Brian Boru

Brian Boru


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


Semaine 7. Irish Lives - Brian Boru (c941 - 1014).

940 après JC est la date la plus généralement acceptée pour la naissance de Brian (le suffixe Boru n'est probablement venu que plus tard). Il est né à Kincora, Killaloe, à environ vingt milles en amont de Limerick sur le Shannon. Il était vraiment le premier, et sans doute le seul, roi de toute l'Irlande. Il était à la tête de ce qui allait être appelé la famille OBrien. A part le Haut Roi, le Roi de toute l'Irlande, il faut prendre le titre de Roi utilisé avec une pincée de sel. De manière générale, je pense que Chief ou Chieftain décrirait mieux le rôle. Ou peut-être souverain. Cependant, le titre est toujours traduit en anglais par King. Tout était une question d'honneur, de prix d'honneur ou de visage.

La ville de Limerick était entre les mains des Norses Gael ou des Vikings lorsque Brian est devenu roi, ce qui a nui à la valeur de sa province de Thomond. Thomond enjambait la rivière Shannon, mais l'accès par le Shannon à la mer était restreint par les Vikings en aval. Thomond était à peu près l'actuel comté de Limerick, avec un peu de North County Tipperary et East County Clare. La présence à la fois de la rivière et des Vikings a fait du peuple de Thomond des guerriers naturels et des bateliers naturels. La rivière était une autoroute naturelle. Et c'était une autoroute tout au nord jusqu'à Connacht et West Meath, des régions mûres pour le pillage, toutes les deux. À ce jour, ce sont des régions prospères de pâturage de bétail et de moutons.

C'est peut-être le frère aîné de Brian, Mat (Mathuin est l'abréviation de Mathgamain qui signifie Ours) qui a conçu le premier l'idée de devenir le roi de tout le Munster, un titre qu'il aurait revendiqué lors de la capture de St. Patricks Rock à Cashel où le Le palais royal de Munster était situé. C'est ce qu'il fit probablement vers 964 après JC. Cependant, le roi Mel Muad régnait toujours sur le reste de la province. Les légendes diffèrent quant à la façon dont Mat l'ours a rencontré sa fin peu de temps après, mais ils s'accordent à dire qu'il s'agit d'une fin violente, probablement aux mains des Vikings. Dans tous les cas, cela aurait été vers 976, c'est donc à ce moment-là que le frère Mats, Brian appelé plus tard Boru, s'est retrouvé roi de Thomund.

Saisissant le meurtre de Mat comme un casu belli à deux mains, et avec une rapidité qui deviendra bientôt connue comme la marque de ses guerres, Brian se mit à venger son frère. Il a d'abord vaincu les Vikings à Limerick, puis est passé rapidement à autre chose et a vaincu le roi Mel Muad de Munster, même s'il était soutenu par d'autres Vikings. Il est donc devenu, moins d'un an après la mort de ses frères, le véritable roi de Munster, qui comprenait Thomund.

Brian a ensuite monté une série d'assauts contre les dirigeants provinciaux à la fois sur l'eau, là où il y en avait, et sur terre. En 1000 après JC, Brian était le souverain de Munster et Leinster et enfin la très importante ville viking de Dublin, jusqu'alors gouvernée par Sigtrygg Silkbeard. Cette prise de Dublin semble avoir été une victoire diplomatique autant que militaire. Certes, il y a eu une victoire militaire, la grande bataille de Glen Mama, mais c'était une partie du génie de Brian qu'il ait suivi cette victoire en demandant à Sigtrygg de revenir et de reprendre sa position de dirigeant de Dublin, cimentant l'alliance en lui donnant le main d'une de ses filles en mariage. La pratique la plus courante de l'époque aurait été d'anéantir simplement ces Dublinois vikings.
Deux ans plus tard, Brian Boru était Ard Ri, le Haut Roi, le souverain de toute l'Irlande, bien que l'Ulster, farouchement indépendant à l'époque comme aujourd'hui, continuerait de gronder la rébellion. Mais en 1006, il était capable de faire un circuit royal d'Ulster sans opposition.

Brian a cimenté son autorité avec le soutien de l'Église. En Irlande, l'Église était désormais bien établie, mais l'organisation de l'Église n'était pas, comme ailleurs, diocésaine et dirigée par des évêques, mais monastique et dirigée par des monastères et des abbayes. Et pas seulement monastiques, les monastères étaient dirigés par des abbés laïcs, souvent avec des femmes et des enfants, généralement des membres des dynasties royales ou de chef des terres où se trouvaient leurs monastères. Ce sont ces abbés qui dirigeaient les choses, pas les évêques. La pratique de nommer des abbés laïcs a persisté en Irlande jusqu'au 13ème siècle.

Le monastère le plus important du pays était celui d'Armagh, prétendument fondé par saint Patrick quelque cinq cents ans auparavant. À ce monastère, Brian a fait don de vingt-deux onces d'or. Il déclara ensuite qu'Armagh était désormais le monastère le plus ancien d'Irlande, et que tous les autres monastères devaient lui rendre hommage et lui rendre hommage. La plupart des transactions importantes à cette époque, en particulier en Irlande où l'on extrayait encore de l'or, se faisaient en or. Comme Dublin, ce fut un coup diplomatique sans effusion de sang qui lui donna le soutien de l'appareil ecclésiastique dans tout le pays. Les archives monastiques font maintenant référence à Brian non seulement comme Ard Ri ou Haut Roi, mais comme Emperatus Scottorum, ou Empereur des Irlandais. C'est aussi à la suite de cet arrangement de tributs en or que le nom de Boru (ou Bruma) lui fut appliqué. Brian Boru signifie, grosso modo, Brian des Tributs, en référence aux hommages rendus par les Monastères.

