Charles Tillon

Charles Tillon



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Charles Tillon est né en France en 1897. Il s'engage dans la marine française et participe en 1919 à la mutinerie qui tente d'empêcher la France d'intervenir contre la Révolution bolchevique.

Tillon a rejoint le Parti communiste et est devenu un militant syndical dans l'industrie chimique. En 1936, il est élu au parlement en tant que représentant du quartier populaire d'Aubervilliers.

À l'été 1940, Tillon rejoint la Résistance française et devient l'année suivante l'un des dirigeants des Frances-Tireurs Partisans (FTP). Tillon a organisé les FTP selon des lignes militaires avec des structures de commandement locales, régionales et nationales.

Après le débarquement du jour J, Tillon a tenté d'organiser une révolution communiste. Cependant, sous les instructions de Joseph Staline en Union soviétique, Maurice Thorez et d'autres dirigeants ont refusé de coopérer.

En 1952, Tillon et André Marty sont tous deux exclus du Parti communiste. Charles Tillon est décédé en 1993.


L'affaire Marty-Tillon se dévoile Comment nos idées ont pénétré le PCF

La source: La Vérité des Travailleurs, décembre 1952.
Traduit: pour marxists.org par Mitchell Abidor.
Relire: Einde O’Callaghan (janvier 2013).
Copie à gauche : Creative Commons (Attribut & ShareAlike) marxists.org 2010.

Remarque du traducteur : André Marty et Charles Tillon étaient deux des dirigeants les plus importants du PCF. Chefs de la mutinerie de la mer Noire dans la marine française contre l'intervention contre l'URSS, Marty était le représentant du Komintern à l'armée républicaine et commissaire politique des Brigades internationales en Espagne, où il a purgé impitoyablement le suspect politique (et c'est dans ce personnage qu'il apparaît dans Hemingway’s Pour qui sonne la cloche), et Tillon était le chef de la Résistance communiste française à l'occupation allemande. Pour des raisons encore floues, tous deux sont devenus suspects après la guerre – Tillon peut-être parce qu'il avait eu une violente mésentente avec Jeannette Vermeersh, épouse du secrétaire du PCF Maurice Thorez – et en 1952, au cœur des purges d'après-guerre en Europe de l'Est, ils ont été victimes de ce que Tillon a appelé plus tard « Un procès de Moscou à Paris. » Une enquête interne du PCF a été menée par Léon Mauvais, et les deux hommes ont été déchus de leurs postes de direction. Malgré les appels de Marty à Staline, la décision a été maintenue. Tillon est resté membre du PCF mais a été expulsé en 1970 après s'être opposé à l'invasion soviétique de la Tchécoslovaquie.

Il y a deux jours, le Comité central (C.C.) du Parti communiste français (PCF) a annoncé une décision concernant André Marty et Charles Tillon. Le CC, qui n'a entendu qu'une lecture des textes de Marty (il n'avait pas les copies écrites) a décidé que ces documents ne seront pas publiés par le parti. En d'autres termes, leur publication et leur diffusion aux membres du PCF entraîneraient l'expulsion.

Entre-temps, Tillon a été ramené à la base.

Le sort de Marty a été remis à sa cellule, qui doit décider de "ses relations avec les éléments policiers" et de toutes les fautes qu'on lui a soudainement découvertes, notamment son "capitulationnisme et son comportement paniqué". (L’Humanitéé, 19 novembre) L'expulsion n'est pas loin.

Ainsi, les membres du PCF jugeront Marty sur la base d'accusations qu'il a refusé de contresigner, et non sur des positions politiques qu'il a exprimées par écrit.

Dans l'intense campagne menée contre lui ainsi que dans le rapport Mauvais, des accusations politiques ont été portées contre lui qui ne peuvent être esquivées : le rôle de l'Union soviétique, le rôle et la politique nationale du parti pendant la guerre, l'action de défense de paix, la question de la jeunesse, la question coloniale, la conception du parti et la question du front unique avec le Parti socialiste.

Et aussi des déviations sur la question du trotskisme : « Ce n'est certainement pas par hasard qu'André Marty, se référant au trotskisme, a parlé d'un parti (trotskiste) en opposition à notre PCF, faisant ainsi croire que le trotskisme est un courant du mouvement ouvrier au lieu de s'exprimer selon notre politique habituelle sur cette bande d'agents de police et de provocateurs à la solde de l'ennemi.L’Humanitéé, 19 novembre)

Jusqu'à présent, les idées de Marty sont inconnues de l'opinion de la classe ouvrière, et nous ne pouvons pas prendre les griefs politiques formulés contre lui comme une indication de son orientation. En général, il est censé avoir été contre la soumission des politiques du PCF aux changements de la diplomatie soviétique, contre la participation au gouvernement capitaliste à la fin de la guerre, et contre la politique de la « production d'abord », c'est-à-dire , contre une politique de stabilisation de l'État et de l'économie capitalistes et pour une politique de mobilisation de masse pour la prise du pouvoir. Il aurait été contre la politique de lutte pour la paix réduite à des pétitions et des signatures. Il est même censé avoir été pour une politique de parti à parti de front unique.

Toutes ces positions et celles d'orientation similaire sont proches ou identiques à celles que le Parti Communiste Internationaliste (PCI), la section française de la Quatrième Internationale, défend depuis plusieurs années. Dans les numéros précédents de ce journal, nous avons démontré la justesse de ces positions par opposition aux prétendues manifestations de la direction du PCF.

Mais ces positions n'étaient pas seulement celles des trotskistes ou celles que Marty aurait défendues en privé. Ils étaient également partagés par de nombreux militants communistes. Le Bureau politique du 3 octobre ne dit-il pas que d'excellents camarades pourraient croire que la classe ouvrière aurait dû prendre le pouvoir au moment de la Libération ?

Il est également bien connu que de nombreux militants, en votant en 1945 les résolutions du C.C. à Ivry cherchèrent néanmoins les moyens de garder leurs armes. (De la même manière qu'aujourd'hui beaucoup voteront pour les sanctions contre Marty et Tillon en pensant comme eux politiquement.)

Et combien de militants, malgré ce que Mauvais appelle la « caractéristique politique » stalinienne, considèrent effectivement les trotskistes comme un courant du mouvement ouvrier révolutionnaire ?

L'affaire Marty-Tillon a démontré que pendant plus de huit ans les idées que nous défendions étaient les mêmes que celles qui animaient un courant de militants communistes, dont beaucoup ne connaissaient rien du trotskisme autre que les calomnies répandues à leur sujet, et que cette gauche le courant était si puissant politiquement qu'il a atteint la direction même.

Et maintenant? L'attitude de Marty et Tillon pourrait avoir de graves répercussions. Ils pourraient stimuler les idées révolutionnaires de milliers de militants communistes en développant une politique communiste ou au contraire, comme ce fut souvent le cas avec les scissions passées, les amener à croire qu'en dehors de l'obéissance stalinienne il n'y a qu'un vide politique et des ennemis de classe. L'avenir répondra à cette question, et espérons que la réponse sera positive.

Mais ce n'est pas la seule attitude de ces deux hommes qui comptera. La situation qui a conduit à la maturation d'un courant de gauche dans le PCF va s'aggraver. La guerre à venir et le soulèvement révolutionnaire des masses sur tous les continents conduiront avec plus de vigueur un nombre croissant de militants communistes vers les positions de la Quatrième Internationale, de la révolution mondiale.


Dix Mutinerie sur le Prime (1789)


De loin la mutinerie historique la plus célèbre, due en grande partie à ses nombreuses dramatisations, cet incident s'est produit les 28 et 29 avril 1789, à 2 400 kilomètres (1 496 mi) à l'ouest de Tahiti. Le commandant de la Prime était le lieutenant William Bligh, 34 ans, dont la mission était de naviguer jusqu'à Tahiti et de renforcer le commerce et la diplomatie avec les Tahitiens, et plus précisément d'expérimenter la transplantation d'arbres à pain de Tahiti aux Antilles.

Le voyage vers Tahiti a duré 10 mois en mer, après que Bligh n'a pas réussi à contourner le cap Horn pendant un mois, puis a traversé les océans Atlantique et Indien. Son traitement des hommes pendant cette période n'a pas été signalé comme trop dur, mais après un séjour de cinq mois au paradis de Tahiti pendant que les arbres étaient cultivés, l'équipage n'a naturellement pas voulu laisser les belles femmes nues pendant 10 mois de plus. à l'étroit sur le navire. Plusieurs d'entre eux ont tenté de déserter, ce qui a frustré Bligh, qui a commencé à exprimer sa colère contre son premier officier, Fletcher Christian. Il a traité Christian de « coquin impudique » pour avoir laissé la peur des sauvages nus interférer avec la mise en fût de l'eau potable. &ldquoRascal&rdquo était une insulte puissante à cette époque, et Bligh a qualifié d'autres membres d'équipage de &ldquolubberly coquins.&rdquo &ldquoLubberly&rdquo est un terme péjoratif utilisé contre les marins, et signifie &ldquoclumsy,&rdquo ou &ldquoinexpérimenté&rdquo des marins extrêmement offensants.

Une fois le voyage de retour en cours, l'équipage s'était mis à détester Bligh et même si Christian était d'accord avec eux, il ne put d'abord trouver le courage de mener une mutinerie. Vingt-trois jours en pleine mer, Christian et plusieurs complices ont fait irruption dans les dortoirs de Bligh&rsquos et l'ont amené sur le pont en otage. Dix-huit hommes se sont mutinés, 22 ont refusé et 2 sont restés neutres. Christian a refusé de tuer Bligh et l'a plutôt mis à la dérive avec 17 de ses hommes dans un lancement ouvert de 7 mètres de long (23 pieds). Christian, maintenant aux commandes du navire et ayant l'intention de retourner à Tahiti, ne pouvait épargner aucune carte pour Bligh, mais lui fournissait un sextant, un quadrant, une montre de poche, une boussole et quelques tables de latitude et de longitude.

Ces éléments sont techniquement tout ce qu'il faut pour trouver un chemin en pleine mer, mais seul un expert absolu peut le faire. Bligh a navigué sur le lancement et tous ses hommes sauf un (John Norton, qui a été tué par des cannibales sur l'île de Tofua), à Kupang, en Indonésie, un voyage de 6 700 kilomètres (4 163 mi). Bligh a navigué selon sa mémoire des étoiles, utilisant le sextant et la montre de poche pour faire correspondre sa latitude et sa longitude aux tables. Le voyage a duré 47 jours, et les hommes avaient des rations suffisantes pour consommer, deux fois par jour, 18 grammes (1/25e de livre) de pain, 118 millilitres (1/4 de pinte) d'eau, et parfois 15 millilitres (une demi-once) de porto et une cuillère à café de rhum.

