la taverne et l'hébergement pour les voyageurs, principalement le long de la route carrossable maintenant appelée route 161. Les gens avaient besoin d'un endroit pour passer la nuit, d'un repas, et les chevaux devaient être hébergés et nourris. L'exploitation des carrières de pierre est devenue une grande entreprise car les moyens et les machines ont permis aux hommes de dynamiter et de déplacer efficacement la roche et la pierre en grande quantité. Au cours des premières années des carrières de pierre, Dublin a acquis une réputation de ville rude. Il y avait un refrain entendu dans de nombreux bars à la fin des années 1880 :

Dublin, ville des belles roses,
Yeux crevés et nez en sang
S'il n'y avait pas de fondation solide en roche
C'est parti en enfer et à la damnation !

Voici un fait surprenant à propos de Dublin : quatre arrière-petits-fils de Ludwig Sells, le père fondateur de Dublin, se sont réunis et ont acheté le cirque. Ils ont commencé avec un petit spectacle de cirque vers 1870 et ont grandi en acquérant d'autres cirques jusqu'à ce qu'ils aient le plus grand cirque du monde pendant un certain temps, pour finalement fermer en 1905.

La vie à Dublin a continué pendant de nombreuses années avec peu de changements. Certains habitants décrivent le village comme une « ville agricole pauvre » et les photos des bâtiments des années avant les années 1970 le confirment.

Dans les années 1970, Dublin a commencé à se transformer d'un village rural en un centre d'affaires de banlieue. Les facteurs contributifs incluent la décision d'Ashland Chemical Company de localiser un nouveau bâtiment à Dublin. Un autre était la décision d'inclure une rampe vers Dublin au niveau de la ceinture extérieure I-270 et un troisième est le développement du Muirfield Village Golf Club et de la communauté résidentielle. Ces trois ont mis Dublin sur une trajectoire de croissance.

La qualité de la construction commerciale de Dublin a été établie très tôt avec le développement du Metro Center et du complexe MidVo de Volkswagen du Midwest (les bâtiments font maintenant partie d'OCLC). Avec une croissance commerciale et résidentielle rapide, Dublin est officiellement devenue une ville en août 1987.

Grâce à une croissance bien gérée, Dublin a préservé son passé historique tout en enrichissant la qualité de vie au sein de la communauté. L'architecture du début du XIXe siècle et les clôtures en calcaire posé à sec bordant ses routes ajoutent au patrimoine historique de Dublin. Beaucoup de ses bâtiments d'origine sont répertoriés dans le registre national des lieux historiques.

En 2004, la ville de Dublin a écrit une histoire du village et de la ville, "Dublin’s Journey". Le livre raconte bon nombre des caractéristiques qui contribuent au caractère de notre communauté, y compris les règlements d'aménagement paysager mis en place lorsque le village était dans un état de développement en formation. La forme de gouvernement du directeur municipal en est une autre. La participation des citoyens au gouvernement, la taxe de séjour, les parcs réservés aux développements et bien d'autres ajoutent à la qualité de vie de notre ville.

"Dublin’s Journey" contient d'autres grandes histoires d'histoire, notamment la légende de Leatherlips, le chef Wyandot commémoré avec la sculpture du parc Scioto et comment Dublin a perdu la chance de devenir la capitale de l'Ohio dans un jeu de poker. Le livre raconte l'inspiration de Jack Nicklaus pour le tournoi commémoratif et comment le Dublin Irish Festival est passé d'une petite fête sur les courts de tennis de Coffman Park à l'un des plus grands festivals du pays attirant plus de 110 000 visiteurs et augmentant chaque année.

« Dublin's Journey » décrit la planification fortuite que les dirigeants de la ville ont entreprise pour créer une communauté de classe mondiale.