Mais il était malheureusement trop tôt pour que les Irlandais acceptent une autorité unifiée à long terme en Irlande (c'est peut-être encore le cas ?), et le reste de la vie de Brian se passa à se battre pour son poste. Même ainsi, il était sans doute à la fois le premier et le dernier haut roi de toute l'Irlande qui a en fait régné sur toute l'Irlande. Il est finalement mort à la bataille de Clontarf, selon les légendes, en avril 1014, âgé de plus de soixante-dix ans, en combattant contre Mel Mrda mac Murchada (Miles MacMurrough) de Leinster. Miles a été aidé par les Vikings et a également été tué. Mais les armées Brians (principalement Munster) ont gagné, et la bataille était vraiment la fin des Vikings en Irlande en tant que force avec laquelle il fallait compter. Comme l'a dit un chroniqueur viking, Brian est tombé, mais a finalement gagné. Son poète Mac Liag a écrit une biographie après sa mort. Il a également écrit un petit poème assez triste. Traduit en anglais, il perd beaucoup, mais les sentiments ressortent clairement. Kincora était le palais du roi Brian, près de l'actuelle Killaloe. C'est aussi là qu'il est né. En anglais, traduit par Clarence Mangan, cela dit :

Oh, où, Kincora ! est Brian le Grand ?
Et où est la beauté qui était autrefois la tienne ?
Oh, où sont les princes et les nobles qui se rassasient
Au festin dans tes salles, et bu le vin rouge ?

Où, oh, Kincora ? Où, ô Kincora, sont tes valeureux seigneurs,
Oh où, toi Hospitalier, sont-ils partis ?
Oh où les Dalcassiens d'épées fendues,
Et où sont les héros sur lesquels Brian a mené,
Où, oh Kincora ?

Et où est Morough, descendant des rois,
Vainqueur de centaines, le courageux audacieux,
Qui n'attache qu'une légère attention aux bijoux et aux bagues,
Qui a nagé le torrent et ri de la vague,
Où, oh Kincora ?

Et où est Donagh, le brave fils du roi Brian,
Et où est Conaing, le beau chef,
Et Cian et Core 1 hélas, ils sont partis !
Ils m'ont laissé cette nuit tout seul dans mon chagrin,
Seul, oh Kincora !

Et où sont les chefs avec lesquels Brian est parti,
Les n'ayant jamais vaincu les fils d'Evin le Brave,
Le grand roi d'Eogh'nacht, réputé pour ses
valeur,
Et le grand hôte de Baskin de la vague occidentale,
Où, oh Kincora ?

Et où est Duvlann des coursiers aux pieds rapides,
Et où est Cian qui était fils de Molloy,
Et où est le roi Lonergan, dont la renommée
actes
Dans le champ de bataille rouge, aucun temps ne peut détruire ?
Où, oh Kincora ?

Et où est la jeunesse d'une hauteur majestueuse,
Le prince fidèle des Scotts ? même lui,
Aussi vaste que fût sa renommée, aussi grande que sa puissance,
A été tributaire, oh Kincora, de toi,
A toi, oh Kincora !

Ils sont partis, ces héros de naissance royale,
Qui n'a pillé aucune église et n'a brisé aucune confiance
C'est las pour moi de vivre sur terre
Quand ils, oh Kincora, s'allongent dans la poussière.
Bas, oh Kincora !

Oh plus jamais les princes n'apparaîtront
Pour rivaliser avec les Dalcassiens d'épées fendues !
Je ne peux jamais rêver de rencontrer de loin ou de près,
A l'est ou à l'ouest, ces héros et seigneurs,
Jamais, Kincora !

Oh cher sont les images que mem'ry appelle
De Brian Boru, comment il ne manquerait jamais
Pour me donner au banquet la première coupe lumineuse,
Oh, pourquoi m'a-t-il entassé l'honneur comme ça,
Pourquoi, oh Kincora ?

Je suis MacLiag, et ma maison est au bord du lac
Et souvent dans ce palais dont la beauté s'est enfuie
Brian est venu me demander, je suis allé pour lui
Oh mon chagrin ! que je vis quand Brian est mort !
Mort, oh Kincora !


Brian Boru

153. Brian Boru le fils de Kennedy, de race Dalgas (157) naquit à Kincora en 941. En 964 son frère Mahon devint roi de tout le Munster. A cette époque, les Danois tenaient les principales forteresses de la province, dont Limerick, Cork et Waterford, d'où leurs groupes de maraudeurs balayaient continuellement le pays, assassinant et détruisant partout où ils venaient. Le roi Mahon et son frère Brian, trouvant qu'ils n'étaient pas assez forts pour leur résister ouvertement, traversèrent le Shannon avec ceux de leur peuple qui demeuraient dans les plaines ouvertes, et se réfugièrent parmi les forêts et les solitudes des montagnes de Clare. De ces retraites, ils menèrent avec les étrangers une guerre décousue implacable, au cours de laquelle aucun quartier ne fut fait de part et d'autre.