Christian est retourné à Tahiti, puis a navigué sur le Prime à l'île inexplorée de Pitcairn. Ceux qui ont fui vers Pitcairn n'ont pas été arrêtés, mais les 10 mutins restés à Tahiti ont été arrêtés et jugés. Sur les 10, trois ont été pendus, quatre acquittés et trois graciés.


Un peu d'histoire française de la Seconde Guerre mondiale [GONE BAD][VU À LA TÉLÉ]

Je suis généralement un rôdeur ici car je ne suis pas vraiment qualifié en tant qu'historien moi-même. Surtout un passionné pédant. Mais aujourd'hui, j'aimerais vous présenter un modeste morceau de mauvaise histoire venant de toute la France, mon pays natal, qui m'a semblé intéressant sur un plan à prédominance anglo-sphéro-centrique (c'est un mot, maintenant) subreddit. Le matériel source ainsi que les sources de mon argumentation seront en français, mais j'essaierai de fournir des traductions précises au mieux de mes capacités. De plus, je fais de mon mieux pour écrire un anglais correct et en fait, je pense que je fais un assez bon travail, mais je sais que cela peut parfois sembler étrange ou mal formulé. C'est la vie.

Les élections européennes sont en cours et il y a de nombreux débats politiques à la télévision en ce moment. Nous votons dimanche. Notez que je suis conscient des règles de la politique sans courant, je pense que ce qui suit peut être considéré non comme une discussion sur la politique moderne, mais comme un exemple de la mauvaise histoire de la Seconde Guerre mondiale.

L'un de ces débats s'est déroulé sur le plateau de Radio Monte Carlo (RMC), une chaîne de radio centriste à large audience, hier (21 mai).

Il impliquait Daniel Riolo, journaliste sportif et aujourd'hui éditorialiste sur RMC ainsi que sur la chaîne d'information en continu BFM TV, et Ian Brossat, qui mène la liste communiste (PCF) aux élections européennes pour la France. Si vous souhaitez plus d'informations sur l'un de ces chiffres, n'hésitez pas à demander.

La mauvaise histoire

Tout a commencé lorsque M. Brossat (PCF) a expliqué pourquoi il est fier de ses choix politiques :

Moi, je suis communiste français. Le parti communiste en France, qu'est-ce que c'est ? C'est 36, les congés payés. C’est 45, un gouvernement auquel on participe avec le général de Gaulle, et qui met en place la sécurité sociale…

Je suis un communiste français. Qu'est-ce que le parti communiste en France ? Il's [19]36, congés payés. C'est [19]45, un gouvernement où nous avons participé aux côtés du général De Gaulle, et qui a créé la sécurité sociale.

Jusqu'ici tout va bien. Il s'agit d'un très bref compte rendu de plusieurs faits saillants des réalisations du parti communiste en France. Bien sûr, beaucoup de choses ne sont pas dites ou sont inexactes, mais je ne blâmerai pas quelqu'un qui a 15 secondes pour faire passer un message à la radio nationale. Pour mémoire, cependant : "1936" fait référence à la Avant Populaire, le front populaire, auquel participaient non seulement les communistes mais aussi les socialistes (SFIO) et d'autres partis et organisations de gauche (comme les syndicats). Appeler cette victoire une victoire uniquement communiste serait une erreur, car Léon Blum, l'homme qui a pris ses fonctions par la suite, n'était en fait pas du PCF mais de la SFIO. "1945" fait bien sûr référence à la Libération et à la fin de la Seconde Guerre mondiale et au gouvernement provisoire où De Gaulle et le Conseil national de la Résistance ont coopéré et, oui, mis en place la sécurité sociale aux côtés d'autres grandes réformes (comme le droit de vote des femmes. le moins à mon avis). De Gaulle détestait les communistes et finalement le PCF a été empêché de participer au gouvernement tandis que De Gaulle a quitté la politique pendant 11 ans pour ne pas avoir le genre de Constitution qu'il aimait, en 1947-48.

Mais encore une fois : des verres teintés de rose typiques (rouges?), pas exactement du jamais vu en période électorale et dans les débats. Et l'éditorialiste, M. Riolo, a répondu, et tout s'est mal passé.

Daniel Riolo : C'est la collaboration avec les nazis. Ian Brossat : Pardon ? Non, c'est la résistance monsieur, c'est 75 000 fusillés. Daniel Riolo : [. ] à quel moment ils se réveillent dans la guerre des communistes ? Ian Brossat : C'est une insulte aux 75 000 fusillés, membres du parti communiste qui ont participé à la résistance. Vous dites n'importe quoi. Le colonel Fabien il a résisté dès le premier jour, donc vous arrêtez de dire n'importe quoi. Daniel Riolo : C'est vous qui dites n'importe quoi si vous dites que les communistes sont des résistants de la première heure.

DR : [L'enregistrement du PCF pendant la Seconde Guerre mondiale l'est. collaboration avec les nazis. IB : Quoi ? non, c'est la Résistance, monsieur, c'est 75 000 martyrs qui ont été fusillés. DR : . et quand les communistes se sont-ils réveillés pendant la guerre ? IB : Vous insultez les 75 000 martyrs, membres du parti communiste, qui ont participé à la Résistance. Vous crachez des bêtises. Le colonel Fabrien a résisté dès le premier jour. Alors maintenant, assez avec vos bêtises. DR : C'est vous qui dites des mensonges, si vous dites que les communistes étaient dans la Résistance depuis le début.

Pourquoi Riolo soutient-il que les communistes ont collaboré avec les nazis ? Car entre juin 1940 (chute de la France) et juin 1941 (opération Barberousse), le PCF était dans une situation délicate. D'un côté, c'était un parti résolument de gauche, haïssait Hitler et les nazis, il était tour à tour haï d'eux comme de Pétain, était interdit (avec d'autres) et ses dirigeants menacés de prison ou d'exil s'ils se rebellaient. D'un autre côté, l'URSS était toujours officiellement BFF avec le 3e reich d'Hitler selon le pacte Ribbentrop-Molotov, et se livrait à des activités douteuses telles que diviser la Pologne en deux, etc. Le PCF avait des liens étroits avec Moscou, à la fois pratiques ( argent, personnes, ordres) et idéologique, et a donc dû essayer de justifier pourquoi l'URSS n'entrerait pas en guerre avec l'Allemagne. Le journal communiste en France, l'Humanité, a demandé au régime collaborationniste de Vichy s'il pouvait recommencer à imprimer. La demande a été refusée mais a été considérée par beaucoup comme une tentative de négociation entre les communistes français et Vichy/les nazis. Bien sûr, après 1941, les choses sont devenues plus claires lorsque l'URSS et l'Allemagne sont entrées en guerre sur le front de l'Est. Les communistes sont entrés massivement dans la Résistance et ont pris les armes dans la clandestinité, et ont construit l'héritage et la légitimité qu'ils revendiquent encore aujourd'hui.

Il y avait cependant des communistes (qu'ils soient membres du Parti ou sympathisants) qui sont entrés dans la Résistance depuis le premier jour, plus ou moins. Gabriel Péri est aussi l'un d'eux le colonel Fabien, et Ian Brossat invoque son nom pour justifier le choix précoce du PCF de résister à l'occupation nazie. Le fait est que, même pendant les premiers mois de la guerre, de nombreux communistes se sont immédiatement rangés du côté de la Résistance (et en ont souvent payé le prix ultime). Pourtant, le Parti était ambivalent. Et même après 1941, il y avait deux « fils » de la Résistance communiste française, les combattants communistes « indépendants » et les « courtiers de la diplomatie soviétique » (Charles Tillon, 1977).

Donc, bien sûr Riolo a tort lorsqu'il appelle le record des communistes pendant la Seconde Guerre mondiale celui de "collaboration". C'est #badhistory numéro un, et de loin.

Mais Brossat rétorque en utilisant un chiffre bien connu : les 75 milliers de martyrs et combattants de la liberté fusillés/exécutés par les nazis et la France de Vichy pendant la guerre. Il s'agit de la #badhistory n°2, car ce chiffre s'est depuis avéré largement gonflé et même le PCF a progressivement cessé de l'utiliser comme argument politique au cours des années suivantes. Même en 1947, le PCF s'est rebaptisé "parti des fusillés" et non "parti des 75 000 fusillés" afin d'éviter d'utiliser un faux chiffre.

Le chiffre de 75 000 vient de Maurice Thorez, secrétaire du PCF qui s'est rendu à Moscou en 1944. La propagande communiste aussi bien que gaulliste pendant la guerre a gonflé le nombre de combattants exécutés, bien sûr. Selon Les Fusillés, publié en 2015 par Claude Pennetier, il y a eu environ 4000 exécutions : 3287 condamnés à mort par les tribunaux militaires allemands et 863 otages qui ont été fusillés. L'historien ajoute que si l'on inclut une estimation "généreuse" (déteste le terme, mais. ) des personnes fusillées, exécutées et massacrées en France, on se rapproche d'un chiffre de 20 000, dont environ 5000 communistes. 80% des otages exécutés étaient des communistes : le Parti et ses combattants ont payé le plus de leur sang. Mais 75k, c'est trop pour être dit sérieusement de nos jours.

Soit dit en passant, je ne peux m'empêcher de remarquer à quel point ces chiffres soulignent le comportement différent des troupes allemandes et des SS à l'Ouest par rapport à ce qu'ils ont fait à l'Est, en Pologne, en Ukraine et en Russie. Des exécutions barbares et des massacres partout, mais les chiffres ne sont pas les mêmes. À mon avis (non professionnel), cela montre bien que les crimes de guerre nazis à l'Est étaient très motivés par la race, peu importe ce que les wehraboos et les néonazis pourraient dire de nos jours. Ils ont agi comme ils l'ont fait parce qu'ils considéraient les Slaves comme une race inférieure, et en France, ils voyaient les Français comme des ennemis ou des rebelles, mais la motivation raciale n'était pas aussi primordiale. N'hésitez pas à me corriger à ce sujet. Je ne suis pas expert en la matière.

Même aujourd'hui, l'héritage de la Seconde Guerre mondiale et de la Résistance est un sujet très polarisant en France, en particulier. en parlant avec ou parmi les membres du PCF.