Pour plus d'informations sur l'histoire de Dublin, visitez le site de la Dublin Historical Society, www.dublinohiohistory.org

Collection d'histoire de Dublin

Fruit d'une collaboration entre la Dublin Historical Society, la succursale de Dublin de la Columbus Metropolitan Library et la ville de Dublin, le Dublin Memory Project a reçu une subvention de la ville de Dublin en 2009 pour aider à célébrer le bicentenaire en 2010. La subvention permet au partenaires pour rassembler et promouvoir, rechercher et cataloguer, numériser et préserver l'histoire de Dublin pour un accès en personne et en ligne. Nous assemblons le “scrapbook numérique de Dublin’s.”


9 choses à faire à Dublin pour les amateurs d'histoire

1. Dublinia

Commençons par le commencement à Dublinia. Ce musée de Christ Church propose quatre expositions différentes, dont une sur Viking Dublin et une autre sur le Dublin médiéval. Il y a aussi une exposition sur les "chasseurs d'histoire" (AKA les archéologues) qui étaient chargés de découvrir le passé de Dublin. Pour comprendre les débuts de l'histoire de Dublin, ce serait un excellent point de départ.

Le musée est également relié à Cathédrale Christ Church, qui mérite également une visite avec ses plus de 1000 ans d'histoire.

2. Le livre de Kells

Lesquels de mes amis passionnés d'histoire sont aussi des passionnés de livres comme moi ? Si c'est le cas, vous ne voudrez pas manquer l'exposition Book of Kells au Trinity College. Le Trinity College lui-même est chargé d'histoire, c'est la plus ancienne université d'Irlande, ayant été fondée en 1592 par la reine Elizabeth I. Le livre de Kells est encore plus ancien - on estime qu'il a été créé vers 800 après JC.

Ancienne bibliothèque du Trinity College

Et qu'est-ce que le Livre de Kells ? Il s'agit d'un manuscrit enluminé (essentiellement un livre illustré/décoré) en latin, contenant les quatre évangiles du Nouveau Testament. Il tire son nom du fait qu'il a été donné au Trinity College de l'abbaye de Kells, et il y est exposé depuis des centaines d'années.

Votre billet pour voir le Livre de Kells et l'exposition associée vous permet également d'accéder à la longue salle de l'ancienne bibliothèque de Trinity, qui est essentiellement le rêve de tout amateur de livres.

3. Château de Dublin

Saviez-vous que Dublin a un château ? (Eh bien, je veux dire, il EST en Irlande, donc je suppose que cela ne devrait pas être si surprenant !) Le château de Dublin remonte à 1204, lorsqu'il a été construit comme une forteresse sous les ordres du roi Jean d'Angleterre. Il a subi quelques rénovations depuis cette époque (après un incendie à la fin des années 1600, il a été reconstruit en palais géorgien, comme vous pouvez le voir aujourd'hui), mais a été utilisé comme siège de la domination britannique en Irlande jusqu'en 1922.

Aujourd'hui, le château est surtout une attraction touristique. Vous pouvez visiter les anciens appartements d'État et la chapelle royale gothique, et également voir où ils ont fouillé l'histoire du château actuel dans des ruines vikings.

4. Prison de Kilmainham

Bien qu'elle ne soit plus utilisée comme prison, la Kilmainham Gaol reste un site important à Dublin. Il a été construit en 1796 et a servi de prison (prison) pendant 128 ans. Plus particulièrement, c'est là que de nombreux dirigeants de l'Insurrection de Pâques de 1916 (un événement majeur de la campagne pour l'indépendance de l'Irlande) ont été emprisonnés puis exécutés par les Britanniques.

Kilmainham a cessé d'être une prison en 1924 et est aujourd'hui un musée géré par l'Office of Public Works. Vous pouvez faire des visites des anciens blocs de la prison, entendre des histoires sur le type de conditions endurées par les prisonniers et en apprendre davantage sur certaines des personnes les plus célèbres qui y ont été emprisonnées.

Et si vous voulez en savoir plus sur l'Insurrection de Pâques en elle-même, vous voudrez peut-être visiter le GPO Witness History Visitor Centre, situé sur O'Connell Street. Le GPO (General Post Office) servait de quartier général aux dirigeants de l'Insurrection de Pâques.