154. Après un certain temps, les deux parties se sont lassées de ces conflits destructeurs et une trêve a été conclue entre Mahon et les dirigeants danois. Mais le jeune Brian n'aurait pas de trêve : et il a maintenu la guerre pour son propre compte contre vents et marées, jusqu'à ce qu'enfin il ne lui reste plus que quinze partisans.

Et maintenant, le roi, Mahon, entendant comment les choses en étaient, et craignant pour la sécurité de son frère, lui rendit visite dans sa retraite sauvage, et essaya de le persuader d'abandonner toute nouvelle résistance comme désespérée. Mais en vain : le jeune chef ne devait pas être ébranlé de son but. Et il persuada enfin son frère le roi de reprendre les hostilités et les deux braves frères, rassemblant toutes leurs forces, formèrent un campement à Cashel, d'où ils envoyèrent des expéditions pour ravager les établissements danois tout autour.

155. Maintenant, quand Ivar de Limerick, roi des Danois de Munster, a entendu parler de ce soulèvement, il était furieux jusqu'à la folie. Molloy roi de Desmond et Donovan roi de Hy Carbery (dans l'actuelle Co. Limerick) l'ont bassement rejoint et l'ont encouragé et se sont penchés sur la vengeance, il est parti de Limerick avec toute son armée pour le campement de Cashel.

156. Lorsque les chefs dalcassiens apprirent cela, ils marchèrent vers l'ouest et rencontrèrent l'ennemi à mi-chemin à Sulcoit, maintenant Sollohod, un district plat près de l'actuel carrefour de Limerick, à vingt milles de la ville de Limerick. La bataille de Sulcoit commença au lever du soleil un matin d'été de l'an 968, et dura jusqu'à midi, quand les étrangers cédèrent et s'enfuirent & mdash & s'enfuirent vers les haies et vers les vallées et vers les solitudes de la grande plaine fleurie. Ils ont été poursuivis et massacrés jusqu'à Limerick, qui était maintenant prise en charge par les Irlandais victorieux. Après cette bataille décisive, Mahon a vaincu les Danois dans sept autres batailles, jusqu'à ce qu'il devienne enfin le roi de tout le Munster.

157. Il faut remarquer qu'à cette époque il y avait deux familles régnantes à Munster. Les Owenaghts ou Eugéniens qui régnaient sur Desmond étaient maintenant représentés par Molloy, puis par les Mac Carthys : les Dalgas ou Dalcassiens maintenant représentés par Mahon et Brian, puis par les O'Brien, régnaient sur Thomond. C'était depuis des siècles la coutume que les rois des familles eugéniennes et dalcassiennes fussent alternativement rois de tout le Munster.

158. Le succès ininterrompu de Mahon a excité l'envie et a approfondi la haine de Donovan, Molloy et Ivar le Danois et ils ont mis en place un complot de base pour sa destruction. En 976, il fut invité à une conférence amicale à Bruree, la résidence de Donovan, qui à son arrivée le saisit et l'envoya se faire livrer à Molloy et à ses associés danois.

Molloy envoya une escorte à sa rencontre dans le col de Barnaderg, près de Ballyorgan, entre les comtés de Cork et de Limerick, avec des instructions secrètes de le tuer, tandis que Molloy lui-même restait en arrière à vue du col, mais à bonne distance. Et lorsqu'il vit au loin l'éclair de l'épée nue, il sut que l'acte était accompli et, montant à cheval, il s'enfuit de l'endroit.

159. Mais cet acte crapuleux n'a fait qu'éveiller un adversaire encore plus redoutable, et des représailles rapides s'en sont suivies. Brian devint alors roi de Thomond : et son premier souci fut de venger le meurtre de son frère. En poursuivant sa flotte vers l'île de Scattery où Ivar s'était réfugié après la bataille de Sulcoit, il le tua lui et ses Danois. Ensuite, en 977, il captura Bruree, la forteresse de Donovan, et tua Donovan lui-même, avec Harold le fils d'Ivar et un grand nombre de leurs partisans.

C'était maintenant au tour de Molloy : et Brian, marchant vers le sud en 978, rencontra son armée à Barnaderg, l'endroit même où le grand crime avait été commis deux ans auparavant. Molloy a été vaincu avec une perte de 1 200 hommes et immédiatement après la bataille, il a lui-même été retrouvé caché dans une hutte et a été tué sans pitié par Murrogh, le jeune fils de Brian. Après cette dernière bataille, Brian fut reconnu roi de tout Munster.

160. Malachi, que nous avons vu devenir roi d'Irlande en 980, devint maintenant jaloux du pouvoir croissant de Brian et pour l'humilier, il fit une incursion dans Thomond en 982, et déracina et détruisit le vénérable arbre de Magh-Adhair [Moy-Ire] sous lequel les rois dalcassiens avaient été inaugurés pendant des siècles. Cela a conduit à une guerre d'escarmouches et d'expéditions de pillage, qui a continué avec des fortunes diverses pendant plusieurs années.

Pendant cette période, Malachie n'a jamais perdu une occasion d'attaquer les Danois. En 996, il fondit sur Dublin, puis et longtemps après une ville danoise, et la pilla. Parmi les trophées qu'il emporta se trouvaient deux objets de famille très prisés par les Normands, l'anneau ou collier du prince norvégien Tomar&mdash qui avait été tué 148 ans avant&mdashand l'épée de Carlus, tombé au combat en 869. C'est l'incident auquel se réfère Moore dans les mots :&mdash"Quand Malachie portait le collier d'or qu'il a gagné de son fier envahisseur."