Daniel Riolo est un homme ignorant qui dit beaucoup de mensonges.

Certains dirigeants du PCF s'accrochent encore au chiffre de 75 000, des décennies après qu'il s'est avéré faux. À mon avis, c'est en fait un manque de respect envers les nombreux morts réels qui sont tombés en tant que partisans et résistants.

Claude Pennetier, Jean Pierre Besse, Les Fusillés, 2015

Charles Tillon, Sur chantait rouge, 1977

Sur la Résistance en général, de nombreuses publications de Jean-Pierre Azéma sur Vichy France, Robert Paxton&# x27s 1973 livre (La France de Vichy) pèse encore beaucoup.


Charles Tillon -->

Charles Joseph Tillon (3. Juillet 1897 à Rennes &# x2013 13. Janvier 1993 à Marseille) war ein franz&# xF6sischer Politiker.

Er war Metallarbeiter, diente im Ersten Weltkrieg in der Marine (1916&# x20131919) und wurde wegen Meuterei zu f&# xFCnf Jahren Haft verurteilt. [1] Anschlie෾nd war er Politiker und zeitweise in der Führung der Parti communiste français (PCF) tätig, ab 1928 Gewerkschaftsführer, Abgeordneter (wiederholt ab 1936), Führun der militanten komm FTP - Francs-Tireurs et Partisans Fran๺is ab 1941) in der französischen Widerstandsbewegung (Résistance, FFI) während des Zweiten Weltkriegs. Danach B&# xFCrgermeister à Aubervilliers und in verschiedenen Regierungen Ministre (Luftwaffe, R&# xFCstung, Ziviler Wiederaufbau 1944&# x20131947), Mitbegr&# xFCnder der frzanz&# xF6sischen Widerstandsk&# xE&# xE9&# xE9-Organisation (l combattants2019 Association de la résistance nationale des anciens , ANACR) [2] et 1970 gemeinsam mit Jean-Paul Sartre einer neuen „Roten Hilfe“ à Frankreich (Secours rouge, France). [3]


La révolte de la mer Noire - Tico Jossifort

L'histoire d'une mutinerie navale de 1919 des troupes françaises envoyées pour intervenir en Russie contre la révolution. Initiée par un groupe de marins anarchistes, la révolte s'est étendue à d'autres navires - empêchant ainsi une intervention navale contre la Russie soviétique et réalisant la démobilisation souhaitée des mutins.

COMMENT cette mutinerie s'est-elle produite et pourquoi en mer Noire ? A la fin de la Première Guerre mondiale, une armée alliée opérait dans les Balkans. Il semblait se diriger vers Vienne puis Berlin. Mais le redoutable Premier ministre Georges Clemenceau avait d'autres intentions en tête, à savoir attaquer la Russie soviétique à travers l'Ukraine, en coordination avec les armées de la Russie blanche, dans l'espoir de provoquer le renversement du régime bolchevique, et en même temps d'atteindre le colonisation économique du sud de la Russie. Déjà le 30 octobre 1918, le premier armistice de la Grande Guerre avait été signé avec la Turquie. Elle a ouvert les Dardanelles aux Alliés. Le 16 novembre, une partie de la flotte alliée a pu entrer dans la mer Noire.

En même temps que cette agression du sud, Clemenceau - dit le « Tigre » - attaque la Russie soviétique au nord. Fin 1918, les troupes du général Janin, qui avaient débarqué à Vladivostok, avaient traversé la Sibérie pour atteindre Omsk, où elles apportaient un soutien militaire à l'amiral contre-révolutionnaire Koltchak. De plus, depuis juin 1918, les forces franco-britanniques occupaient les ports d'Archangel et de Mourmansk, à l'est de la Finlande elles avaient renversé le pouvoir soviétique et mis au pouvoir un gouvernement blanc.

Un peu plus tard, vers la fin janvier 1919, des forces terrestres venues de Roumanie atteignirent et occupèrent la rive droite du Dniestr. Parmi eux, le cinquante-huitième régiment d'infanterie, originaire d'Avignon. Il avait un comité d'action révolutionnaire, comprenant un ancien membre de la jeunesse du Parti socialiste, Tondut, un caporal Thomas et quelques autres. La flamme révolutionnaire leur avait été transmise par une partie des soldats mutinés sur le front français en 1917 qui n'avaient pas été fusillés, mais avaient été déportés dans l'armée de l'Est. Début février, il est le premier régiment à refuser de lutter contre la révolution prolétarienne. « Non, jamais », ont crié les soldats. « Nous n'avons pas déclaré la guerre à la Russie. L'armistice est signé. Nous n'irons pas. Devenu dangereux par son esprit révolutionnaire, le régiment est désarmé, puis renvoyé, non pas en France mais au Maroc, où ses hommes sont enrôlés en compagnies disciplinaires.

Cet exemple sera suivi, un peu plus tard, début mars, de la même manière, par les soldats du 176e régiment d'infanterie à Kherson. Ramenés à Odessa par le commandement effrayé des sloops français, les soldats expliquent aux marins qu'ils ne doivent pas lutter contre les Russes soviétiques, ouvriers comme eux.

De son côté, le Comité du Parti communiste d'Odessa avait distribué aux mutins un tract en français, les félicitant de leur action et exprimant la gratitude des ouvriers russes. Anticipant l'avenir, il ajoute : "Nous avons des raisons de croire que ce n'est que le début de la fraternisation des troupes françaises et russes sur le nouveau front créé par la bourgeoisie contre notre gré". Un autre tract expliquait aux soldats du cinquante-huitième régiment ce qu'était le bolchevisme :

On vous a parlé du bolchevisme, et la presse bourgeoise en a fait tout un plat, affirmant que c'est l'instauration d'un régime arbitraire et que les bolcheviks sont des voleurs et des criminels. Camarades, vous devez connaître la vérité. Un bolchevik est un individu qui lutte pour la réalisation immédiate d'une société socialiste. Le bolchevisme est une société socialiste dans la pratique. C'est l'établissement du pouvoir des ouvriers et des paysans, de ceux qui ont toujours été les outils des riches et des puissants, de ceux qui ont travaillé sans cesse et sans récompense dans les ateliers, les moulins, les usines et les champs, et de ceux qui ont saigné pour les autres dans de grandes batailles. Le bolchevisme est la règle des conseils ouvriers et paysans (soviets), établis dans chaque ville et village, et qui contrôlent toutes les régions. Ces conseils sont la seule forme démocratique qui puisse enfin permettre à la classe prolétarienne de gouverner par elle-même. C'est ce qu'est le bolchevisme.

Les flottes alliées étaient ancrées dans les avant-ports d'Odessa et de Sébastopol, et les soldats et les marins avaient débarqué. Les bolcheviks produisirent de plus en plus de tracts, qui furent rapidement portés à la connaissance de tous les équipages. L'un d'eux a déclaré :

Exigez votre retour immédiat chez vous ! Et si vos dirigeants n'acceptent pas de vous renvoyer chez vous, alors organisez votre propre retour ! Rentrez chez vous et travaillez de toutes vos forces à la grande tâche commencée par la Révolution russe, qui garantira aux prolétaires du monde entier, avec la liberté et la dignité, un plus grand bien-être et un plus grand bonheur. Vive les soviets de soldats et de marins !

Pour éviter la dangereuse fraternisation des soldats alliés avec les ouvriers bolchéviques insurgés, les forces alliées évacuent Odessa début avril. Les soviets prirent alors le pouvoir.

La même chose s'est produite à Sébastopol, où un tract a été distribué aux forces d'occupation alliées qui indiquait, entre autres :

Ne croyez pas qu'en Russie il n'y a que l'anarchie. Ceux qui ont prétendu cela ont dit un mensonge honteux. Vous devez une fois de plus apprendre que dans notre pays, il y a une lutte acharnée pour la liberté des classes opprimées. Dites-leur que notre idéal est le plus élevé et le plus noble qui puisse exister. Chers frères, souvenez-vous de votre propre Grande Révolution.

Sur la plupart des navires de guerre français, des comités d'action avaient été constitués bien avant la mutinerie, souvent à l'instigation de marins ou de sous-officiers ingénieurs ingénieurs.
étaient traditionnellement d'un cachet plus révolutionnaire que les matelots de pont, en raison de la similitude entre leur travail et celui d'un ouvrier d'usine.

Certains de ces ingénieurs, dont l'ingénieur en chef André Marty[1], étaient en contact étroit depuis 1917 avec les syndicalistes révolutionnaires et les socialistes anti-guerre de Paris qui avaient participé aux conférences pour la reprise des relations internationales à Zimmerwald (septembre 1915) et Kienthal (avril 1916). L'un des députés de « Kienthal », Pierre Brizon, édite le journal La Vague qui tire à 300 000 exemplaires. Il a une énorme influence dans l'armée et la marine, où il fait souvent circuler des centaines de lecteurs. Chaque numéro contenait une colonne de correspondance de soldats et de marins. Des coupures en sont parvenues aux soldats, insérées dans des papiers réactionnaires. Ou bien les matelots prenaient un abonnement au journal, et s'il arrivait à bord, même s'il était confisqué par l'officier chargé de la censure, les matelots le leur restituaient subrepticement par l'ordonnance de l'officier. Outre La Vague, les équipes ont lu Le Journal du peuple et Les Hommes du jour, tous deux publiés par Henri Fabre et Georges Pioch, L'Oeuvre de Gustave Téry, ​​Ce qu' il faut dire du libertaire Sébastien Faure, et avant la mort suspecte en prison de son rédacteur en chef, Le Bonnet Rouge d'Almereyda.

Les conditions étaient maintenant réunies pour la glorieuse mutinerie de la mer Noire. Tout a commencé dans l'avant-port de Sébastopol, sur le cuirassé France. Le navire n'avait pas pénétré dans un port français depuis qu'il avait quitté Toulon le 9 octobre 1916, et les marins, victimes d'une impitoyable discipline, avaient envie de rentrer chez eux et d'être démobilisés.

Pendant des années, un groupe de révolutionnaires, 20 ou 30 membres de diverses tendances de nature anarchiste, s'était constitué à bord. Ils ont rappelé aux marins qu'en juillet 1914 c'était la France qui avait amené le président de la République française, Raymond Poincaré, à Saint-Pétersbourg en visite officielle avec un message de guerre, ils ont dit qu'il était maintenant du devoir du cuirassé d'envoyer un message de paix. À l'initiative d'un ingénieur mécanicien appelé Vinciguerra, ils avaient une bibliothèque clandestine de livres et de brochures, et recevaient des papiers anti-guerre et libertaires de France. Ils avaient réussi à avoir une influence sur la majorité des 1200 hommes d'équipage.