5. Place Merrion

Situé au sud du centre-ville de Dublin, Merrion Square est l'endroit où aller si vous aimez l'architecture et les portes colorées. La place a été aménagée au milieu des années 1700 (donc oui, c'est définitivement historique !), Et ses maisons de ville géorgiennes abritaient autrefois des écrivains irlandais célèbres comme Oscar Wilde et W. B. Yeats.

Aujourd'hui, la plupart des bâtiments de Merrion Square abritent des bureaux, mais vous pouvez toujours profiter de l'architecture et du parc public au milieu de la place (le parc est également l'endroit où vous pouvez trouver la statue d'Oscar Wilde). Merrion Square est également proche du musée d'histoire naturelle et de la galerie nationale.

Parce que vous ne pouvez jamais prendre trop de photos de portes colorées.

6. Musée des écrivains de Dublin

En parlant d'écrivains irlandais célèbres, Dublin abrite également le Dublin Writers Museum. Le musée lui-même n'a ouvert ses portes qu'en 1991, mais il est installé dans une maison du XVIIIe siècle sur Parnell Square et célèbre les écrivains et poètes irlandais qui ont apporté une contribution importante à la littérature (et en particulier à la littérature irlandaise).

Si cela vous tente, vous pouvez également visiter le James Joyce Center à proximité (en l'honneur d'un autre écrivain irlandais célèbre) ou vous inscrire à une tournée des pubs littéraires autour de Dublin.

7. Cathédrale Saint-Patrick ou cathédrale Christ Church

En Europe en général, les bâtiments les plus anciens en dehors des châteaux sont généralement des églises. C'est aussi vrai à Dublin. La cathédrale Saint-Patrick, la cathédrale nationale de l'Église d'Irlande, a été fondée en 1191 et est à la fois la plus grande et la plus haute église du pays.

La cathédrale Christ Church (que j'ai mentionnée plus tôt dans cet article) est encore plus ancienne.

8. Jeanie Johnston Tall Ship and Famine Museum

Trouvé sur Custom House Quay à Dublin, le Jeanie Johnston Tall Ship est une réplique de l'original, qui a effectué 16 voyages d'Irlande vers l'Amérique du Nord entre 1847 et 1855. Pendant ce temps, les gens fuyaient l'Irlande en raison de la famine - 2 500 personnes émigré sur le Jeanie Johnston seul.

La visite du grand voilier comprend une visite où vous découvrirez le navire, la famine et les personnes qui ont fait le voyage en Amérique du Nord. Fait sympa : même si les voyages en mer étaient moins que glamour à cette époque, pas une seule personne n'est morte lors d'un voyage avec le Jeanie Johnston.

9. Le pont Ha'penny

Cette passerelle en fer construite en 1816 a été la toute première passerelle de Dublin à traverser la rivière Liffey. Le pont a été construit comme une alternative à un ferry qui traversait la rivière et nécessitait le même péage : un ha'penny (ou un demi-penny). Aujourd'hui, le pont est l'un des sites les plus photographiés de Dublin.

BONUS: Lieux historiques pour manger

Dublin a sa juste part de bons pubs, mais si vous voulez essayer quelque chose d'un peu différent, jetez un coup d'œil à l'un de ces endroits :

La banque sur College Green – Ce restaurant et pub est situé près du Trinity College et se trouve dans un bâtiment qui était autrefois la Belfast Bank (qui date de 1892). Ils viennent de remporter le prix du meilleur pub avec de la nourriture à Dublin, ce qui signifie qu'il est à la fois historique ET savoureux.

L'église – Ce pub, ce restaurant et cette salle de concert étaient (pouvez-vous deviner ?) Une église ! L'église Sainte-Marie d'Irlande a été construite au début du XVIIIe siècle et a fermé ses portes en 1964. Aujourd'hui, l'église, ouverte en 2005, est un lieu incontournable à Dublin pour la nourriture, la musique et le divertissement.