Enfin, les deux adversaires, après avoir écrasé tous les autres concurrents, se sont retrouvés à égalité, qu'ils ont convenu de diviser l'Irlande entre eux, Malachie être le roi de Leth Conn et Brian de Leth Mow (102).

161. Le roi Mailmora de Leinster n'était pas satisfait des termes de cette paix, qui le plaçait en permanence sous la juridiction de Brian. L'année suivante,&mdash999&mdashhe et les Danois de Dublin se sont révoltés. Sur quoi Brian marcha vers le nord et, rejoint par Malachie, campa à Glenmama près de Dunlavin à Wicklow. Ici, ils ont été attaqués par Mailmora et Harold le Danois de Dublin et dans la terrible bataille qui a suivi, Brian et Malachi les ont vaincus et ont ralenti 4 000 Danois et Leinstermen.

162. À peu près à cette époque, Brian prit la décision de renverser Malachie et, pour mieux se renforcer, il fit alliance avec ceux qui avaient été ses ennemis dernièrement. Il épousa Gormlaith, mère du roi des Danois de Dublin (Sitric of the Silken Beard) et sœur de Mailmora, roi de Leinster, il donna sa propre fille en mariage à Sitric et il prit Mailmora en faveur et en amitié.

Sa démarche suivante fut d'envahir le territoire de Malachie, en 1002, en violation du traité de quatre ans auparavant et il l'envoya vers lui pour exiger la soumission ou la bataille. Et Malachie trouvant qu'il n'était pas assez fort pour résister, entra dans le campement de Brian avec simplement un petit garde et sans aucune garantie ni protection, et lui disant clairement qu'il se battrait s'il avait été assez fort, il fit sa soumission. C'était en 1002 et à partir de cette année, Brian fut reconnu roi d'Irlande, Malachie retournant dans son propre royaume spécial de Meath.

163. Et maintenant, après quarante ans de guerre incessante, Brian consacra son esprit aux œuvres de paix. Il reconstruisit les monastères détruits par les Danois et érigea des ponts et des forteresses dans tout le pays. Il fonda et restaura des écoles et des collèges, et prit des mesures pour la répression du crime. L'image lumineuse qui nous a été transmise de l'état paisible et prospère d'Irlande depuis l'accession de Brian à la bataille de Clontarf, est illustrée par la légende bien connue, qu'une belle jeune femme richement vêtue et portant une bague d'une valeur inestimable sur elle baguette, a traversé le pays seul du nord au sud sans être molesté&mdasha fiction que Moore a embaumée dans la belle chanson "Rich et rares étaient les gemmes qu'elle portait."


Le roi Brian d'Irlande assassiné par les Vikings

Brian Boru, le haut roi d'Irlande, est assassiné par un groupe de Norsemen en retraite peu de temps après que ses forces irlandaises les aient vaincus.

Brian, un prince de clan, s'empara du trône de l'État sud-irlandais de Dal Cais de ses dirigeants en 963. Il subjugua tout Munster, étendit son pouvoir sur tout le sud de l'Irlande et devint en 1002 le grand roi d'Irlande . Contrairement aux précédents hauts rois d'Irlande, Brian a résisté au règne des envahisseurs scandinaves de l'Irlande, et après de nouvelles conquêtes, son règne a été reconnu dans la majeure partie de l'Irlande. À mesure que son pouvoir augmentait, les relations avec les Normands sur la côte irlandaise devenaient de plus en plus tendues. En 1013, Sitric, roi des Norses de Dublin, a formé une alliance contre Brian, avec des guerriers vikings d'Irlande, des Hébrides, des Orcades et d'Islande, ainsi que des soldats de Brian&# x2019s ennemis irlandais natifs.

Le 23 avril 1014, le Vendredi saint, les forces sous Brian&# x2019s fils Murchad se sont réunis et ont annihilé la coalition viking à la bataille de Clontarf, près de Dublin. Après la bataille, un petit groupe de Normands, fuyant leur défaite, est tombé sur la tente de Brian&# x2019, a vaincu ses gardes du corps et a assassiné le roi âgé. La victoire à Clontarf a brisé à jamais le pouvoir nordique en Irlande, mais l'Irlande est tombée en grande partie dans l'anarchie après la mort de Brian.


Brian Boru

La frontière entre la légende irlandaise et le mythe irlandais a souvent été floue, d'autant plus que le récit d'actes héroïques a été transmis de génération en génération.

Brian Boru n'était pas une légende bien que ses actes de la vie étaient légendaires. Il était vraiment un homme et était en fait le dernier grand roi d'Irlande et peut-être le plus grand chef militaire que le pays ait jamais connu.

Brian Boru est né Brian Mac Cennítig. Sa mère était la sœur de la mère de Conor, le roi de Connaught.

Son frère, Mahon, était devenu roi de Munster en 951, à la mort de leur père, Cennítig. Ensemble, ils se sont battus contre les envahisseurs nordiques, qui avaient imposé des taxes à Munster. Cette lutte a finalement conduit au meurtre de Mahon en 975 par les Ostermen (norrois). Brian a vengé la mort de son frère en tuant le roi des Ostermen de Limerick, le roi Mar.

À partir de ce moment, Brian a tenu Munster comme le sien, y compris le centre commercial pivot de Limerick. Il a marché dans Connaught et Leinster et a uni ses forces avec Mael Sechnaill II en 997. Ensemble, ils ont divisé l'Irlande entre eux.