Le 16 avril, le cuirassé France arrive à Sébastopol en provenance d'Odessa. Le groupe de débarquement est allé à terre. C'était leur travail de bloquer l'avancée de l'Armée rouge, qui approchait de Sébastopol. Le 17 avril, les clairons du navire les ont appelés aux postes de combat. Un nombre important d'ingénieurs montèrent sur le pont et refusèrent de travailler en signe de protestation. Sous les menaces des sous-officiers, certains marins descendent vers les machines de mauvaise grâce. Les irréductibles, qui refusèrent d'obéir, furent arrêtés et enfermés dans les cellules du navire. Parmi eux, Copuette, Delarue, Leroux et Vuillemin.[2]

C'est alors que les marins se rendent compte qu'une manifestation pacifique n'a aucune chance de succès et décident d'entreprendre une action clairement révolutionnaire.

L'occasion s'est présentée quelques jours plus tard. Le commandant avait décidé que le chargement du charbon aurait lieu le 20 avril, jour de Pâques. C'était une tâche laborieuse, et donc il y avait un grand mécontentement. Le mot circulait : « Ceux qui ne veulent pas transporter de charbon, se réunissent sur le gaillard d'avant, après la tuyauterie pour se loger le soir.

Lagaillarde, qui avait été désigné pour diriger la réunion, a d'abord chanté des chansons d'amour, puis la Chanson d'Odessa (une chanson révolutionnaire française à la réunion, composée par des soldats inconnus), puis l'Internationale. Presque tout l'équipage se présenta, 600 hommes reprenant le chœur. Les officiers devenaient fous, ils se sont rassemblés sur la dunette et ont pris les armes. Le voisin Jean-Bart se joignait à eux, ils se rassemblaient. À leur tour, les marins se précipitèrent vers la poupe où étaient entreposées les armes en criant « Guns ! ». Ils sont descendus à la prison et les ont ouverts. Ainsi, entre autres, ils ont libéré Virgile Vuillerniri, un marin-ingénieur de 20 ans, qui avait été placé à l'isolement, et qui devait prendre la tête de la mutinerie. Vuillemin est élu en même temps que deux autres camarades. Les délégués ont présenté leurs revendications au commandant adjoint :
1. La fin de la guerre contre la Russie.
2. Retour immédiat en France.
3. Discipline moins rigoureuse.
4. Nourriture améliorée.
5 Partez pour l'équipage.

Puis ils se rendirent en vedette à vapeur sur le cuirassé Jean Bart et firent leurs demandes À Toulon ! Plus de guerre contre les Russes ! « Lève-toi ! Se soulever! Révolution ! », criaient-ils en secouant les hamacs.

Le vice-amiral Amet, commandant de la flotte, arrive à bord du France. Les marins et l'amiral se trouvent face à face. Le sermon de l'amiral fut interrompu par des cris : « Emmenez-le ! Tue-le!' Lorsqu'il a affirmé que les bolcheviks étaient des bandits, un mutin lui a crié : « Vous êtes le plus grand bandit. » Les manifestants y ont abandonné Amet et se sont rendus sur la dunette en chantant l'Irternationale et la chanson d'Odessa. L'amiral, furieux, quitta le navire en criant des menaces.

Amet n'a plus eu de chance sur le Jean-Bart. Presque tous ses musiciens jouaient l'hymne révolutionnaire, accompagnés des marins chantant en chœur. Les officiers du navire ordonnèrent alors de monter sur le pont des barriques de vin dans l'espoir d'enivrer l'équipage. Mais les mutins ont placé un piquet autour des réceptacles. Personne ne les a touchés.

Le lendemain, 20 avril, dimanche de Pâques, la quasi-totalité des marins du France et du Jean-Bart, au lieu de saluer le drapeau tricolore hissé à l'arrière, se tenaient face à la proue et chantaient l'Internationale, tandis que le drapeau rouge était hissé sur le beaupré. mât sur les deux bateaux simultanément.

Un capitaine de corvette, brandissant le poing vers le drapeau rouge, a crié : « Vous ne savez pas ce que signifie ce chiffon, cela signifie la guerre civile ! Deux cents marins alignés profondément devant l'étendard révolutionnaire. Le vice-amiral monta à bord. Lorsqu'il s'est approché de la première rangée d'hommes protégeant le drapeau rouge, ils l'ont averti que s'il faisait un pas de plus, ils le jetteraient à la mer. Il y avait des cris de « Tuez-le ! Jetez-le à l'eau !

L'amiral a alors autorisé les équipages à descendre à terre. Mais c'était une embuscade planifiée. Un groupe de marins a formé une procession en chantant l'Internationale dans les rues de Sébastopol, et a reçu un accueil chaleureux de la part de la populanon. Devant la mairie, le président du comité révolutionnaire bolchevique a salué les manifestants. Mais un capitaine de corvette a tenté de s'emparer du drapeau rouge et a reçu quelques gifles au visage. En réponse, sans sommation, des salves de balles ont balayé la rue : le feu avait été ouvert par des soldats grecs et le sous-lieutenant, accompagnés de deux sous-officiers d'une section du détachement de débarquement du Jean-Bart, tandis que de leur côté , les hommes tiraient en l'air. C'était un massacre. Il y eut un très grand nombre de tués et de blessés parmi les marins et la population ouvrière soviétique.

La nouvelle de l'embuscade provoqua la colère des équipages. Deux marins remontent à bord en civil sur un canot russe. Une vague de mutins se précipite vers l'arrière du bateau, emmenée par Virgile Vuillemin. Une manifestation similaire a eu lieu à bord du Jean-Bart, du Justice et du Vergniaud. Les marins ont pris le contrôle de tous les navires. Une délégation de l'armée est montée à bord du France pour féliciter l'équipage. Robez, l'officier commandant le navire, se mit à gémir : « Alors, qui commande à bord ? Un délégué lui répondit : « L'équipage !

Plus tard, il convoqua Vuillemin qui lui répondit : « Si vous donnez l'ordre de mater les manifestants par les armes, alors j'ordonnerai que vous soyez réprimés par les armes. Un garçon de 20 ans donnait des ordres à un homme de 53 ans.

Tour à tour, les délégués ont été convoqués, presque cajolés, et invités à s'asseoir dans des fauteuils. Ils refusèrent et restèrent debout. Ils détaillent les doléances des marins : nourriture révoltante, discipline brutale et guerre contre les Russes, inconstitutionnelle puisqu'elle n'a jamais été déclarée par la France. Le commandant était tour à tour autoritaire et bienveillant, tentant tantôt de faire prisonniers les délégués, tantôt les suppliant de calmer l'équipage.

Robez a promis qu'il n'y aurait pas de mesures disciplinaires ultérieures. Plus tard, en cour martiale, il a insisté sur le fait qu'il ne s'était engagé que personnellement !

L'autogestion a été établie sur le cuirassé rouge. A tous les postes, les matelots s'acquittaient impeccablement de leurs tâches. Aux machines, les sous-officiers de première et deuxième classe étaient laissés à leur poste, car ils avaient une fonction purement technique. Le drapeau n'était plus salué.

L'état-major français en tira la conclusion, douloureuse de son point de vue, qu'il était grand temps d'évacuer Sébastopol et de rendre le pouvoir aux Soviétiques (après avoir fait sauter les forts, brisé les machines et coulé des bateaux). D'ailleurs, laisser ce navire rebelle dans l'avant-port un jour de plus, à l'heure où l'Armée rouge était aux portes de la ville et où un comité révolutionnaire y détenait déjà le pouvoir, aurait signifié risquer la possibilité de toute la flotte , mené par la France , passant aux bolcheviks et à la Révolution. Mais au dernier moment, les marins protestèrent contre le fait qu'un seul cuirassé se mettait en route. Ils craignaient que ce départ ne fût une ruse du commandement et qu'il préparât de sévères représailles. D'ailleurs, comme l'a commenté l'un d'eux : « Si nous partons sans le Jean-Bart, nous sommes des lâches.

Finalement, le cuirassé rouge partit tout seul pour Bizerte. Mais l'équipage devait garder le contrôle du navire jusqu'à son arrivée et son mouillage dans le port tunisien. Les officiers étaient tenus de s'abstenir de toute ingérence dans la conduite des tâches de l'équipage à bord du navire et devaient être dirigés par un matelot de première classe délégué par l'équipage.

Il aurait été possible que cette mutinerie s'unisse à la Révolution russe. Une telle possibilité devait être envisagée, comme nous le verrons plus loin, par le comité d'action sur le croiseur Waldeck-Rousseau, autre navire de guerre qui s'est mutiné. C'est aussi ce que, de son côté, André Marty, prisonnier sur ce bateau, avait voulu tenter sur son propre petit navire, Le Protet, avant d'en être informé et arrêté.

Il n'en reste pas moins qu'à la suite de la mutinerie de la France et d'autres unités françaises des forces navales et terrestres, l'énorme machine de guerre impérialiste ne pouvait plus être utilisée contre la Révolution d'Octobre.

Venons-en maintenant à la mutinerie qui éclata quelques jours plus tard, du 27 au 29 avril, sur le croiseur Waldeck-Rousseau. Il semble avoir acquis un caractère relativement plus révolutionnaire, car, à un moment donné, les marins sont allés jusqu'à discuter de la remise du navire aux autorités soviétiques à Odessa.

Le Waldeck-Rousseau, à la différence du France, qui n'avait pas été ancré à Toulon depuis octobre 1916, venait d'y être ancré depuis deux mois. Les jeunes marins avaient donc été en congé, grâce à quoi ils étaient entrés en contact avec la classe ouvrière, qui était alors impliquée dans un puissant mouvement de classe.

Sur le bateau, un comité d'action révolutionnaire d'une dizaine de membres s'était formé depuis longtemps également à l'initiative d'un ingénieur du nom de Gentil. Deux marins, le canonnier Lavieu et l'électricien Simeau, se spécialisent dans la propagande. Ils distribuèrent La Vague et des pamphlets.