Lord Edward Fitzgerald

Aristocrate irlandais qui avait servi dans l'armée britannique en Amérique pendant la guerre d'indépendance, Fitzgerald était un rebelle irlandais improbable. Pourtant, il a aidé à organiser une force de combat clandestine qui aurait pu réussir à renverser la domination britannique en 1798. L'arrestation de Fitzgerald et sa mort en détention britannique ont fait de lui un martyr des rebles irlandais du XIXe siècle, qui vénéraient sa mémoire.


Visites à pied publiques

Dublin Decoded continue d'ajouter à notre programme les meilleures promenades guidées publiques de notre capitale pour les curieux de culture. Pour les visites privées, exclusivement pour votre propre groupe privé, qui peut être réservé à n'importe quelle date disponible, veuillez cliquer sur le bouton vert Réserver maintenant à l'écran, puis choisissez Visites privées dans le menu contextuel, choisissez votre visite, puis votre date et heure de début préférées.

Pour tous les autres, vous préférerez peut-être rejoindre l'un de nos Visites publiques, organisé à des dates sélectionnées tout au long de l'été, comme indiqué ci-dessous. Les visiteurs et les habitants ont trouvé ces visites comme une révélation faisant l'objet de centaines de critiques 5 * sur TripAdvisor et ailleurs, et régulièrement décrites comme les meilleures visites de la capitale irlandaise. Nous maintenons qu'il n'y a peut-être jamais de meilleur moment pour explorer ou découvrir le plaisir d'être un “touriste dans votre propre ville“. Voici ce que nous proposons…

  • Visites publiques toujours limitées à 15 personnes maximum
  • Concentré uniquement sur les sites extérieurs.
  • fantastiques ensembles audio-récepteurs sur toutes les visites publiques.
  • Ces ensembles sont stérilisés et mis en quarantaine avant chaque utilisation, avec un écouteur jetable à usage unique.
  • Ils offrent un son de qualité supérieure pour nos commentaires en direct, ils filtrent le bruit de fond de la rue et, surtout & #8230
  • permettre une distanciation sociale renforcée.
  • D'une portée de plus de 60 mètres, ils permettent également à chacun d'avoir son propre espace et de marcher à son rythme.
  • Le coût de cette technologie de casque audio est à notre charge et inclus dans le prix de votre billet.
  • Tout cela, et les meilleures visites de Dublin !
  • Voici ce que nous avons à venir, pour Visites publiques – ne fonctionne qu'à certaines dates, à partir du 23 juin jusqu'à fin août 2021.

Château de Dublin, Ship St, Werburgh St. et Smock Alley : livres, politique et théâtre dans le Dublin géorgien et ancien

Découvrez la première pièce de théâtre jamais jouée à Dublin et les deux premiers théâtres de la capitale, fondés au milieu des années 1600 au milieu de la politique intense et souvent fatale de l'époque. Plus de vieux libraires et d'anciennes salles de guilde, avec des aperçus alléchants du Dublin médiéval et du début de l'ère moderne avec ses ruelles étroites et ses « cours » disparues. Nous discuterons de l'héritage de Swift et Sheridan, des émeutes théâtrales des années 1700, des rivalités littéraires amères, sauvages et d'un coup de couteau accidentel sur scène !

Venez explorer l'histoire, la politique et la littérature du vieux Dublin lors de cette visite remarquable avec nous, et découvrez comment les trois fils se recoupent souvent !

Notre visite du château de Dublin à Smock Alley: Books, Politics and Theatre Tour a lieu une fois cet été, le samedi 26 juin à 11h. 3 Les billets restent au moment de la rédaction. Les trouver ici.