Les colons scandinaves de Dublin se sont particulièrement opposés à Brian mais ont été vaincus à Glen Mâma où le roi de Leinster a été capturé. Le roi de Dublin, Sitric Silkenbeard, fut bientôt vaincu lui aussi.

En 1002, Brian a demandé à son camarade Mael Sechnaill de le reconnaître comme roi d'Irlande. Mael a accepté, en partie parce que beaucoup de ses propres gens considéraient Brian comme un héros qui avait restauré l'Irlande à la grandeur après les invasions vikings. Le règne des U N ill prenait donc fin lorsqu'un non-O'Neill était proclamé roi. Les O'Neill étaient au pouvoir depuis plus de 600 ans.

Il a gagné son nom en tant que « Brian of the Tributes » (Brian Boru) en collectant des hommages auprès des dirigeants mineurs d'Irlande et a utilisé l'argent collecté pour restaurer les monastères et les bibliothèques qui avaient été détruits lors des invasions.

Cependant, les Norsemen n'avaient pas encore terminé et firent une fois de plus la guerre à Brian Boru et à ses partisans à Clontarf à Dublin en 1014. Le roi de Connaught, Tadhg O'Conor refusa de s'allier avec Brian contre les Ostermen bien que U Fiachrach Aidne et U Le Maine s'est joint à lui.

Malgré le manque de soutien des hommes de Connaught, les Munstermen ont gagné la journée mais ont perdu Brian Boru dans la bataille. Cette bataille a été un tournant majeur car elle a finalement subjugué la présence nordique en Irlande qui était désormais considérée comme subordonnée aux royautés d'Irlande. Leur menace militaire avait pris fin et ils se sont retirés dans les centres urbains de Dublin, Waterford, Limerick, Wexford et Cork. Ils sont finalement devenus complètement hibernés et intégrés à la culture gaélique.

Après sa mort et la mort de l'un de ses fils, ses fils restants, Tadg et Donnchad, n'ont pas pu assumer la royauté qui a été assumée par Mael Sechnaill. Il mourut en 1022, après quoi le rôle de haut roi d'Irlande devint plus une position de nom que celui d'un dirigeant puissant.

Le mieux que l'on puisse dire de Brian Boru est donc peut-être qu'il était le dernier grand roi d'Irlande.

Brian Boru - Un article fourni par The Information about Ireland Site.

USAGE:
CET ARTICLE PEUT ETRE REPRODUITE SUR VOTRE SITE WEB OU DANS VOTRE
EZINE OU NEWSLETTER UNE FOIS LE DROIT D'AUTEUR SUIVANT ET LE 'LIEN' VERS LE
LES INFORMATIONS SUR LE SITE IRLANDE SONT INCLUSES ET LAISSÉES INTACTES.


La vérité sur Brian Boru, le légendaire Haut Roi d'Irlande décédé ce jour-là

Les événements qui ont eu lieu lors de la bataille de Clontarf le vendredi 23 avril 1014 ont été le point culminant de deux siècles de conflits, de trahisons, d'alliances et de traités ratés entre les rois irlandais et les Vikings.

Lire la suite

La bataille a opposé les forces de Brian Boru, le haut roi d'Irlande, et une alliance des forces de Sigtrygg Silkbeard, roi de Dublin Máel Mórda mac Murchada, le roi de Leinster et un contingent viking dirigé par Sigurd, comte d'Orkney, et Brodir de l'île de Man. Il a duré du lever au coucher du soleil et s'est terminé par une déroute des forces Viking et Leinster. Brian a été tué, de même que son fils, Murchad, et son petit-fils, Toirdelbach.

Ces histoires ont été racontées et racontées de l'époque médiévale à nos jours, dans les écoles et les communautés, mais quelles preuves reste-t-il du grand et courageux Brian Boru, de l'influence des Vikings et de la bataille de Clontarf ?

Les Vikings ont participé à la bataille de Clontarf. Image : iStock.

Lire la suite

Ruth Johnson, archéologue de la ville de Dublin, employée par le conseil municipal, a expliqué qu'il y a peu de preuves de la bataille et, plus important encore, qu'elle n'a pas eu lieu là où la plupart le présument.

Elle a déclaré à IrishCentral : « Il y a très peu de preuves directes de la bataille elle-même. Un journal antiquaire du XVIIIe siècle faisait référence à la découverte de charniers vikings avec des armes et des ossements humains sur Parnell Square. C'est potentiellement notre seul véritable lien avec la bataille.

"Malheureusement, c'est perdu pour nous parce que c'était la pré-archéologie et les Géorgiens étaient les grands développeurs. Ils ont tout déblayé pour faire place à leurs grandes places et aménager les maisons en caves. Malheureusement, cet aperçu alléchant est tout ce que nous avons.

Alors pourquoi, si la bataille a été gagnée et perdue à Parnell Square, dans le nord du centre-ville de Dublin, cette bataille héroïque porte-t-elle le nom de Clontarf, qui se trouve à cinq kilomètres au nord le long de la côte ? Où Clontarf est-il entré en jeu ?

Lire la suite

"Nous ne savons pas exactement", dit Johnson. "Nous savons que c'était quelque part sur la rive nord de la rivière Liffey entre la Liffey et l'estuaire de la rivière Tolka. De toute évidence, il y a tellement de récupération de sable dans cette région que l'ensemble de la baie de Dublin a changé même depuis la construction du grand mur sud et du mur nord par le capitaine Bligh.