Le comité a tenu des réunions fréquentes. Afin de mieux dissimuler son activité secrète, il s'est caché derrière le déguisement d'une organisation en apparence anodine, une « Association Fraternelle des Ouvriers », composée d'une centaine de matelots et matelots. Il avait été installé en décembre 1918, en route vers la base navale française de Cattaro (sur la côte dalmate) par des marins languedociens. Il s'agissait en apparence de préparer un grand banquet à la veille de la démobilisation et de commémorer ensuite cette occasion mémorable, comme le font de temps à autre les associations d'anciens combattants.

A Toulon, les cartes de membre de l'association avaient été imprimées. Le lieu supposé du banquet proposé avait été baptisé « Lucullus », et le mot figurait en bonne place sur la carte. Le premier président avait été débarqué à Toulon parce qu'il était réserviste. Reste le vice-président, François Péronne, sous-cuisinier à la cuisine des officiers mariniers et responsable du recrutement à l'association, car son travail le met en contact avec tout l'équipage.

« Lucullus » se rencontra ouvertement à la tombée de la nuit sur le gaillard d'avant. Les marins chantaient et faisaient des plans, tandis que le comité d'action travaillait en son sein et donnait une orientation révolutionnaire à l'équipage, inconnue du commandement.

Le 11 mars, le croiseur, ayant pour la deuxième fois repris à bord un quart qui était en permission, se dirige vers Beyrouth. L'équipage était très jeune et comprenait clairement pourquoi l'impérialisme français attaquait la Russie soviétique. De Beyrouth, le Waldeck-Rousseau fait voile vers Istanbul (Constantinople) et, le 3 avril au soir, pénètre dans le détroit du Bosphore pour se jeter dans la mer Noire. L'équipage s'énervait. Le 6 avril, ils mouillent à Odessa, non loin des quais. Le comité d'action a fait son travail : les artilleurs de plusieurs tourelles refusent de braquer leurs canons sur le grand port russe.

A bord, ils ont chanté une chanson de marins en compagnies disciplinaires :
J'ai réfléchi, je ne tirerai pas,
Je suis marin, je refuse quand même,
Car sur mes frères révoltés la-bàs
Je ne tirerai pas, c'est indigne de moi-même.

[J'ai réfléchi, je ne tirerai pas,
Je suis marin, mais je refuse toujours,
Car sur mes frères en révolte là-bas
Je ne tirerai pas, c'est indigne de moi.]

"C'est trop évident : nous sommes venus pour faire la guerre", se disaient les marins en pompons rouges entre eux. Il ne faisait aucun doute que le croiseur resterait longtemps dans la mer Noire. De plus, il n'y avait pas eu une seule livraison de courrier depuis le départ de Toulon, et les messages reçus par radio n'étaient plus affichés. La discipline était plus sévère, les inspections étaient plus fréquentes et la nourriture était épouvantable.

Le 19 avril, le Waldeck-Rousseau, qui avait remorqué des péniches de soldats jusqu'à l'estuaire du Dniestr, revient mouiller au large d'Odessa, où flottent les drapeaux rouges des bolcheviks. Voulaient-ils intimider le pouvoir soviétique ?

Lorsque l'équipage apprit qu'un prisonnier d'un autre navire était monté à bord - il s'agissait du chef mécanicien André Marty - les sentiments montèrent. Une lettre du prisonnier, griffonnée au crayon, circula parmi les marins. Le comité d'action révolutionnaire visait à la fois à libérer Marty et à faire entrer le navire dans le port d'Odessa.

Le matin du 27 avril, des rumeurs circulaient selon lesquelles « il y a des soviets à bord ». Le contre-amiral, pris de panique, fit déplacer le prisonnier ailleurs. La réaction de l'équipage a été immédiate ils se sont rassemblés sur le gaillard d'avant. Au nom de
délégués élus par les marins, Simeau lut un cahier de revendications :
1. Retour immédiat en France.
2. Une meilleure nourriture.
3. Affichage dans tous les emplacements d'artillerie de toutes les nouvelles captées par la radio.
4. Démobilisation des réservistes.
5. Débarquement immédiat du capitaine d'armes.
6. Congé à accorder dans un ordre régulier.

La liste est adoptée à l'unanimité à main levée.

La délégation, conduite par Simeau et Lavieu, se rend aussitôt chez le commandant, le capitaine du navire Chopard, suivi de tout l'équipage. Les délégués furent reçus dans le bureau du capitaine. Il pensait pouvoir se tirer d'affaire en invoquant « l'intérêt national ». La réponse est venue : « Non et jamais. Ce n'est pas à nous de défendre les millions de capitalistes français ! Et le mitrailleur Nouveau, également membre du comité d'action secrète, cria : « Si vous ne nous donnez pas satisfaction, ce soir le navire sera amarré à Odessa.

Il y eut un refus catégorique de l'homme qui était maître à bord « après Dieu ». La délégation remonte sur le pont, suivie de l'équipage. Il y avait des cris de `À l'arrière! Au drapeau rouge !' Il a été décidé d'appeler à la grève tous azimuts. Le maître d'armes, qui menaçait, a été jeté à la mer - puis repêché. Huit cents marins attendaient toujours la réponse du commandant à leurs demandes.

Chopard, perdu, appela le contre-amiral Caubet à son secours. Il a agi de manière hypocrite. « Vous ne devez pas écouter les quelques fauteurs de troubles parmi vous. Il avait quelques mots amicaux et câlins pour chaque délégué. Mais la délégation, qui avait attendu 20 minutes pour écouter cette exhortation, ne la supportait plus : « Amiral, l'équipage sait ce qu'il veut. Donnez-lui satisfaction. Il a décidé de ne pas repartir en guerre contre ses amis. Évitez de faire un mal irréparable !'

« Et si je ne vous donne pas satisfaction, que ferez-vous ?
« Dans ce cas, le Waldeck-Rousseau sera amarré à la disposition des bolcheviks !

L'ultimatum à l'amiral expirait le lendemain à cinq heures du matin. L'amiral se mit en tête de rassembler l'équipage en compagnies, afin de s'assurer que tous étaient en appui. Les officiers ont été chassés. Alors l'amiral dut se résigner à établir un contact direct avec les insurgés, au milieu des railleries : « Que voulez-vous ?

« Retour immédiat en France !

Il y eut un flot de menaces et d'insultes : « Jetez l'amiral à l'eau !

Finalement, Caubet les a laissés extraire la promesse qu'ils partiraient dans les 48 heures.

Le 28 avril, le Waldeck-Rousseau fait voile vers Constantinople. Un délégué de l'équipage surveillait en permanence la radio, vérifiant les télégrammes.

Soudain, la nouvelle arrive : le vice-amiral Amet réprimande le contre-amiral Caubet, qui est son supérieur hiérarchique. Le croiseur devait se rendre sur l'île de Tendra, dans la mer Noire, au même endroit où le cuirassé russe Potemkine s'était rebellé pendant 15 jours en 1905, après quoi - du moins c'est ce qu'on leur avait promis - ils retourneraient en France.

L'équipage est devenu violemment en colère. Les ingénieurs - comme toujours - ne s'en cachent pas : « Nous devons régler cela une fois pour toutes. Prenons le bateau !

A Tendra, les marins apprirent la mutinerie de la France par des hommes d'un autre navire qui avaient été embarqués. Tout l'équipage était pris du même désir : faire comme les camarades de Sébastopol l'avaient fait.

La lutte révolutionnaire reprend alors à bord du croiseur. Les marins sont allés à l'avant et ont demandé l'élection d'une délégation. Ils ont ensuite procédé à l'élection de quatre nouveaux délégués pour remplacer les précédents : de très jeunes hommes, âgés de 20 ou 21 ans.

Le contre-amiral a refusé de recevoir ces jeunes visiteurs. Était-ce la guerre ? Des groupes de marins commencèrent à chasser les sous-officiers et tentèrent de se procurer des armes. Le capitaine d'une corvette a sorti son revolver. L'amiral, étant barricadé, fit mine de se tirer une balle dans la tête, tandis qu'un commissaire de bord s'effondrait.

Les officiers sont allés à l'arrière, qui avait été transformé en blockhaus. Une arme à feu était pointée, prête à tirer des éclats d'obus sur les mutins. Face à cela, les marins étaient presque désarmés. Ils ne pouvaient utiliser que des revolvers qu'ils avaient achetés à terre et des couteaux.

Menace face menace : le contre-amiral se déclare prêt à faire sauter le navire si les mutins en prennent le commandement. Des groupes armés (opposés à l'équipage) contrôlaient les trois descentes jusqu'au magasin.

Mais, voyant qu'ils n'avaient pas assez d'armes pour répondre efficacement aux officiers, les marins rebelles n'ont pas poussé plus loin l'action violente. En tout cas, ils avaient gagné ce qu'ils voulaient cette semaine même, le Waldeck-Rousseau abandonna sa tentative d'attaquer la Révolution russe qu'il passa par les Dardanelles, sur le chemin du retour vers la France.

Si les mutins du Waldeck-Rousseau, comme on vient de le voir, avaient eu l'intention de livrer leur navire à la Révolution russe (ou plutôt menacé le commandement qu'ils le feraient), cela avait été, apparemment, un moyen d'extorsion, afin pour gagner le retour du croiseur en France et leur démobilisation tant attendue.

Sur un seul bateau de la flotte de la mer Noire avait été conçu un plan dont l'objectif révolutionnaire semble avoir été plus cohérent. Il avait mûri dans les têtes agitées de certains ingénieurs du destroyer Protet, alors ancré dans le port roumain de Galatz.

Ces ingénieurs, généralement de rang inférieur, étaient depuis longtemps sous l'emprise des ouvriers civils des chantiers navals de Toulon et de Brest, ouvriers hautement qualifiés et traditionnellement dotés d'une haute conscience de classe.

Malheureusement, contrairement aux mouvements de masse sur la France et le Waldeck-Rousseau, qui devaient exceller dans la spontanéité, mais dont l'orientation politique était encore floue, les blanquistes sur le Protet étaient une petite minorité d'avant-garde, un peu sauvage, avec une mentalité conspiratrice et sans contact avec le reste de l'équipage. C'était d'ailleurs un équipage composé en grande partie de jeunes dont l'attitude était celle de la deuxième délégation du Waldeck-Rousseau : ils aspiraient à la paix et à la démobilisation plutôt qu'à la Révolution. Il ne pouvait donc jouer le rôle de détonateur pour l'ensemble de la flotte, bien que la présence d'André Marty, prisonnier sur le Waldeck-Rousseau, ait contribué à enflammer la mutinerie sur le croiseur, comme on l'a vu.