Visite à pied des points forts classiques du centre-ville sud: histoire et architecture

Laissez-nous vous promener et vous parler à travers mille ans d'histoire, ainsi qu'une fantastique sélection de joyaux géorgiens et victoriens. Nous expliquerons et éclairerons les aspects de leur architecture, tous rendus très accessibles et agréables. Cette visite guidée à pied rafraîchissante, mais brillante, assistée par les commentaires audio en direct dans vos casques audio, vous emmène de l'élégant Stephen's Green, à la fascinante rue South William, puis le long de la procession des spectaculaires XVIIIe et XIXe siècles. les banques sur College Green, puis tout au long de Temple Bar, avec son mélange unique d'architecture historique et contemporaine, jusqu'aux secrets de la Christ Church médiévale et du château de Dublin.

Envie d'être touriste à Dublin pour changer ? Essayez ces deux heures de curiosités, de spectacles et de faits amusants. Nous promettons d'ajouter de nouvelles perspectives et de nouvelles perspectives, même aux sites les plus connus de Dublin !

Our Classic Highlights Walking Tour of the South City Centre takes place one last time: on Wednesday 30 June at 5.30pm. Tickets for that dates ici.

The Capel Street Quarter: Markets and Monasteries: Prisons and Courthouses.

One of the most fascinating, richly-layered historic parts of Dublin city centre, featuring once powerful medieval monasteries now vanished. We’ll use maps from the mid-1700s to see how their presence influences the street plan, street names and even the culture of Dublin right up to to the present day.

We’ll also see and discuss the historic marketplaces that dominated this area, including one 19 th century market building with unique, highly evocative decorative sculpture. Two former prisons feature on our tour, including a notorious “sponging house” (debtors’ prison) and we’ll conclude at a fine 18 th century courthouse that witnessed some of the most dramatic, bitter, and controversial trials in Irish history.

Our Capel Street Quarter Tour was old out but now has one additional new date: Saturday 10 July at 11am. Tickets here.

Glorious Georgian Grandeur.

An historic and architectural city walking tour, of the historic Gardiner Estate

From O’Connell St, to Mountjoy Square, via Parnell Sq, Black Church, Blessington Basin, the old Mater Hospital and St George’s Church, concluding at Mountjoy Square. The tour contains great detail on social and political history, as well as, of course, a host of outstanding architecture, described, interpreted and placed into context.

This brilliant tour takes place over three dates this summer:

Wednesday 14 th July at 2PM then Saturday 17 th July at 11AM then finally Saturday 14 August at 11.30AM. The ticket link to all those three dates is ici.

From Patrick’s Park to Cork Street

Starting at the fountain in the park beside ancient Saint Patrick’s Cathedral, then featuring Blackpitts, Newmarket, Mill Street, the former St Luke’s Church and its old Almshouse, Cork Street and the Coombe. Explore neglect and regeneration, beautiful housing from the late 1800s, historic hospitals, industry from the medieval period though the 1600s and beyond, underground rivers, revolution and more.

Weavers, tanners, brewers and distillers trade and riches fire, poverty and rebellion all packed into this extraordinary quarter of Dublin’s famous Liberties.

Our Patrick’s Park to Cork Street Tour sold out quickly on previous dates, We have now added one final date for this summer a sociable, early evening tour, at FRIDAY 23rd JULY, at 5.30PM. Tickets may be found ici.

Merrion Square and its area:

Mount St and the Pepper Canister Church, Merrion Square, (its planning and evolution, its houses, architecture and park) the great institutions of the western side, plus Fenian St, Westland Row and more. A brand new tour, showcasing and exploring in real detail Merrion Square: one of the stars of Dublin’s South Georgian Core.

This Merrion Square tour runs on Saturday 24 th July at 11AM and again on Wednesday 11 th August at the later time of 2PM. Tickets for both events may be found ici.

A walk around Portobello: vanished infrastructure, artists and writers, and the Dublin Jewish experience

A relaxing yet fascinating early-evening walk around Portobello. We will mine the hidden, now forgotten history of this enigmatic Dublin district, including its former 18 th century walled estates, its vanished reservoir basin, former canal harbours, long-gone ornamental lakes and pleasure gardens and much more. Historic features discussed include links to everything from L.A’s Chinatown to the Beatles’ John Lennon, WWII Spies and Modernist legend James Joyce. Along our route we will consider the many other artists, writers and states people who have called the area home, and ponder history, infrastructure, and philanthropic housing, as well as its architectural, Jewish, political and architectural histories, all discussed by local resident and local historian Arran Henderson.