"Nous ne savons pas exactement où la bataille a eu lieu, mais nous savons que c'était à quelques kilomètres de Wood Quay et que cela devait être un lieu de débarquement parce que la flotte viking de l'île de Man et des côtés nord et ouest d'Écosse a débarqué autour de Clontarf.

Elle a poursuivi: «Nous savons que Howth a également été incendié avant la bataille, ce qui est intéressant en soi. On sait aussi que les troupes de Brian campaient avant la bataille à Kilmainham, juste à l'ouest de Dublin, sur des hauteurs. C'est une zone de champ de bataille assez vaste. On peut imaginer l'armée de Brian Boru marchant du sud au nord à travers la ville.

«Stratégiquement, ce n'était un endroit idéal pour aucun d'entre eux pour mener la bataille. Ils étaient à des kilomètres de la ville pour laquelle ils se battaient tous. Si vous essayez de capturer une ville, l'événement principal devrait avoir lieu au moins près de la ville, mais ils ne se sont jamais rapprochés.

Alors que les détails de l'emplacement et de la stratégie de la bataille pourraient être perdus dans les annales de l'histoire, heureusement, les fouilles archéologiques à Dublin de la ville du XIe siècle ont révélé une pléthore d'informations sur la formation de la ville et de ses habitants vikings et indigènes.

Lire la suite

Johnson a expliqué que la richesse des découvertes faites entre les années 60 et 80 à Dublin, notamment le long de Wood Quay au bord de la rivière Liffey, était due à la nature du sol.

Elle a déclaré: «Les dépôts se sont déposés très rapidement et ils ont été inondés par les eaux de la rivière Liffey, de sorte que la combinaison unique d'accumulation rapide et de saturation en air signifiait une préservation organique, comme une tourbière presque. Cela signifiait qu'il y avait environ quatre ou cinq mètres d'archéologie découverts.

« Au cours de cette seule campagne, une centaine de maisons vikings ont été découvertes. Nous savons que la ville viking avait des défenses urbaines. C'était la taille d'environ deux terrains de football [terrains]. Il contient des rues transversales, d'est en ouest, là où se trouve maintenant Christchurch et, du nord au sud, où se trouve aujourd'hui Fishamble Street.

Les découvertes archéologiques nous montrent également l'étendue des voyages des Vikings et combien ils ont apporté sur les côtes irlandaises.

Johnson a poursuivi: «C'était un endroit extrêmement riche. La qualité des trouvailles de Viking Dublin est extraordinaire. Nous avons tellement d'importations exotiques des guerres qu'ils ont menées. Nous avions de l'ambre des Balkans, de l'argent d'aussi loin que Bagdad et vous pouvez imaginer tout le reste du monde viking, la Grande-Bretagne et l'Écosse, le long de la côte ouest de la France et en Espagne et en Afrique du Nord.

Souvent, les Vikings sont considérés comme des voyous nomades qui ont attaqué et pillé l'Irlande et causé tout un chahut. La vérité est qu'à la fin du 10ème siècle, les Vikings étaient devenus une partie intégrante de la scène sociale et politique de l'Irlande.

«C'était juste une scène politiquement mélangée. Si vous pensez à la reine Gormflaith. Elle était un acteur clé à la fin du 10ème siècle. Elle était une femme remarquable et s'est mariée plusieurs fois.

« Le nom de son premier mari était Olaf Cuaran, le roi viking de Dublin, il était pur viking et il était aussi roi d'York. Elle était une princesse de Leinster mariée à un roi viking.

« Puis quand il est mort et qu'elle a épousé le roi de Tara. Alors maintenant, elle est mariée à un grand roi irlandais, puis plus tard, elle a épousé Brian Boru lui-même et a divorcé plus tard.

Lire la suite

Il semble que certaines parties de ces histoires soient parfois modifiées, souvent pour un effet dramatique.

Le Haut Roi Brian Boru lui-même en est un exemple. On prétend que le roi est mort en priant dans sa tente, le chef d'une grande armée d'hommes allant au combat. Cependant, si vous faites le calcul, Brian Boru aurait environ 73 ans et il semble peu probable qu'un homme aussi âgé se lance sur le champ de bataille dans l'Irlande médiévale.

"Nous pensons que l'un de ses fils préférés était en fait responsable de l'armée, mais que Brian était à proximité dans sa tente et envoyait des messages", a déclaré Johnson.

Brian Boru aurait pu devenir l'étoffe des légendes, mais son culte a commencé à son époque.

« C'est un personnage fantastique. De son vivant, il a été déclaré empereur de toute l'Irlande dans le Livre d'Armagh, dont nous avons toujours ce livre exposé en Irlande. Même de son vivant, il avait une emprise sur la culture populaire irlandaise en tant que plus grand roi d'Irlande », a expliqué Johnson.

« Une grande partie de ce que nous savons sur Brian Boru vient du « Cogadh Gaedhil re Gallaibh », un document de propagande écrit par ses ancêtres, peut-être deux ou trois générations après lui. Il est très étroitement lié à l'histoire de la guerre de Troie. Cela fait de Brian Boru le héros et contient probablement de nombreuses licences poétiques. »

En fin de compte, nous devons nous demander, peut-on aller trop loin dans le révisionnisme ? Tirerons-nous la magie de ces récits de guerre héroïques si nous creusons trop profondément ?