L'entreprise a été préparée par un petit groupe de combat. André Marty, l'instigateur, fit confiance à l'ingénieur en chef Louis Badina, qui approuva tous les points de son plan et accepta de participer au recrutement d'une douzaine d'hommes de confiance, ce que le rang de Marty ne lui permettait pas de faire lui-même. Si l'on en croit le récit de Marty, le plan était de désarmer de nuit les officiers et sous-officiers et de les enfermer dans leurs cabines ou salles de travail, puis de lier et bâillonner l'officier de service sur le pont, puis de couper l'électricité pour l'émetteur radio. . Ainsi, ils auraient pu reprendre le navire et le diriger vers Odessa.

Un noyau de trois chefs a été formé : Marty, Badina et un artilleur appelé Durand. Ils ont finalisé les détails de l'opération prévue le 13 avril. Dans la soirée du 15 avril, ils convoquèrent une petite réunion dans la ville de Galatz, à laquelle participèrent le matelot non qualifié Bourrouilh, le cuisinier des officiers Filliatre, et les deux ingénieurs Cendrier et Gaborit, ainsi que les trois chefs. Marty expliqua qu'en attaquant la Russie, la flotte de la mer Noire violait la constitution, puisque la guerre n'avait pas été déclarée par la France, et, dans de telles conditions, l'insurrection était, dans la langue de 1793, « le plus sacré des devoirs ».

Mais les contacts que Badina avait imprudemment noués avec la branche Galatz du Parti socialiste roumain ont attiré l'attention. Et surtout, trois des conspirateurs - Durand, Bourrouilh et Filliatre - se sont avérés être des provocateurs. Ils avaient même tenté de surpasser les autres, proposant de jeter les officiers à la mer plutôt que de les garder en otages.

La nuit suivante, le 16 avril, à 23h30, de retour à bord, André Marty est interpellé alors qu'il franchit la passerelle du destroyer. Le commandant, le lieutenant-commandant Welfelé, royaliste et partisan de l'Action française, qui détestait un lecteur de L'Ouvre comme Marty, l'informa qu'il était mis en état d'arrestation. Un peu plus tard, l'accusé fut convoqué devant lui et il déclara : « Je sais que vous êtes en contact avec les bolcheviks. Vous êtes accusé d'infractions extrêmement graves. En sortant de la chambre de l'officier, Marty croisa Badina avec un matelot armé à ses côtés : le matelot de 1re classe avait également été arrêté sur le pont. Le lendemain , Badina réussit à s'échapper de la maison de garde navale de Galatz , puis il devait être condamné par contumace .

Ainsi échoue le complot sur le Protet qui, s'il n'avait pas été lancé trop tôt et s'il avait réussi, aurait pu conférer à la mutinerie de la mer Noire un caractère plus nettement révolutionnaire.

Les mutineries du France et du Waldeck-Rousseau avaient fait boule de neige, et de nombreux autres navires se révoltèrent.

Nous avons déjà évoqué le cas du cuirassé Jean-Bart, qui, ancré non loin du France, dans l'avant-port de Sébastopol, a agi en solidarité avec le navire révolutionnaire les 20 et 21 avril.

Pommes de terre sur le Justice : C'était aussi le cas du cuirassé Justice qui s'était amarré près des deux autres. Sur ce dernier, l'étincelle qui a déclenché l'explosion était une tâche simple concernant des pommes de terre. Les marins n'avaient reçu que des pommes de terre congelées ou pourries à éplucher. Il y a eu de vives protestations. Le vice-amiral Amet, déjà très occupé ailleurs, venait d'arriver sur le cuirassé. Il convoqua l'équipage de se rassembler sur la dunette. Lorsqu'il déclara qu'il fallait « abattre les bolcheviks », les marins ne pouvaient plus le supporter. Ils ont chanté l'Internationale. Alors l'officier supérieur fit la suggestion ridicule : « Les garçons, chantez le Madelon [3] si vous voulez, mais pas l'Internationale. Des cris éclatent : Bandit ! Jetez-le à l'eau ! Il a été raillé et des pommes de terre lui ont été lancées alors qu'il quittait le navire brisé, tandis que le drapeau rouge était hissé.

Menaces contre les marins du Bruix : Par un processus de contagion similaire, le croiseur Bruix fut également infecté à Tendra alors qu'il était encore en mer Noire, par la révolte du cuirassé Waldeck-Rousseau. Lorsque l'officier commandant ce navire livra une série de vitupations contre le bolchevisme, un délégué de l'équipage répondit en lui adressant une protestation écrite :

Ce jour 28 avril 1919, l'équipage du Bruix, par l'intermédiaire de ses délégués, considérant que notre présence ici ne peut avoir d'autre résultat que de faire obstacle à une nation amie qui s'efforce de progresser, décide qu'un délai de 48 heures à partir du lundi 28 avril. sera autorisé à prendre une décision de retour en France. A l'expiration de ce délai, l'équipage prendra toutes les mesures nécessaires pour faire avancer le navire. l'emprisonnement dans vos chambres ne sera utilisé qu'en cas de refus formel de votre part d'accéder à nos demandes.

Le commandant réunit alors tout l'équipage et menace d'utiliser contre les marins français un croiseur léger britannique et deux destroyers japonais qui se trouvent dans l'avant-port. Le délégué répondit : « Ni la flotte britannique ni les canons japonais ne me feront battre en retraite. Comme pendant la guerre, chacun de nous mourra à son poste. Le commandement a finalement dû reculer. Quelques jours plus tard, les Bruix partent pour la France.

A Toulon, le soulèvement commença sur la Provence.

Mais malgré cela, l'impérialisme français n'allait pas abandonner ses entreprises guerrières contre la Révolution russe. En conséquence, les mutineries de la mer Noire ont eu des conséquences plus lointaines. Ils ont mis le feu à la poudre à Toulon même. Les journaux anti-guerre étaient très demandés parmi les marins, et des tracts révolutionnaires circulaient sur les navires et dans les casernes navales.

Début juin, le cuirassé Provence , navire amiral qui se trouvait dans l'avant-port depuis le 21 mai, s'apprêtait à partir pour aller « inspecter » les forces navales en mer Noire. Mais, comme le commente André Marty dans son livre : « Le chargement de munitions pour la guerre terrestre en quantités inhabituellement importantes, ainsi que de nombreux masques à gaz, indiquait clairement aux marins les plus simples d'esprit que le cuirassé allait en route pour une nouvelle guerre. Cela ne pouvait être que contre la Russie révolutionnaire.

A Paris, le débat de l'Assemblée nationale sur les mutineries de la mer Noire était prévu le 6 juin. Ainsi à Toulon, le 5 juin, peu avant minuit, le drapeau rouge est hissé sur le mât de misaine du Provence en signe de solidarité avec les insurgés.

Au matin du dimanche de Pentecôte, le 8 juin, l'instruction avait été donnée à tous les navires de l'avant-port d'envoyer des délégués au Club des soldats et marins. A 10h, ils étaient déjà 400. Ils occupaient le théâtre. L'un d'eux est monté sur scène et a commencé à parler. Un débat très animé dans le style de la « démocratie directe » s'est engagé sur la ligne de conduite à adopter dans les prochains jours.

Mais la bourgeoisie ne pouvait tolérer l'occupation des locaux, notamment par des militaires. La police locale et nationale s'est empressée de les expulser du club. Il y a eu un échange de coups. Le bâtiment a été fermé et placé sous le contrôle des flics. Le commandant en chef du port envoya un télégramme pour demander des renforts de cavalerie et de police.

Le lendemain, lundi, qui était également un jour férié, les marins se sont réunis dans un bosquet, lieu convenu lors de la réunion de la veille. Ils étaient au moins 2000.

Le vice-amiral Lacaze, futur membre de l'Académie française, apparaît en voiture et harangue la foule des marins : « Maintenant ! Pourquoi écoutez-vous des Français déloyaux qui vous lavent le cerveau avec leurs pamphlets anarchistes ?

Lorsque l'amiral eut déguerpi, un comité d'action fut nommé. Celui-ci prépare un soulèvement général de tous les navires et soldats de Toulon, de concert avec les grévistes des Forges et Chantiers navals de la Méditerranée à La Seyne-sur-Mer.

Le 11 juin, le Provence devait s'élancer vers l'Est.Selon le plan du comité d'action, ce vaisseau amiral devait avoir l'honneur de hisser le drapeau rouge, donnant ainsi le signal du lever. Le 10 juin, la rébellion éclate. « Le moment est venu ! À la dunette !', cria une voix. Comme les matelots atteignaient les échelles, une autre voix cria : « Aux armes ! Au magasin d'armes ! Et un autre : « Nous sommes en route pour la révolution !

Les mutins se sont précipités vers les râteliers d'armes et ont saisi des fusils et des baïonnettes. Soixante hommes armés montent sur le pont. Les officiers supérieurs ont pris la fuite. Un capitaine de corvette a tenté de sortir de sa cabine, un marin a pointé son fusil contre sa poitrine et lui a ordonné de rentrer à l'intérieur. L'officier marmonna : « Que se passe-t-il ?

— Rien, c'est la révolution.

Par ordre d'en haut, le clairon a appelé aux postes de combat. C'était une perte de temps. Personne n'a bougé. Le commandement a fait des concessions et négocié. Le départ de la Provence fut ajourné.

Du cuirassé, la révolte s'étendit alors à la ville. Les soldats du Quatrième Régiment Colonial, apprenant que leur départ pour l'Est était imminent, ouvrent de force les portes de leurs casernes et affluent en chantant l'Internationale.

Soldats, marins et ouvriers de l'arsenal se sont mêlés. Quelque 1500 d'entre eux se sont avancés vers la prison navale avec l'intention d'en prendre le contrôle. Gendarmes à cheval inculpés. Des groupes de militaires ont résisté. L'un des manifestants s'était glissé derrière les grilles des jardins publics, et de là il a lapidé les gendarmes. Il y eut un bruit de coups de feu.

Les rebelles ont presque pris le contrôle de la base navale et de toute la ville. La Provence n'irait pas dans les eaux russes.