Portobello Tour tends to sell out quickly., We have now added one one more final date for this summer an early evening tour at FRIDAY, the 27th of AUGUST, at 5.30PM. Des billets here:

Around Dublin’s Medieval Walls and History

For centuries – since the time of the Vikings in the 9 th and 10 th century, through the years of the Anglo-Normans, the Early Modern period and up to their destruction in the late 1600s – the Medieval Walls of Dublin defended, delineated and défini the former ancient city. On this tour we trace their entire line around the ancient city core. This is one of our very favourite walks. We usually hand out maps too, so you can track the line of the walls in the modern street-scape, helping you locate the former city gates and watch towers. This is our type of treasure hunt! We also reckon it’s the best way to think about, discuss and to visualize Medieval Dublin.

We’ll use both maps and tell-tale signs in the modern street-scape, to locate the former walls, towers and gates that defended the city, as well as other long-lost medieval fabric, including vanished churches, monasteries and prisons. We’ll also treat the half-hidden, half visible walls as a kind of “story-line” to discuss the often traumatic events that marked the medieval history of Dublin including wars, rebellion, plague, a foreign invasion, a huge explosion and at least one vast, catastrophic fire that destroyed the entire western city.

If you haven’t done this walk with us before, join us! Please note this wonderful urban loop walk can take up to 2 hours given the distance covered. We believe it will be easy-going however, given that our new audio receiver sets allow guests to set their own pace.

New date added for Medieval Walls Walk on Saturday 21 AUGUST at 11am. Tickets HERE.

River and Canal: Harbours, Quays and Docks

The Port is Dublin’s heart and soul: its very raison d’etre. A walk along the quays and “campshires” gives us an opportunity to explore the rich seam of Dublin history. We’ll also take a good look at the superb architecture, sculpture, symbolism and intense politics of James Gandon’s great 18 th century Customs House. We’ll tackle the deep history and geography of the area, its land reclamations, its risks and perils, explore the dredging of the river and the shipping channel with technology designed by legendary Irish engineers.

We’ll then cross the river and make our way to the Grand Canal Docks to discuss the remarkable, unprecedented developments of the last 25 years here, as this former industrial area has become a centre for international finance and tech, while also driving the appearance of some superlative contemporary design, including key works by acclaimed Irish and International architects.

Our River and Canal: Harbours, Quays and Docks Tour runs on one more additional date: SATURDAY 28th AUGUST at 11.30AM. Des billets ici.

To book any of these excursions, which still have availabilty, you can go two ways: you can Soit hit the ticket link after the relevant description above, ou click on the Green Book Now button, at any time, then go to Public Tours.

Hit Green Button

follow the menus to select Public Tour

then the individual tour route you want >

>then finally, the date that suits you best.

For people who would like alerts on these popular public tours, we highly recommend subscribing to our free monthly newsletter, here.

Please help spread the word about Dublin Decoded tours, via social media and share buttons? Or consider emailing this web page onto a friend! We look forward to seeing you on tour.

Below, two or three nice pictures from some recent tours, including our Medieval Walls tour late summer 2019, in those easy-going, pre-Covid days before social distancing and before we starting using our hands-free audio kits.


The darker side to Dublin&rsquos history

The past was even worse than now. You can still see the wounds that history has inflicted on Dublin, Ciarán Behan tells me on a chilly evening stroll around the city.

Last year, Behan created the Dark Dublin walking route – a nerdy Goth cousin to the campy, theatrical ghost bus excursions. Dark Dublin focuses less on spooky spiels and more on historic mutilations, murder and madness. “There are no happy stories on this tour,” Behan says.

Starting in the Devil’s Half Acre – that is, the upper yard of Dublin Castle – Behan describes how the tortures and gruesome executions that took place there gave the place its nickname.