Johnson a terminé en disant: «J'étais à une conférence récemment, et cet homme s'est levé et a dit:« Je ne vais pas les laisser nous enlever Brian Boru avec tout ce révisionnisme. Pour moi, il est comme Richard Cœur de Lion d'Irlande, et nous avons besoin de nos héros nationaux. Je ne pense pas qu'il faille jeter le bébé avec l'eau du bain.

Le livre de Johnson "Viking Age of Dublin" peut être acheté en ligne. "Avant et après la bataille de Clontarf" de Johnson et Howard B. Clarke est disponible sur Amazon.

Une courte vidéo sur la bataille de Clontarf de l'UCD :

* Initialement publié en 2014, mis à jour en avril 2021.

Inscrivez-vous à la newsletter d'IrishCentral pour rester au courant de tout ce qui est irlandais !


Descendants célèbres de Brian Boru

Reine Elizabeth II

Apparemment, Brian Boru (Bryan Boru) est lié à la reine d'Angleterre. Sa majesté est une descendance directe de Brian Boru, qui est un 35e arrière-grand-père.

Il s'agit de la descendance la plus directe de Brian Boru à la reine d'Angleterre Elizabeth II :

Brian Boru ---> Tadc ---> Toirdelbach ---> Muirchertach ---> Mor ---> Derbforgaill ---> Murchad ---> Donnchada ---> Enna ---> Diarmaid ---> Aoife ---> Isabel de Clare ---> Isabel Maréchal ---> Isabelle de Gloucester et Hertford ---> Robert, 6e seigneur d'Annandale ---> Robert Ier d'Écosse ---> Marjorie ---> Robert II d'Écosse ---> Robert III ---> Jacques I ---> Jacques II ---> Jacques III ---> Jacques IV ---> Jacques V ---> Marie, reine d'Écosse -- -> Jacques VI et Ier d'Écosse et d'Angleterre ---> Elisabeth de Bohême ---> Sophie de Hanovre ---> George I ---> George II ---> Frederick, prince de Galles ---> V ---> Georges VI ---> Reine Elizabeth II

John F Kennedy et 35e président des États-Unis

Le nom irlandais Kennedy provient des membres Mac Cennétig (Kennedy) du Dál gCais. Le nom Kennedy vient de l'ancien sens & ldquohelmet head&rdquo. Les armoiries du clan Kennedy ont trois casques sur son bouclier. Ils descendent de Dunchaun, qui était le frère du Grand Haut Roi Brian Boru. Du XIe au XVe siècle, les Kennedy étaient les seigneurs d'Ormond. Il existe plusieurs versions de la façon dont les Kennedy ont commencé, mais quand on entre et examine les choses, il s'avère que les origines des Kennedy en Irlande sont très claires.

Ronald Regan &ndash 40e président des États-Unis

La lignée ancestrale de Ronald Regan remonte à l'Irlande au début des années 1800. On dit que ses ancêtres sont originaires de l'ancien clan irlandais, à savoir le Munster O&rsquoRegan&rsquos dans le comté de Limerick, Munster. O&rsquoRegan est parfois orthographié Regan ou Reagan. Le clan O&rsquoRegan de Munster descend de Riacan (Riagan), qui était un neveu du célèbre Brian Boru. Les Dal gCais de Thomond sont environ 31e cousins ​​éloignés deux fois de Ronald Regan.

Barack Obama &ndash 44e et actuel président des États-Unis

L'actuel président des États-Unis a apparemment des liens royaux. Genealogists have traced Obama's roots back to British monarchs Edward I of England and William the Lion of Scotland. It is said that he is a descendant of Brian Boru (Bryan Boru) High King who ruled Ireland from 1002 until 1014.

Duchess of Cambridge, Kate Middleton

There is research to verify that Kate Middleton has connections through the Lupton family from Yorkshire who are in turn contact to the noble Fitzmaurice family from Co Kerry.

Genealogists research show that the Duchess of Cambridge, who is married to Prince William, the Duke of Cambridge and 2nd in line to the throne of England, who also has connections to Brian Boru through his Grandmother the Queen of England, has connections through the Lupton family of Yorkshire, England with the Fitzmaurice&rsquos who are a noble family hailing from County Kerry. The Fitzmaurice family from County Kerry have strong links to Brian Boru (Bryan Boru), High King of Ireland.

Prince William

Kate Middleton's husband, Prince William, who is 2nd in line to the Thone of England is in turn also related to Brian Boru (Bryan Boru) through his Grandmother the Queen of England, Queen Elizabeth II.


The ‘Brian Boru’ harp

‘To music he was much addicted,’ Joseph C. Walker wrote of Brian Boru, in Historical memoirs of the Irish bards (1786). Les ‘exquisite workmanship’ of Brian’s own harp was evidence of his fondness for music, Walker observed, but added a contradictory footnote: ‘The antiquity of this harp is certainly very high, but I cannot think that it is so high as the age of Brian’. The harp had recently (in 1782) been donated to Trinity College by the Right Hon. William Conyngham, with a provenance linking it to Brian Boru. Alternatively known as the ‘Trinity College harp’, it is the oldest harp in Ireland and in 1922 was adopted as the official symbol of the Irish government. Was this the harp of the high-king of Ireland? While the harp or cláirseach did exist in ancient Ireland even before Brian Boru, nonetheless a fantastic legend is attached to this iconic instrument.