Vient ensuite le Condorcet. Pour la mutinerie sur le cuirassé Condorcet, qui a eu lieu à la même époque, nous avons la chance de pouvoir donner un récit rédigé par son principal chef, le premier matelot ingénieur Marcel Monribot, aujourd'hui septuagénaire :

Le Condorcet était dans l'avant-port de Bizerte après avoir subi une étude et des réparations. C'est alors que le cuirassé France entre dans l'avant-port de Bizerte, aux mains de l'équipage qui s'est rebellé dans la mer Noire. Informés par les marins du France, nous nous rendons compte que notre navire doit être envoyé en Russie. Sur le Condorcet, il y avait un groupe socialiste révolutionnaire sous la direction du premier ingénieur marin Marcel Monribot.

Il a été décidé qu'une lettre demandant que les groupes d'âge plus âgés soient débarqués et démobilisés devrait être apportée au bureau du directeur général. Cela a été accordé. Il ne restait donc sur le Condorcet que les tranches d'âge les plus jeunes (17, 18, 19 ans). Huit cents à mille zouaves sont embarqués puis débarqués à Beyrouth. Le navire, après une brève escale à Smyrne, passa par les Dardanelles et se trouva à Tendra dans la mer Noire, à quelques milles marins d'Odessa. Puis une résolution fut adoptée par le comité révolutionnaire : aucun travail ne serait fait, et aucune action ne serait entreprise contre la nouvelle République russe.

L'équipage, rassemblé sur le gaillard d'avant, reçoit la visite du commandant en second, Binet : « Que se passe-t-il ? Qui veut parler politique avec moi ?

Le premier matelot mécanicien Marcel Monribot, entouré des premiers matelots mécaniciens Jean Vessat et Raoul Goubert du comité révolutionnaire, s'avança et demanda : « Pourquoi sommes-nous en Russie ?

« Quelle question ! Qu'est-ce que le fait d'être en Russie a à voir avec vous ? Je suis officier et je n'ai jamais demandé d'où venaient les ordres, je les ai simplement exécutés.

Monribot répondit : « Nous considérons que la guerre que vous voulez nous imposer est contraire à la Constitution. Nous sommes des travailleurs et nous comprenons le rôle que vous voulez nous faire jouer.

« Et quel rôle pensez-vous que nous voulons vous faire jouer ? »

« Pourquoi le croiseur Bruix, comme nous l'avons entendu, a-t-il tiré une salve d'artillerie contre la ville de Kherson ? C'est une preuve formelle d'agression contre la République soviétique.

Si nos anciens camarades débarqués à Bizerte avaient été avec nous à ce moment, notre retour en France aurait eu lieu immédiatement, mais avec un équipage réduit de moitié, la tâche était difficile, malgré le fait que le reste de l'armée révolutionnaire comité avait tout préparé.

Le chef mécanicien Foquenot appela les principaux matelots mécaniciens Monribot et Bernard, et se lança dans une grande comparaison entre les États-Unis d'Amérique, venus au secours des Alliés, et la Russie, qui les avait abandonnés.

Lorsque Monribot fut de retour à son poste à la machine principale, le chef artificier de la salle des machines Le Gall, connaissant les réunions tenues à cet endroit, trouva les registres et papiers du comité révolutionnaire qu'il me montra et me remit pour que J'ai pu assurer leur disparition, ce qui a été fait. Pendant ce temps, le sous-lieutenant Robert Lebat apprend qu'il y aura un refus du défilé en uniforme le lendemain. Il tenta de persuader un groupe de marins d'aller à la parade : « Maintenant que la guerre est finie, il y en a qui reviennent à leurs idées dépravées d'avant-guerre. Regardez vers le Rhin ! Vos frères et vos pères ont-ils la même attitude que vous ?

Un camarade est venu prévenir les ingénieurs du moteur principal. Monribot monta aussitôt dans l'entrepont principal et posa la même question qu'il avait déjà posée au commandant en second Binet : « Pourquoi sommes-nous en Russie ?

Aucune réponse de l'officier. Mais les discussions avaient émoussé l'esprit de trop de jeunes marins, qui, d'ailleurs, n'avaient pas pris part à la guerre. L'état-major de la marine décide néanmoins de retirer le Condorcet de la mer Noire. Notre objectif avait été atteint. Voulant à tout prix éviter une nouvelle rébellion, l'officier commandant, le capitaine de navire Thomine, n'appliqua que des peines légères. Quelques jours plus tard, le Condorcet atteint Istanbul, puis la France.

Les mutineries de Voltaire à Bizerte : Quelques jours plus tard, du 19 au 21 juin, l'équipage du cuirassé Voltaire se révolte à Bizerte, alors important port de guerre français, à nouveau alors que le navire s'apprête à partir pour la mer Noire.

Des graffitis révolutionnaires écrits au plomb rouge sont apparus partout sur le navire. Quand, le soir, le clairon appelle à l'exercice d'incendie, l'équipage, au lieu d'obéir, chante l'Internationale et la Carmagnole.

Le chauffeur Alquier déclara au commandant : « La bourgeoisie peut aller en Russie si elle le veut. Nous n'avons rien à défendre là-bas.

L'équipage a commencé un ralenti général. Aucun officier ou sous-officier n'était plus obéi. Finalement, les marins ont été débarqués en petits groupes et ont reçu de nouvelles affectations. Ce n'est qu'après un mois de retard que le cuirassé put partir pour l'Est.

Le Guichen avec Charles Tillon :[4] Au cours du même mois de juin, il y a également eu une mutinerie sur le croiseur léger Guichen. Celui-ci était utilisé pour les transports de troupes vers l'Est, faisant la navette entre le port italien de Tarente et le port grec d'Itea.

Lorsque les personnes à bord apprirent la nouvelle des mutineries en mer Noire, ce fut une révélation pour les marins : « C'est pourquoi nous transportons les troupes ! C'est une guerre contre la Révolution russe !

Pour les calmer, le commandant, qui connaissait ses classiques, envoya l'équipage visiter les ruines de Delphes. L'officier aristocratique chargé d'accompagner les marins mélangeait politique et archéologie. Il compare les ruines du sanctuaire d'Apollon, « détruit par les barbares », à celles qui s'étaient entassées en Russie sous la domination bolchevique. C'était trop. A leur retour, les marins descendent les pentes du mont Parnasse en chantant l'Internationale.

Le premier matelot mécanicien Charles Tillon est chargé de rédiger une pétition au commandant au nom de l'équipage. Elle exige le retour des Guichen en France le plus rapidement possible. La lettre a été livrée au port d'Itea. Le commandant ayant refusé d'accepter les réclamations collectives, les marins ont répondu en abandonnant tout travail.

Mais ils ont subi la répression. Lorsque l'équipage a vu deux barges chargées d'infanterie sénégalaise s'approcher du navire, il y a eu une réaction immédiate. Les marins se sont armés d'objets divers et se sont précipités vers les échelles de coupée pour les remonter et empêcher l'embarquement. Le commandant a été renversé. Il s'est enfui et s'est enfermé dans ses chambres.

Cependant, les deux barges ont réussi à se rapprocher de l'étrave, et les fantassins ont pu monter une échelle. Les matelots s'élancent et se heurtent à une rangée de Sénégalais rangés devant le réfectoire, baïonnettes et machettes fixes à leurs côtés. Finalement, l'équipage est encerclé sur le pont avant et les mutins sont arrêtés un par un. Mais huit jours plus tard, le Guichen rentre en France.

Il devait y avoir deux autres mutineries : sur le cuirassé Diderot à Beyrouth le 2 août et sur le destroyer Touareg à Odessa le 7 août.

Répression : Quand elle a eu peur, la bourgeoisie se corse. Cours martiales, certaines réunies à bord de navires et d'autres dans des bases navales, infligées aux marins de la mer Noire des années de prison : 10, 15, 20, avec parfois pour certains l'humiliation du renvoi de la marine et l'envoi à la section spéciale infernale de Calvi (Corse), précurseur des camps de concentration d'Hitler. Devant les tribunaux militaires, les accusés, en général, n'ont pas abandonné leur fermeté révolutionnaire. Ainsi Virgile Vuillemin, le moteur de la mutinerie sur la France, a témoigné pendant deux heures et a pu se faire l'avocat efficace de l'accusé.

Le plus durement traité fut le chef mécanicien André Marty du destroyer Protet, condamné à 20 ans de travaux forcés et interdit de pénétrer dans certaines zones pendant 20 ans.

Comme un ministre le dira aux membres de l'Assemblée nationale : « Vous pouvez pardonner aux marins, mais jamais à un officier », Marty sera donc le dernier à retrouver sa liberté. En fait, une puissante campagne de propagande a permis à la classe ouvrière d'obtenir une amnistie pour les mutins de la mer Noire en juillet 1922, mais Marty n'a été libéré qu'un an plus tard.

L'infatigable Comité de défense des marins de la mer Noire devait publier une chanson, sur l'air Gloire au XVIIe, se terminant par le refrain :

Salut ! Salut à vous !
Vaillants marins de la mer Noire !
Salut ! Salut à vous !
Petits cols bleus couverts de gloire.
Salut ! Salut à vous !
Ennemis du capitalisme,
Qui croyait, en comptant sur vous,
Assassinez le communisme !

[Nous te saluons
Braves marins de la mer Noire !
Nous te saluons
Des petits cols blancs couverts de gloire.
Nous te saluons
Ennemis du capitalisme,
Qui pensait qu'en comptant sur toi,
Cela pourrait tuer le communisme !]

REMARQUES
1.] André Marty (1886-1956) était marin professionnel avant 1914, et a collaboré au journal socialiste Cri du marin. Emprisonné en 1919 et libéré en 1923, il rejoint le PCF, et est membre de son bureau politique de 1931, député de 1924 à 1955, et secrétaire du Komintern en 1935-43. Il a organisé des brigades internationales en Espagne. Expulsé du PCF en 1953, dans ses dernières années, il a eu des contacts avec des trotskystes et des anarchistes. [Note du traducteur]
2.] Virgile Vuillemin (1898-1981) est emprisonné en 1919 et libéré en 1920. En 1924, il est une figure de proue du groupe anarchiste-individualiste Vers la beauté, prônant l'éducation par l'art. Il rejoint le PCF à la Libération, mais démissionne en 1952 pour protester contre l'expulsion de Marty. En 1958-59, il est candidat aux élections municipales sur une liste organisée par le PSA et l'UGS. [Note du traducteur]
3.] Une chanson populaire parmi les troupes françaises pendant la Première Guerre mondiale. [Note du traducteur]
4.] Charles Tillon est né en 1897. Proche des syndicalistes révolutionnaires avant la Première Guerre mondiale, il est emprisonné en 1919, mais libéré pour raisons de santé. Au PCF à partir de 1921, il milite à la CGTU. Membre du Bureau politique du PCF en 1944-1952, et ministre dans plusieurs gouvernements d'après-guerre, il est discipliné en 1952 et renvoyé dans sa base. Restitué de plein droit en 1957, il est exclu du PCF en 1970 et forme le Secours Rouge avec Jean Paul Sartre. [Note du traducteur]

Source Revolutionary History , Volume 8, n° 2 Porcupine Press/Socialist Platform Ltd, Londres, 2002.


