Les archéologues français pensent avoir retrouvé la dépouille mortelle de Montaigne

Les archéologues français pensent avoir retrouvé la dépouille mortelle de Montaigne



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

La dépouille mortelle du philosophe français Michel de Montaigne, dont la localisation n'était pas certaine après les transferts successifs vécus depuis son décès en 1592,semblent avoir été retrouvés dans le sous-sol d'un musée bordelais, selon une équipe d'archéologues qui les examinent.

Son travail cherche «reconstruire une histoire qui avait été diluée"Y certifier que ces os appartiennent à l'auteur des «Essais», a expliqué ce Laurent Védrine, le directeur du musée d'Aquitaine où se trouvait la tombe.

L'essayiste, l'un des grands humanistes de l'histoire, mort dans son château de Saint Michel de Montaigne, près de Bordeaux, et un an plus tard son cercueil fut installé dans le couvent des Feuillants de cette ville, où se trouve l'actuel musée d'Aquitaine.

En 1802, le couvent a été remplacé par un institut et son corps a été transféré à la chapelle, mais lorsqu'il a pris feu, il a été temporairement transféré au cimetière local. Bien qu'à partir de 1886, il retourne dans cette institution, se convertit en faculté des lettres et plus tard en musée, depuis lors, sa tombe, pratiquement oubliée et cachée, n'avait pas été ouverte ni vérifiée.

Il y a un an, une première observation avec une caméra a permis de détecter une plaque avec le nom du philosophe et des os, et cette semaine les experts ont procédé à son ouverture, recouvert d'une combinaison pour éviter de contaminer les restes.

À l'intérieur, on a également trouvé une boîte cylindrique avec un papier avec le prétendu certificat d'inhumation de l'écrivain. «Une sorte de capsule temporelle«, Comme si les responsables, selon Védrine, avaient voulu faire comprendre pour l'avenir qui était à l'intérieur.

Bien que logiquement il faudrait que ce soit De MontaigneDes analyses ADN et d'autres contrôles seront effectués au cours de l'année prochaine pour être clair, a ajouté le directeur du musée, heureux qu'il y ait encore des descendants qui puissent contribuer au processus.

Le philosophe,maire de Bordeaux de 1581 à 1585, a subi des calculs rénaux et des jambes cassées à la suite d'une chute d'un cheval,quelques indices qui peuvent également donner des indices aux experts pour savoir si les restes appartiennent à l'humaniste.

Via: Musée d'Aquitaine


Vidéo: Sous les cendres: Saint-Pierre Martinique vue par les archéologues