After the death of Brian Boru in 1014, his two sons, Tadc and Donnchad, jointly succeeded to the throne. In 1023 Tadc was treacherously slain by Donnchad, who then became high-king of Ireland. By 1064 Donnchad had been dethroned by his nephew Tairdelbach, son of Tadc. According to the story, Donnchad travelled to Rome to seek absolution from the pope for murdering his brother. He brought with him the harp and gold crown of his late father, Brian Boru, and laid them at the feet of the pope. The harp remained at the Vatican until the reign of Henry VIII, when the instrument, along with the title ‘Defender of the Faith’, was sent to the monarch. Henry gave the harp to the first earl of Clanrickard, whose family kept it until the early 1700s, when a lady of the de Burgh family passed it to MacMahon of Clenagh, Co. Clare. After his death, it was bequeathed to Counsellor MacNamara of Limerick. In 1782 the harp was delivered by Chevalier Thomas O’Gorman to Colonel Burton Conyngham, who deposited it in Trinity College, where it remains to this day. The story, initially published in Charles Vallancey’s Collectanea de rebus Hibernicus (1786), was reprinted by Walker in the same year but was deemed questionable, as the anecdotes were ‘originally furnished by Tradition, who is not apt to adhere strictly to truth’.

In Bunting’s 1840 volume, George Petrie’s ‘Memoir of Ancient Irish Harp Preserved in Trinity College’ charges that the story is ‘a clumsy forgery’ fabricated by Chevalier Thomas O’Gorman to ‘raise its antiquity and increase its historical interest’. Eugene O’Curry (1873) suggests that although O’Gorman did communicate the story to both Conyngham and Vallancey, he probably did not invent it. Might there have been a mix-up with the names, and could some parts of the story be true? O’Curry puts forward the possibility that when the harp was given to Clanrickard by Henry VIII it was identified as the harp of Donnchadh Cairbreach O’Brien, the ‘sixth in descent from the great hero of Clontarf’. A misunderstanding occurred whereby the name became Donnchad, son of Brian Boru, after which some person(s) generated a fictional legend. Walker and succeeding historians unanimously agree that the carvings date the harp to the fourteenth or early fifteenth century, and it bears similarities to the ‘Queen Mary harp’ from the same period, held in the National Museum of Scotland.

The many fragments of the harp’s history remain unclear, and similarly the harp itself is a composite of more than one instrument, with various layers of decoration (Armstrong 1904). The earliest depiction (Walker 1786) shows the front pillar separated from the sound box, and in the late nineteenth century a plaster end piece with scroll was added to the base of the pillar (the scroll shape is seen in the national emblem and the Guinness logo). In 1961 the harp was restored by the British Museum to a more original medieval shape. In spite of historical inaccuracies, the name ‘Brian Boru harp’ endures for this symbolic instrument, whose role is to represent the heroic past.

Nancy Hurrell is a harp consultant at the Museum of Fine Arts, Boston, and a member of the harp faculty at the Boston Conservatory.


Facts about Brian Boru 5: the challenge

In 1013, the Cenél nEógain king Flaithbertach Ua Néill challenged the authority of Brian when his ally Máel Sechnaill was attacked. Another attack was from Máel Mórda mac Murchada and King Sihtric Silkbeard.

Facts about Brian Boru 6: Battle of Clontarf

Battle of Clontarf was a bloody war when the armies of Brian fought against the armies of Leinster and Dublin at Clontarf. Máel Mórda and Brian’s son Murchad died in the war. Find out facts about Boudicca ici.


The Battle of Clontarf

The end of Brian's rule and his own demise had its origins in a quarrel between the King of Leinster and Brian's son Murrough over a chess game in 1013. When the King stormed out of Brian's Kincora castle, his sister Gormflaith went with him. She then rallied her son Sitric along with some Vikings from the Isle of Man and Hebrides, and assembled a fleet at mouth of the Liffey. The Vikings also sent out word back home for reinforcements, and Scandinavian mercenaries arrived in huge numbers. The actual battle took place at Clontarf, near Dublin, on Good Friday, 1014. It lasted from dawn to sunset. Brian was now 74, and since it was a holy day he remained in a tent near the rear of the battle site and prayed. The Irish were victorious: Brian's army slew 7,000 Vikings, while only 4,000 Irish lost their lives. Both Brian's son and grandson died on the field, however. As the Vikings fled to the sea, the flanks guarding Brian's encampment scattered, and he was surprised by a Viking king, Brodar of the Isle of Man. Brodar was able to ride into the tent, and Brian reacted by cutting Brodar's leg off below the knee Brodar then split Brian's skull, killing him with the blow.

Brian's body was carried to Armagh in a solemn cortege. Yet his 1014 victory at Clontarf remains a momentous date in Irish history, the year that marked the end of Viking aggression in Ireland. Though Ireland lapsed back into disunion for some time afterward, it would not be invaded for another 150 years until Anglo-Saxons from England set their sights on its green hills. Most of the Vikings that remained in Ireland converted to Christianity and inter-married they would never dominate the Irish again. Brian's descendants are the O'Brien clan. One of them later married a Norman noble, and an offspring of this union was Elizabeth de Burgh. She later married the Duke of Clarence, who was the son of English king Edward III, and from their union came the York kings and the mother of Henry VIII.


Voir la vidéo: The Chieftains - Brian Borus March HD