His voice echoes off the surrounding buildings, shaped by the colonial subjugation of the country, he says, as he describes with morbid physicality the practise of pitch-capping suspects during the 1798 rebellion. A hot tar mixture was poured over their heads and left to cool before being ripped off, often taking the victim’s scalp with it. Fatal eventually, if not immediately, in an age before antibiotics.

Dublin Castle was also the scene of the torture of Archbishop Dermot O’Hurley during the reign of Elizabeth I. In an attempt to get O’Hurley to renounce his religion, his tormentors strapped him into knee-high metal boots, which were filled with liquid and placed over a small fire, slowly cooking the flesh off his bones.

“Some of the records say that it happened over one, two or three days,” Behan says. “Despite suffering through that, he refused to give up his religion.” O’Hurley was later hanged.

Behan then moves on to Christ Church Cathedral, stopping on the way to talk about orgies and cannibals. He says that Christ Church was, for a time, the centre of Dublin’s debauchery. A pub was once run out of the cathedral’s crypts, and next to it stood the Maiden Tower, a brothel.

The story – part contemporaneous account, part later embellishment – was that the owner of the brothel, Darkey Kelly, was having an affair with a sheriff of Dublin called Luttrell and became pregnant. She named him as the father.

“One of the easier ways of getting rid of a woman at the time was to accuse her of being a witch,” Behan says. “They raided her brothel and found the bodies of five dead men. This leads to rumours that Kelly was Dublin’s first female serial killer.” Whatever the truth of the rumours, Kelly was burnt at the stake.

Walk past a nearby pub now bearing her name and onto Temple Bar’s Essex Street to arrive at the site of Ireland’s first elephant autopsy. It wasn’t planned, not really. Mr Wilkins, a businessman, kept the elephant as a paid attraction until an accident in 1681. “In the middle of the night, the cage that the elephant was in caught on fire,” Behan says. “The elephant was trapped and burnt.”

In an attempt to recoup both his losses and dispose of the body, he invited butchers to cut up the giant corpse, and invited spectators to observe (for a fee). A local doctor who watched the autopsy later published his notes as a book, complete with sketches of the dissection.

The grisly examples on Behan’s tour aren’t all in the distant past early last year, someone broke into St Michan’s Church on Arran Quay and stole an 800-year-old human skull.

Behan tells me about the skull’s owner, The Crusader, the name given to the unusually tall corpse. “The coffins were kind of one-size-fits-all, so rather than build him a new coffin, they just bent him in half. If that’s not bad enough, they used to actually let you shake hands with the mummy.”

While the crypt was vandalised and other corpses were damaged, the beheading of The Crusader and the whereabouts of its skull dominated headlines. Within weeks, the head was recovered and a man was arrested who later pleaded guilty to trespassing and committing theft.

“The building directly on the other side of the road is a police station,” Behan observes.

Outside the station, staring at you from a utility box, a permed man wrapped in shrouds holds a bowl of roses in one hand while his other veiny arm reaches toward you. The painting, an impressive stylised portrait under the words Billy in the Bowl, looks like a moody 1980s album cover. It’s not the graffiti marks the hunting grounds of the Stoneybatter Strangler, an 18th-century serial killer who dragged himself through the streets of Dublin in a wheeled tub.

“He would strangle women,” Behan says, recounting the story. “He’d cry out for help and the ladies would do the decent thing, hearing someone in distress. But when they got closer to the hedges and looked in to see who was calling, he’d sideswipe them and wrap his arms around them and steal whatever he could. This escalated into murder.”

At least, that’s the tale that’s been widespread in Dublin for more than 100 years. David Dickson, professor of modern history at Trinity College, and Anastasia Dukova, a historian and expert in early Irish policing, both say they haven’t encountered sources to back the story.

Behan’s plans to ramp up the number of walking tours in October were scuppered by the latest shadow cast on Dublin’s history: the lockdown caused by Covid-19. He has taken the tour online instead, and is hosting a Halloween special event exploring the origins of the holiday.