Prochaines réunions de famille Tillon

Les tableaux d'ascendance et les fiches de groupe de famille sont des outils généalogiques importants, donc apporter ou créer sur place un grand pedigree familial (ou arbre généalogique) est sûr d'attirer l'attention en même temps, ayez beaucoup de feuilles de groupe de famille vierges disponibles pour les familles individuelles à compléter et soumettre pour entrer dans un "livre de famille Tillon", que vous pouvez ensuite numériser et partager - vous pouvez ensuite ramener le livre physique à la prochaine réunion, en ajoutant de nouvelles familles à chaque fois. L'article "Détails de planification pour une réunion de famille" peut vous fournir des conseils pour organiser une réunion Tillon réussie.


Charles Tillon - Histoire

Paris, Aéroport d'Orly - Gare de Lyon : Déplacement d'un quai mal trié (après les voies) à la bonne position sur la route N31 (-> Gare de Lyon). Ajoutez stop_position aux voies et à la ligne de bus. Ajoutez crossing(_ref)=* à Highway=crossing.

Autoroute secondaire
vitesse maximale 50
Nom Parcours Charles Tillon
ancienne_réf D32
réf D 136
la source cadastre-dgi-fr source : Direction Générale des Impôts - Cadastre mise à jour : 2009
source:vitesse max FR:urbain

Аствует в

  • Отношение Bus 183 : Aéroport d'Orly 4 → Marché International de Rungis ( 5426449 )
  • тношение Noctilien N31 : Aéroport d'Orly-Terminal 4 → Gare de Lyon ( 1535266 )
  • тношение Noctilien N31 : Gare de Lyon → Aéroport d'Orly-Terminal Sud ( 1535456 )
  • Отношение Bus 183 : Marché International de Rungis → Aéroport d'Orly 4 ( 163664 )
  • тношение Bus 482 : Belle Épine Sud (Thiais) → Jeanne d'Arc (Villeneuve-le-Roi) ( 9348861 )
  • тношение Bus 482 : Jeanne d'Arc (Villeneuve-le-Roi) → Belle Épine Sud (Thiais) ( 9348860 )
  • тношение D136(FR:94) ( 11932560 )

Очки


FAMILLE COLIGNY

FAMILLE COLIGNY. Les frères Coligny étaient parmi les partisans aristocratiques les plus zélés et les plus cohérents du protestantisme dans la France du XVIe siècle. Issu d'une lignée bourguignonne, ils possédaient une importante base terrestre en Bretagne et ses marches. Gaspard de Coligny (1470 &# x2013 1522), seigneur de Ch &# xE2 tillon, a combattu avec distinction dans les guerres d'Italie sous les rois Charles VIII, Louis XII et François Ier, devenant maréchal de France en 1516. Il épousa Louise de Montmorency , sœur du connétable de France cette union a produit trois fils : Odet de Coligny (1517 &# x2013 1571), comte-évêque de Beauvais et cardinal de Ch &# xE2 tillon Gaspard II de Coligny (1519 &# x2013 1572), seigneur de Ch &# xE2 tillon et amiral de France et Fran &# xE7 ois de Coligny (1521 &# x2013 1569), seigneur d'Andelot et colonel-général de la Royal Infantry.

Les Coligny se sont fait connaître dans les années 1550 grâce au mécénat de leur oncle, la connétable Anne de Montmorency, qui était la favorite du roi Henri II. C'est également à cette période que les frères se convertissent au protestantisme. Leur mère, Louise, était morte dans la foi réformée en 1547. Fran &# xE7 ois, seigneur d'Andelot, avait été exposé aux idées réformées de sa jeunesse et a été encouragé par Jean Calvin à professer la foi ouvertement en 1556. Cette furieuse le conservateur Henri II, et Andelot a été brièvement emprisonné en 1558. Gaspard converti au cours de sa captivité (1557 &# x2013 1559) à la suite de la défaite de l'armée du connétable à Saint-Quentin par les impérialistes. Son épouse, Charlotte de Laval, joua un rôle important dans la promotion de la foi pendant son absence et à son retour en France en octobre 1559, ils commencèrent à professer ouvertement et à fréquenter les réunions protestantes illégales. Odet, cardinal de Châtillon, n'adhéra au Parti réformiste qu'après 1561, et même alors il refusa de renoncer à ses bénéfices il fut destitué par le pape en 1563, et un an plus tard il épousa Isabeau de Hauteville. Il s'enfuit en Angleterre en 1568.

Gaspard de Coligny s'est fait connaître pour la première fois en tant que membre dirigeant du Parti réformiste en 1560 lorsqu'il a soumis au roi une pétition des protestants de Normandie exigeant la tolérance. Au cours de la Première Guerre de Religion (1562 &# x2013 1563), il est devenu le commandant protestant le plus efficace, tandis que son frère Odet, cardinal de Ch &# xE2 tillon, a agi comme l'envoyé protestant en Angleterre. L'assassinat de François, duc de Guise, chef du parti ultra-catholique, en 1563, déclencha une vendetta avec les Coligny qui devaient dominer la politique pendant la décennie suivante. Le Guise a blâmé l'amiral Coligny pour le meurtre, et les deux parties ont mobilisé leurs parents dans un différend (1563 &# x2013 1566) qui traversent le fossé religieux : Coligny a été assuré du soutien de ses cousins ​​catholiques Montmorency le Guise a courtisé Louis de Bourbon, prince de Cond &# xE9 , qui était le rival de Coligny comme chef du parti protestant. Une déclaration royale d'innocence de Coligny en 1566 apaisa la querelle, et les allégeances s'unirent une fois de plus le long des lignes confessionnelles.

La suspicion croissante à l'égard des politiques de la mère du roi Charles IX, Catherine de M &# xE9 dicis, et l'intervention espagnole dans la révolte hollandaise ont amené les dirigeants protestants à tenter de s'emparer du roi à Meaux en septembre 1567. La reprise ultérieure de la guerre civile une fois De plus, les frères Coligny sont à la pointe des développements politiques et militaires. La mort de Cond &# xE9 à la bataille de Jarnac en 1569 a laissé Gaspard seul aux commandes des forces protestantes, et malgré sa défaite à Moncontour (octobre 1569), son armée de cavalerie plus mobile a pu échapper aux forces royales plus importantes. La guerre s'est terminée dans une impasse. Au retour de la paix en 1570, les ennemis de Guise de Gaspard sont exclus de la cour et il jouit de plus en plus d'influence auprès de Charles IX. Cependant, sa demande que la politique royale soutienne la cause protestante aux Pays-Bas a été rejetée par le conseil royal, et c'est probablement la détermination de Gaspard à envoyer un corps expéditionnaire pour aider ses coreligionnaires qui a conduit Catherine de M &# xE9 dicis à sanctionner l'échec Tentative d'assassinat de Guise sur sa vie (22 août 1572). Charles IX a initialement offert sa protection à Gaspard et a accepté de mener une enquête, mais il a été contraint par sa mère, Catherine, et son conseil d'ordonner son assassinat le 24 août, un acte qui a déclenché le massacre de la Saint-Barthélemy.

Les descendants des frères Coligny ont continué à jouer un rôle important dans la cause protestante : la fille de Gaspard Louise (1555 &# x2013 1620) a épousé Guillaume d'Orange en 1583 et son fils, Fran &# xE7 ois (1557 &# x2013 1591), était un capitaine notable pendant les dernières guerres de religion et était le conseiller d'Henri de Navarre (Henri IV). Au cours du XVIIe siècle, les différents membres de la famille se sont progressivement reconvertis au catholicisme Gaspard III de Coligny (1584 &# x2013 1646) ont bénéficié de la faveur royale en tant que maréchal de France (1622) avant d'abjurer le protestantisme en 1643 en échange de l'élévation du marquisat de Ch â tillon à un duché.


Raynald de Châtillon

Un chevalier qui a servi dans la deuxième croisade et est resté en Terre Sainte après sa défaite. Raynald était un personnage extrêmement controversé de son vivant et, au-delà, les écrivains musulmans le considéraient souvent comme le principal ennemi de l'islam.

Par le mariage, il a régné en tant que prince d'Antioche de 1153 à 1160. Pendant ce temps, il était en conflit avec l'empereur byzantin Manuel I Comnène et a attaqué Chypre, mais a ensuite été contraint de se soumettre à l'empereur. Capturé par les musulmans en 1161, il est emprisonné à Alep pendant quinze ans. Par son second mariage, il devint seigneur d'Oultrejordain en 1177. La même année, il dirigea l'armée des croisés qui battit Saladin à la bataille de Montgisard. Plus tard, il rompit une trêve avec Saladin, attaquant plusieurs caravanes musulmanes et envoyant des bateaux pirates dans la mer Rouge vers la Mecque et Médine. Capturé à la bataille de Hattin, où les croisés ont été vaincus de manière décisive, il a été exécuté par Saladin lui-même.

[fermer] Un chevalier qui a servi dans la deuxième croisade et est resté en Terre Sainte après sa défaite. Raynald était un personnage extrêmement controversé de son vivant et, au-delà, les écrivains musulmans le considéraient souvent comme le principal ennemi de l'islam.

Par mariage, il a régné en tant que prince d'Antioche de 1153 à 1160. Pendant ce temps, il était en conflit avec l'empereur byzantin Manuel I Comnène et a attaqué Chypre, mais a ensuite été contraint de se soumettre à l'empereur. Capturé par les musulmans en 1161, il est emprisonné à Alep pendant quinze ans. Par son second mariage, il devint seigneur d'Oultrejordain en 1177. La même année, il dirigea l'armée des croisés qui battit Saladin à la bataille de Montgisard. Plus tard, il rompit une trêve avec Saladin, attaquant plusieurs caravanes musulmanes et envoyant des bateaux pirates dans la mer Rouge vers la Mecque et Médine. Capturé à la bataille de Hattin, où les croisés ont été vaincus de manière décisive, il a été exécuté par Saladin lui-même.


Voir la vidéo: Appel du 17 juin 1940